-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
23.05 € 149.99 €
Voir le deal

Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert]

 :: S'écrivent les Chroniques :: Dans les Six Duchés :: Ailleurs en Cerf Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 11 Déc - 17:42
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Des traces récentes de feu… Un paysage encore marqué par les combats et le sang. La boue qui se mêlait aux cendres et les débris du campement abandonné.

Pas de doute, il était bien au bon endroit.

Ayant galopé à bride abattue à travers toute la campagne Cervienne, Capuche arrivait tout juste sur les lieux de la récente attaque qui avait coûté la vie au seigneur Loyal de Vinville et quelques autres anonymes dont l’histoire ne retiendrait pas le nom.

Il avait fallu plusieurs jours pour que la nouvelle parvienne jusqu’à Castlecerf et préparer ce voyage. Finalement, l’assassin s’était résolu à se rendre seul sur place. Dans le souci de gagner du temps d’une part, poussé par la nécessité d’envoyer quelqu’un enquêter sur place avant que les traces ne disparaissent. Mais aussi pour permettre à Genêt et à ses hommes de se consacrer à des tâche autrement plus importantes, comme réorganiser le pigeonnier, maintenir la communication entre les duchés et surtout procéder au recrutement à travers de nouvelles « ombres » et « apprentis » parmi une population meurtrie par une série d'évènements dramatiques.
Le malheur des uns faisait toujours le bonheur des autres...

Par ailleurs, contrairement à l’attentat méthodique qui s’était déroulé aux obsèques de la reine, cette nouvelle attaque, telle qu'elle avait été rapportée, semblaient mettre en évidence une perte de contrôle des forces en présence. C’était peut-être le « dérapage » que Capuche attendait depuis si longtemps du côté des pies et qui lui permettrait enfin d’avancer dans sa quête.

Si tel était le cas… Alors l’affaire prenait une tournure personnelle et nul autre que lui au sein de la guilde n’était en droit de se trouver ici.


Évidemment lles intempéries étaient passées par là. Pourtant, les stigmates de la bataille étaient encore bien visibles. Posant pied-à-terre et restant debout immobile près de sa monture, l’assassin semblait prendre le temps de réaliser l’ampleur de ce qui s’était joué ici. Une odeur de mort imprégnait les lieux, émanant des cadavres des chevaux qui avaient été laissés sur place, contrairement à ceux des hommes qui avaient été expressément récupérés par les survivants de l’attaque et renvoyés à leur famille.

Face à ce triste spectacle, Capuche n’arborait aucune émotion particulière. Il avançait simplement et avec un soin particulier au milieu des ruines du bivouac à la recherche de traces ou d’indices susceptibles d’attirer son regard.

Par prudence, il conservait son arc à la main. Comme si les lieux n’avaient pu encore se débarrasser d’une certaine présence hostile.

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Avr - 14:24
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
Une frêle silhouette s'avançait depuis le couvert des arbres. L'individu n'avait pas remarqué l'homme qui se trouvait un peu plus loin mais il entendit le renâclement de sa mouture, peu satisfaite de l'allure qu'il lui avait demandé de soutenir pour arriver pas trop tardivement sur les lieux de cette étrange et meurtrière attaque. La personne s'avança encore, sortant ainsi pleinement à la lumière pâle de ce ciel de printemps.
L'assassin put constater qu'il s'agissait d'une jeune fille dont les cheveux bruns arrivaient à peine à hauteur des épaules. Elle portait une robe grise, trop grande, constellée de tâches et serrée à la taille par une large ceinture pour que l'adolescente ne flotte pas trop dedans. Ses chaussures étaient crottées et dans un état proche du pitoyable. Il dut attendre qu'elle se rapprocha suffisamment pour voir que ses yeux étaient aussi gris que sa robe. Elle ne le quittait pas du regard depuis qu'elle l'avait remarqué et avançait droit vers lui avec un curieux mélange de déterminisme et d'appréhension.

