-54%
Le deal à ne pas rater :
BOSH – Aspirateur Balai sans fil et sans sac – Readyy’y 2 en 1 ...
91.09 € 199.99 €
Voir le deal

"A l'Oraison..." - Mariage d'Aurore et de Sévère Lembrun

 :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Grand Hall et Salons de Réception Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 30 Mai - 23:10
Aurore de Vincôte
"Héritière" d'Altier de Beaulieu
Aurore de Vincôte
Messages : 233
Localisation : Castelcerf

" Sans spectateur de la vie de ces inconnus, pas de jugement possible. Peut être est-elle mille fois plus passionnante que bien d'autres mais reste-t-elle ignorée et donc condamnée à l'oubli. " commençai-je a répondre à ce mystérieux scribe, après qu'il m'ait dévoilé son nom de plume. A mon sens, c'était une manière de passer dans l'oubli et dans la postérité en même temps que d'utiliser un nom d'emprunt pour signer ses œuvres. Peu importe qui on est véritablement car seul ce nom-là persistera si les œuvres ont du succès. Il était possible de lui construire l'image que l'on souhaitait et s'en tenir à ce personnage seulement. Pour peu qu'un auteur intéresse un jour les gens.

J'avouai que la suite me surprit. Tandis que nous nous écartames sur mon invitation, le dénommé Genêt m'expliqua que son histoire de signature était un prétexte pour attirer mon attention et me soustraire à une conversation insipide. C'était un vil mais efficace stratagème. Surprenant assurément.
" Il faudra que je travaille davantage mes sourires alors. Il n'était pas sensé être remarqué. " m'amusai-je à répondre avec légèreté. Je ne dis rien sur l'appellation dont il me gratifia. Une reine aurait-elle de meilleures raisons d'être heureuse et épanouie par un mariage arrangé ? Même si elle épousait l'homme le plus puissant du royaume ? Il lui faudrait simplement faire bien plus semblant à ne rien laisser paraître.

Je pris le registre qu'il me tendit et l'ouvrit au hasard pour le feuilleter. Alors que je tournais les pages jusqu'à arriver aux dernières concernant les événements de la journée, je lui confiais :
" Mes lectures récentes se bornant à des contes pour enfants ou des traités de grammaire ou d'arithmétique, je doute d'être la plus à même de juger de la qualité de votre plume, Genêt. "

Je me mis cependant à lire, appréciant le détachement d'un regard extérieur à tout ce qu'il s'était passé. Découvrant les notes concernant le petit discours précédant le repas que Sévère et moi-même avions fait, je fronçai les sourcils de surprise. Je sentis ma bouche faire une petite moue alors que mes yeux parcouraient ces paroles retranscrites à l'encre. Au delà des mots prononcés alors, bien des choses m'étaient passées par la tête à ce moment-là et cela n'apparaîtrait jamais nulle part.
" Vous écrivez fort vite ou avez une très bonne mémoire. " fis-je finalement en relevant les yeux.

_________________
Aurore parle en crimson.

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Juin - 18:29
Ambre Dardent
Apprentie Artiseuse
Ambre Dardent
Messages : 146
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Aussi humble qu'à son habitude, Onyx assura que, s'il ne s'était trouvé à proximité, c'eut été quelqu'un d'autre qui serait venu aider l'artiseuse à se sortir de son pétrin. La cervienne se pinça légèrement les lèvres sans se départir de son sourire : intérieurement, elle en doutait un peu plus. Coincée dans le faisceau du regard rouge et hargneux du seigneur, elle n'avait pas eu le loisir d'observer ce qu'il se passait autour d'elle mais elle avait eu le sentiment que peu de personnes avaient bougées. Gaillard se serait sûrement levé pour la rejoindre si le noble enivré avait continué de s'énerver sur elle mais Ambre n'était pas sûre qu'un illustre inconnu aurait fait l'effort. La jeune femme garda pour elle ses ressentiments, répondant plutôt à l'inquiétude de son galant interlocuteur concernant les éclaboussures.

- Non, par chance. Elles ne sont guère visibles.

Ambre releva légèrement son jupon, constatant que la domestique qui l'avait aidé avait fait du bon travail malgré la situation. Quel avantage d'arborer une robe sombre en fin de compte ; l'apprentie aurait été très gênée de tâcher ainsi une autre des belles robes de Fortuné.
La rouquine se sentit de nouveau rougir au charmant compliment d'Onyx mais son sourire s'élargit.

- Je vous remercie, Sire Onyx. Vous êtes très élégant également.

Ambre restait bien concentrée afin de ne pas laisser une hésitation ou un bégaiement lui échapper. Gaillard interrompit brièvement le fil de ses pensées pour lui demander si tout allait bien ; il avait vu l'altercation mais l'apprentie était sortie de son champ de vision en suivant la domestique. La cervienne répondit à son aîné que tout allait bien et qu'elle se trouvait avec Onyx Hurlevent ; l'artiseur approuva et la jeune femme put de nouveau se concentrer sur le ripponais.