" Z'êtes qui ? " annonça d'une voix cristalline celle qui se nommait Printemps.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Avr - 17:50
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Le passage des jours ainsi que des hommes venus récupérer les corps avaient laissé des traces. Cependant, les lieux étaient encore probablement dans un état proche de celui dans lequel ils avaient été laissés après l'attaque.

Capuche se doutait que les indices n'allaient pas être nombreux. Même si les choses avaient certainement été trop loin, il imaginait mal les instigateurs d'un coup aussi audacieux laisser quoi que ce soit derrière eux. Toutefois, il existait encore quelques informations exploitables : la disposition des objets laissés sur place ; la direction prise par le feu ; certaines traces laissées au sol...

Malgré l'insupportable odeur de charogne qui régnait sur place et les mouches qui voletaient autour de lui, l'assassin veillait à se montrer méticuleux. Ainsi, il prenait garde à ne rien déplacer ou à seulement effleurer du bout des doigts ce qui lui sautait aux yeux. Comme pour essayer d'entendre l'histoire d'objets qui ne paraissaient pas à leur place initiale. En se déplaçant à travers les restes du campement, il pouvait alors tenter de s'imaginer un scénario plausible de l'ordre des évènements.

Certaines empreintes de pas, de sabots et de roues menaient en direction du village tout proche... Mais elles pouvaient être l'œuvre de personnes venues après les faits. Toutefois, le hameau pouvait également abriter quelques potentiels témoins ou participants du massacre à débusquer.

D'autres traces similaires permettaient de déduire des mouvements en direction de la forêt. Peut-être lui faudrait-il également pousser la recherche dans cette direction ?

Utiliser la végétation était des plus logique pour une embuscade... Il y avait donc fort à parier qu'au moins une partie des assaillants étaient venus ou avaient fui par là. Suivre cette piste pouvait alors aboutir à un éventuel lieu de regroupement et donc à de nouveaux indices.

Ne s'attendant pas à trouver encore quoi que ce soit de vivant ici, l'assassin n'avait pas cherché à faire preuve d'une vigilance particulière. Tout à ses réflexions, il fut alors troublé par l'agitation soudaine de son cheval qui lui signifiait l'approche de quelque chose ou de quelqu'un hors de son champ de vision.

Ne s'attendant pas à une attaque, mais prudent malgré tout, Capuche se retourna sans brusquer son mouvement. Il put alors remarquer une silhouette clairement féminine s'avancer vers lui. Cette dernière ne portant aucune arme visible, l'assassin ne manifesta alors pas non plus d'attitude hostile, gardant simplement son arc dans une main et s'approchant doucement de son cheval afin de le calmer en lui caressant l'encolure.

Laissant la jeune femme s'approcher, il s'adressa alors à elle sur un ton rassurant, malgré sa méfiance évidente.

" Bonjour...

Je ne cherche pas les problèmes."


L'animal montrant petit à petit des signes d'appaisement, l'assassin sorti alors une pomme de sa besace afin de la présenter à son cheval. Tandis que celui-ci profitait de sa friandise, Capuche tenta alors d'amorcer le dialogue.

" Je cherche seulement un objet perdu... Et il se pourrait bien qu'il soit dans les environs.
Est-ce que tu sais ce qu'il s'est passé ici ?"

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Avr - 12:48
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
" Ça me dit pas qui t'es." répondit-elle en haussant les épaules qu'elle avait toutes graciles.
Qu'y cherche pas la merde d'accord. Ça l'arrangeait car elle avait pas spécialement envie de se recevoir des coups ou qu'il profite d'elle. La demoiselle avait treize ans, peut être quatorze - on s'amusait pas à compter ce genre de choses par ici-, mais elle était pas conne non plus. Après entre c'qui disent et c'qui font... Maman, elle dit d'être toujours méfiante.

Elle ne le connaissait pas. Il avait du faire de la route pour que son canasson soit fatigué comme ça. Il lui donna une pomme, le cajolea un peu tandis que l'adolescente avançait.

" Ouais j'sais des trucs. Tu me donnes quoi en échange ?"
Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Avr - 17:00
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Capuche avait beau se montrer le plus rassurant possible, son attitude doucereuse était loin de satisfaire la gamine qui répondit du tac au tac à l'assassin qu'il ne s'était toujours pas présenté.

Cette réponse spontanée le fit sourire et il ne put réprimer un soupire amusé.

Piochant dans son panel d'identités de secours, Capuche reprit alors la parole de manière à rassurer la paysanne.

"Mon nom ne te dirait rien de toute manière ! Tu n'a qu'à m'appeler Limier.
Et je te signale que tu ne m'a pas dit ton nom non plus petite Demoiselle !"


Puisque sa visiteuse ne semblait pas s'embarrasser de convenance, l'assassin décida de la suivre doucement sur ce registre afin de la mettre en confiance.

Celle-ci fit alors remarquer à l'encapuchonné qu'elle disposait peut-être des informations dont il avait besoin, moyennant rétribution bien évidemment.
Échappée d'une étable, mais loin d'être idiote la gamine !

Cela aussi amusa l'assassin qui fouilla aussitôt dans sa ceinture pour en sortir une pièce d'argent qu'il jeta à la demoiselle avec un sourire de connivence.

"Pour toi et les tiens !... Ou pour toi toute seule, je ne suis pas là pour juger !
Raconte ce que tu sais et peut-être bien que tu auras d'autres cadeaux si tu m'aides d'ailleurs !"

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Avr - 13:59
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
" Printemps. "


La petite attrapa la pièce au vol et la regarda avec attention pendant une grosse minute. C'était bien la première fois de sa vie qu'elle voyait un truc comme ça. Des yeux s'ouvraient grands, tandis qu'elle tournait le morceau de métal entre ses doigts sales. Ah ben, non elle rêvait pas !
Elle ferma son poing très fort sur la pièce et cala sa main dans son dos. Faudrait pas qu'il changea d'avis cet animal-là ! Limier qu'il avait dit qu'il s'appelait.


" D'acc ! C'pas du chiquet ta ferraille. Affaire conclue ! "


Elle gardait ses distances, balançant sur ses petits pieds mais ne le quittait pas des yeux. S'il avait une pièce comme ça, peut-être qu'il en avait d'autres...
" C'la qu'est mort. Le riche là. Ben il est passé avec toute sa clique dans notre village dans l'matin. Les gardes ils avaient les armures qui brillaient fort et ça sentait bon la bectanse dans la chariole. "
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Mai - 18:02
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
A l'entente du prénom de la jeune fille, l'assassin arbora une attitude plus détendue en même temps que son sourire se faisait plus doux.

"Un joli prénom, pour une jolie petite demoiselle, on dirait !" Ajouta-t-il alors sur le ton de la gentillesse.

Bien évidemment, le blondinet n'était nullement intéressé par la jeune paysanne. Trop jeune et trop maigre à son goût. Il n'en demeurait pas moins qu'il ne coûtait rien d'essayer de faire du charme à son interlocutrice dans le but de bénéficier de son aide pour la suite de son enquête.

Si elle s'y montrait insensible, il lui restait toujours le recours à son deuxième atout. Quelle que soit l'extraction, tout le monde comprenait le langage des espèces sonnantes et trébuchantes. La curieuse petite visiteuse de Capuche n'y faisait pas exception puisqu'elle finit par se montrer beaucoup plus loquace une fois la pièce en main.

Évidement, le récit qu'elle faisait des événements était succin, mais il avait tout de même l'essentiel.

En ces temps menacés par la disette et la colère populaire, le convoi avait probablement manqué de discernement et très certainement de discrétion en traversant le village tout proche.
D'ordinaire, quand on avait le ventre plein tous les jours, on ne remarquait pas le stock de provisions d'un convoi très certainement rempli de bien d'autres richesses.