- Êtes-vous un proche des mariés ?

Ambre se doutait bien que ce n'était pas le cas pour Aurore : la dernière fois qu'elles avaient discuté du cadet Hurlevent, la noble baugienne ne semblait pas le connaître personnellement, l'artiseuse doutait même qu'ils aient discuté une seule fois depuis son arrivée au château. Peut-être qu'Onyx connaissait mieux le Grand Amiral Lembrun ?
Le ripponais répondit effectivement par la négative en ce qui concernait Aurore et expliqua que Sévère Lembrun et son père se connaissaient. Le ripponais ajouta que les deux hommes ne s'appréciaient guère depuis la Guerre Rouge et que le Roi n'avait jamais voulu trancher ce différent. Bien qu'elle ne connaissait évidemment aucun des deux hommes en question, l'apprentie savait que Sévère portait bien son nom et dirigeait d'une main de fer la flotte royale ; elle avait également cru comprendre que le Duc de Rippon, Hardi Hurlevent, était habité d'un caractère assez flamboyant. Ambre se fit la réflexion que la rencontre entre deux hommes d'une telle poigne pouvait produire des étincelles. Ne trouvant pas de quelle manière rebondir sur le sujet de ces deux grands meneurs d'hommes, Ambre changea de sujet.

- Pour ma part, j'ai été invité par Dame Aurore. Je comptais justement aller la voir.

Que faisait ou comptait faire Onyx avant de l'extraire de la délicate situation dans laquelle elle s'était, malgré elle, trouvée embarquée ? Intérieurement, la cervienne espérait bien que le ripponais allait au moins dans la même direction qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Juin - 16:06
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 79
200315041801448284.jpg

Avant d’entamer sa lecture, la mariée avait tenu à faire savoir qu’aux vues de ses récentes lectures, elle ne serait très certainement pas la personne la plus à même de juger de la qualité des écrits du jeune scribe. Celui-ci la rassura immédiatement à l’aide d’un petit rire entendu tout en l’incitant des mains à ouvrir le registre.

« Ne soyez pas si modeste ! Écrire pour des enfants est un art nécessitant mille fois plus de soin que celui d’écrire pour leur parent.

Si vous savez apprécier les qualités de ce type de littérature, alors c’est moi qui craint de paraître bien ennuyeux à vos yeux ! »


Il la regarda alors parcourir les pages de son ouvrage, lui laissant le soin de découvrir le compte rendu qu’il avait fait de l’ensemble de la journée, des différents discours prononcés, mais aussi les différentes annotations, pensées plus personnelles, ou quelques idées de Caractères et Maximes lui étant venues au fil de la soirée. Bien entendu, il avait pris soin de ne rien laisser d’ostensiblement subversif à l’intérieur de ses pages. Tout au plus apparaissaient quelques amusettes pouvant prêter à sourire sans jamais blesser qui que ce soit. Ses pensées les plus sujettes à controverse, il préférait les garder en mémoire afin de les mûrir.

À la moue qu’exprimait Aurore, la lecture des écrits de Genêt sur le déroulement de cette soirée ne la laissait clairement pas indifférente. Quand elle eut terminé, elle ne put alors que faire remarquer au scribe sa surprenante rapidité ainsi que sa mémoire. Chose plutôt surprenante étant donné qu’il avait volontairement occulté ou atténué l’importance de tous détails pouvant assombrir cet évènement qui était à la gloire du roi. Comme ce qu’il s’était passé aux pierres témoins, ou l’état de fragilité plus que visible du roi…

Il arbora alors un visage plus sérieux, au diapason de celui de la jeune femme, afin de lui répondre :

« En vérité c’est les deux à la fois… Je jouis également d’un assez bon sens de l’observation et de la déduction, comme vous avez pu le constater.

Cela me permet de combler les manques ou au contraire de savoir quand les « trous de mémoire » seront appréciés.

Quand on exerce un métier comme le mien, c’est hélas souvent une qualité aussi bien qu’une malédiction »
conclut-il énigmatique.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Juin - 23:34
Onyx Hurlevent
Fils de Rippon
Onyx Hurlevent
Messages : 37
Finalement l'incident n'avait pas fait de grosses victimes. La robe d'Ambre était un peu tâchée mais la domestique avait fait un travail assez soigné si l'on comptait l'urgence de la situation et le matériel à sa disposition. De plus, l'artiseuse avait eut le nez fin en portant une robe sombre, les tâches se voyaient moins. Ce choix avait-il été fait en connaissance de cause ? La suite de la discussion passa par des compliments des deux côtés, il trouvait qu'elle était séduisante dans cet ensemble et répondit qu'il n'était pas mal non plus. Il n'avait nullement choisi sa tenu mais fallait-il le lui dire ? C'était quelque chose qui horripilait le cadet au plus haut point. Son secrétaire par contre aimait donner son avis et c'était donc à lui qu'il avait été donné la tâche de trouver les habits qu'il fallait.

Tandis qu'ils discutaient tous les deux, Onyx reconnut l'air que les artiseurs pouvaient avoir quand ils recevaient une communication. Ça n'était pas simple à cacher pour un initié mais les personnes n'en étant pas doté ni ne connaissant ses spécificités, ne pouvaient repérer ce détail. Sans doute l'un des compagnons présents ce soir venait aux nouvelles. Il fit comme si de rien n'était et continua de parler à Ambre. Ça n'était pas le lieu pour parler de ce genre de chose mais il serait peut-être prudent de lui annoncer en privé qu'il fallait faire attention à la manière dont on réagissait quand quelqu'un survenait d'un coup dans ses pensées. Lui-même avait eut des difficultés pour que ça ne se remarque plus et sa mère était de loin la plus observatrice.

Elle lui demanda si il connaissait les mariés. Il savait que la mariée venait d'une famille noble de Bauge mais n'avait jamais échangé avec aucun membre de cette famille. Pour le marié, par contre, c'était différent. Il connaissait Lembrun par les histoires que son père lui avait raconté et par le différent qui occupait les deux hommes depuis le conflit. Le Roi ne voulant pas s'aliéner l'inimitié d'un de ses ducs, il n'avait jamais pris parti pour l'Amiral. Il formula donc que les rapports étaient compliqués entre son père et le marié sans entrer dans les détails. Elle lui apprit qu'elle avait été invitée par Aurore et qu'elle se dirigeait vers elle.

« Ah et bien, je vais vous suivre. Je n'ai pas encore présenté mes respects à la mariée. »

Baissant le ton et approchant légèrement sa tête d'Ambre pour qu'elle seule puisse entendre, il ajouta :

« Si ma mère était avec nous, elle m'aurait déjà fait comprendre à sa manière particulière que ce n'est pas digne de mon rang... »

Tout le monde savait qu'Hardi n'était pas un homme facile et qu'il avait un caractère bien trempé. Les pauvres, s'ils savaient. Le cadet redoutait plus les colères de sa mère que celles de son père. Pour beaucoup, elle faisait preuve d'une grande intelligence et d'une certaine sagesse. Mais ils apprenaient très vite à leur dépens qu'il ne fallait pas la contrarier.

Ainsi, Onyx allait parler à Aurore Lembrun pour la première fois de leurs existences. Devait-il lui souhaiter tous ses vœux de bonheur ou sincères condoléances ? Il se posait toujours la question quand il laissa son interlocutrice faire les présentations.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Juin - 18:38
Aurore de Vincôte
"Héritière" d'Altier de Beaulieu
Aurore de Vincôte
Messages : 233
Localisation : Castelcerf

" Je me contente de les lire. Je serais bien incapable d'en écrire. Chacun son métier ! " fis-je en souriant quand l'écrivain public souligna que la littérature pour enfants demandait plus de soin que n'importe laquelle pour adultes.

Le jeune homme apprécia ma remarque, qui se voulait compliment. Il fut bien énigmatique dans sa réponse et je rebondis comme suit.
" Écrire pour la postérité ne sous-entend-il pas de ne rien omettre pour que les générations futures aient toutes les informations nécessaires afin de juger ce que nous avons fait de notre temps ? Oublier des choses volontairement, c'est bon pour les égos d'aujourd'hui, pas pour l'Histoire... Me trompe-je ? "
L'Histoire pouvait être façonnée comme bon semblait par celui qui manipulait la plume ; suivant la façon dont les faits étaient narrés, on pouvait donner un sens ou un autre à une action. Si on omettait de parler du viol des prêtresses, l'acte du roi de fermer le château et de mettre un couvre-feu au Bourg n'avait plus aucun sens... Ou bien celui d'un homme en proie à la folie, se précipitant vers sa fin... Doux programme.

Relevant les yeux une dernière fois de l'ouvrage que j'avais entre les mains et sur les pages duquel mon regard se posa en parlant, je constatais l'arrivée plus qu'imminente de ma petite artiseuse préférée et de son doux chevalier servant. Après l'avoir aidée à retrouver sa bague perdue, voilà qu'il se portait à son secours pour calmer de sa présence les ardeurs d'un homme enivré.
Je m'inclinais juste ce qu'il fallait pour accueillir Onyx Hurlevent à mes côtés. Bien plus de prestance et de présence que ce fantômatique et famélique roi... Plus jeune aussi mais cela ne signifiait pas forcément grand chose dans ce domaine.

" Je suis navrée ma chère de ce qui vous est arrivé... Fort heureusement, il y a toujours des hommes bien intentionnés pour nous venir en aide. " dis-je avec légèreté une fois les présentations faites. Il s'avérait que les deux hommes se connaissaient déjà pour avoir échangé plus tôt dans la soirée. J'avais bien vu le cadet de Rippon en compagnie du sieur d'Ovilier à un moment mais je n'avais pas prêté attention à la suite de leurs échanges, étrangement occupée de mon côté également. Peu importait. Dans un monde comme celui-ci, tout le monde finissait par connaître tout un chacun à un moment ou un autre...

_________________
Aurore parle en crimson.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Grand Hall et Salons de Réception-