Le message que Capuche avait reçu relatait la présence de villageois affamés sur les lieux. Le récit de la jeune fille et les traces qu'il avait lui-même relevées semblaient attester cette affirmation.

La question était désormais de savoir si le dérapage de la situation avait été spontané ou s'il avait été prémédité par les pies responsables de l'attaque.

Il y avait d'autres pistes à explorer. Mais pour l'heure le village semblait être l'option la plus viable pour obtenir davantage de témoignages.

À l'issue du récit de la jeune fille, Capuche sembla pensif :

" Je vois... Vu la galère pour se remplir la panse en ce moment, je comprends mieux pourquoi je ne trouve plus rien ici !

Bon... "


Il se dirigea vers l'arrière de son cheval afin d'ouvrir l'une des fontes de sa selle. Fouillant à l'intérieur de cette dernière, il reprit alors la parole

"Des pièces aussi jolies, j'en ai pas à l'infini. Par contre..."


Sortant de la besace deux petits paquets emballés, il en tendit un à la jeune fille avant de reprendre.

"Si tu me conduis jusqu'à ton village, je veux bien partager mon repas avec toi pendant qu'on marche."


Il ne s'agissait qu'un peu de pain sommaire et de viande séchée... Mais vu comme la gamine nageait dans sa robe, le blondinet avait l'intuition que le geste serait apprécié malgré tout.

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Mai - 21:50
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
La fille haussa les épaules quand le blondinet dit qu'elle avait un joli prénom et qu'elle était mignonne. Rien à secouer des beaux mots. Elle tortillait la pièce entre ses doigts, zieutant ce que l'inconnu faisait.

" Ouais, c'est pire que d'hab depuis que ça a fait boum... "
Elle savait pas que c'était une éruption qui avait provoqué tous ces dérèglements, ni qu'on appelait séisme la terre qui tremblait. Ici, ils avaient juste vu la pluie cendreuse descendre du ciel, faire crever un ou deux porcs qui avaient bu de l'eau et rendre bizarre les réserves de nourriture qui dormaient dehors.

" T'as quoi dans ton truc là ?"
La perspective d'avaler quelque chose de consistant lui fit lécher sa lèvre. Printemps s'avança finalement un peu plus pour voir ce que Limier sortait de ses fontes.
Elle avait toujours plus ou moins faim et son petit nez frémit quand elle distingua ce que l'animal avait emmené dans ses bagages. Il y avait un bout de viande là dedans : elle en mettrait sa main à couper ! Peu importe qui c'était cet homme, et malgré sa défiance naturelle pour un inconnu, elle devait avouer une chose : il savait parler à ses sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Mai - 14:01
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Au regard avide qu'elle adressait au paquetage, Capuche comprit bien vite qu'il avait su trouver le point de pression idéal pour conduire la petite Printemps à lui venir en aide. Si elle acceptait de l'accompagner et qu'elle se portait garante de ses bonnes intentions, le contact auprès des autres villageois n'en serait que plus simple.

Toute la difficulté serait de savoir si ces derniers avaient choisi un camp dans les évènements qui s'étaient déroulés ici. Une question à laquelle il lui faudrait rapidement une réponse pour savoir comment il devrait s'aligner pour pouvoir poursuivre son enquête.

Pour l'heure il lui fallait déjà se rendre sur place. Il partagea donc de bon coeur sa ration de nourriture avec la jeune fille qui se saisit goulûment du paquet comme s'il avait s’agit d'un trésor. Cela amusa l'assassin qui gratifia alors de nouveau la petite demoiselle d'un sourire. Il était évident que celle-ci ne devait pas manger à tous les repas.

À défaut de parvenir à quelque chose aujourd'hui au moins pourra-t-il s'enorgueillir d'avoir fait une bonne action...

Le duo semblant s'être entendu, Capuche la laissa alors le conduire jusqu'au hameau tout proche.

Profitant du trajet, le blondinet tenta alors d'en apprendre davantage sur les évènements sans donner l'impression de vouloir conduire un interrogatoire.

" ça à l'air d'avoir salement ferraillé par ici... Y a-t-il eu des blessés dans votre village ?"

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Mai - 15:31
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
Printemps saisit le paquetage qu'il lui envoya et le serra contre sa maigre poitrine, collant son nez dessus pour se délecter d'avance de ce qu'elle allait se mettre dans le bec. Elle ressemblait à un petit animal craintif et affamé qui s'accrochait à son bout de gras comme le bien le plus précieux de son existence. Dommage que ça se mange vite et disparaisse...

Ils commencèrent à rentrer au village puisque c'était ce que le Limier voulait. L'adolescente mâchait sinon bruyamment, tout du moins sans aucune délicatesse.

" Ah c'ben vrai... " fit-elle en secouant la tête. Ses mèches brunes volaient autour de son visage émacié. Elles étaient aussi sèches et rêches.
Ça avait féraillé comme il avait dit.
" Y'a mon cousin qu'est mort. Du coup la tante elle pleure beaucoup... Entre deux, même qu'elle dit que les gars sont cons. Yen a d'autres qui ont crevé ou sont revenus blessés. Même que Rustique, il s'est encore brûlé avec son feu... Le con ! " affirme-t-elle avant de croquer goulument dans le morceau de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Mai - 16:46
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 184
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Tout en marchant aux côtés de printemps et de sa monture, Capuche écoutait avec attention les informations que lui fournissait la jeune fille. Même si ces dernières étaient succinctes, elles lui donnaient en tout cas des pistes intéressantes à suivre pour la poursuite de son enquête.

Premièrement, il apparaissait clair que certains des villageois présents lors de l'attaque n'avaient pas été que des dommages collatéraux, mais bien partie prenante dans cette lamentable histoire. Mais la cible la plus intéressante était clairement cet homme dénommé Rustique.

Comme il l'avait remarqué plus tôt, la direction prise par l'incendie laissait clairement supposer que celui-ci avait été contrôlé, très certainement dans le but de piéger ceux qui se trouvaient derrière. Peut-être le terrain avait-il été déjà préparé à l'avance avec des produits inflammables, mais il en doutait. Les restes de tente et la position des chariots indiquaient que le convoi s'était arrêté et installé volontairement à cette place. Évidemment une trahison interne était toujours possible, mais là non plus, il n'y croyait pas vraiment au vu du profil des rescapés qu'on lui avait rapporté.

Celui qui avait maîtrisé ce feu devait disposer d'équipements spécifiques ou bien d'une magie particulière... Mais ce n'était pas là le plus important. Celui-ci savait forcément par où devaient arriver les assaillants et avait donc très probablement reçu des instructions en conséquence.

Bien entendu, il y avait une part de supposition dans l'hypothèse de travail que l'assassin commençait à échafauder. Mais aux vues de ce qu'il avait déjà pu observer sur place, celle-ci lui paraissait malgré tout solide.

Sa décision était prise... Il devait trouver en premier lieu ce dénommé Rustique pour l'interroger.

Pour l'heure, il se contentait de déguster sa ration en conversant aimablement avec sa petite guide, lui demandant notamment pourquoi elle se trouvait sur place au moment où il y était lui-même.

Cette dernière lui avait alors répondu qu'elle était simplement en recherche d'objets intéressants à récupérer. Mais comme il l'avait constaté lui-même, il ne restait aujourd'hui plus grand-chose... Au moins ne rentrait-elle pas bredouille avec un léger repas et une jolie pièce dont elle trouverait très certainement l'utilité une fois chez elle.

Constatant que sa monture était reposée, il lui proposa alors de la raccompagner au trot jusqu'à chez elle en la faisant monter en croupe. Le reste de la discussion ne fut plus alors qu'amabilité afin de savoir si son village parvenait malgré tout à trouver de quoi se sustenter et si elle-même aimait la vie qu'elle y menait.

Une fois rendu, il lui demanda enfin s'il y avait une taverne ou bien une quelqu'un avec une étable suffisemment hospitalière pour accepter de le loger. La première option étant évidemment idéale pour retrouver plus rapidement l'homme qu'il recherchait.

_________________
Lâchez les chiens [Fin Verdissante] [RP Ouvert] Apr-s-nous-le-silence-5-575858a
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Mai - 14:52
Eda
Celle qui aide
Eda
Messages : 213
Printemps avait regardé avec appréhension le cheval sur le dos duquel il comptait la faire grimper et elle s'était accrochée de toutes ses forces au gars devant elle tellement elle n'était pas rassurée par ce moyen de locomotion. Elle eut du mal à desserrer les dents jusqu'à ce qu'elle puisse poser pieds à terre une fois parvenus au village.
" T'as l'étable du Gros Pam pour ta bête et toi. "

C'était le seul endroit où les gens de passage pouvaient trouver un coin où dormir. Au milieu des vaches, lapins et autres animaux de traits, il était assuré d'une nuit chaude s'il le désirait. Les derniers à y avoir pioncer étaient ceux qui avaient accompagnés les hommes aux abords de la forêt... Il fallait le vouloir pour s'y entasser à plusieurs mais si les villageois étaient partageurs pour certaines choses (à boire contre rémunération par exemple), aucun d'eux n'aurait pu, même s'il l'avait voulu, passé une paillasse à quiconque dans sa propre masure.

" Le monde y va chez la Mère Grande pour picoler. Si tu t'ennuies. "
La demoiselle lui montra du doigt les deux bâtiments dont elle parlait : l'un juste à côté de l'endroit où ils arrivèrent et l'autre à l'autre bout de la rue principale. Il fallait dire que le patelin n'était pas bien grand non plus. Il était plus que rapide d'en faire le tour. Un peu plus d'une centaine de personnes habitaient probablement ici. Aucun d'entre eux ne savait assez compter pour que cette estimation soit avérée. D'autant qu'entre les décès et les naissances, ça changeait tout le temps ; ils n'allaient pas s'emmerder avec ça !

La masure de Grande était l'équivalent d'une taverne sans les avantages que l'on pouvait y trouver dans une plus grande ville. La patronne servait à boire. C'était comme ça qu'elle gagnait son pain. Il fallait pas lui demander de servir à manger, parce que déjà y'a plus rien à becqueter et puis parce qu'elle n'avait pas que ça à faire. Elle n'avait pas d'écurie, pas de chambres, juste une grande salle meublée de tables et de chaises pour recevoir les clients. Pas de putain pour distraire ces messieurs, pas d'autre serveuse qu'elle-même.
Pour grande, elle l'était la Mère. De dos, malgré ses longs cheveux bruns, elle aurait aisément pu passer pour un homme tant ses épaules étaient carrées, ses hanches comme ses fesses dépourvues de toutes rondeurs féminines. De face, cela allait mieux mais elle était loin d'être un tant soit peu agréable à l'œil. Elle n'en avait rien à secouer et déambulait en maîtresse absolue en son royaume au milieu des tables.
Celles-ci étaient occupées de manière très disparate en journée. Mais sitôt que le jour déclinait, comme tout bon débit de boisson qui se respectait, la Mère faisait davantage recette. Enfin... Quand les gens avaient de quoi payer. Pas de crédits ici : pas d'argent, pas de boisson. Mais certains venaient quand même pour retrouver leurs camarades après une dure journée de labeur. Ce fut là, entre ces quatre murs qu'eurent lieu, quelques jours auparavant, ces si longues conversations où chacun se plaignait de son sort, où ce gringalet aux yeux bleus parlait si bien de justice et d'injustice... Et où ils décidèrent de s'en prendre au noble et à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: S'écrivent les Chroniques :: Dans les Six Duchés :: Ailleurs en Cerf-