Sam 5 Mai - 22:20
Izolde
Âme de Justicière
avatar
Messages : 10
Localisation : Castelcerf
Izolde
Source de l'image : Cardista by Yanamari (Lori Krell)

Âge : 21 ans
Origine : Lac Bleu (Bauge)
État civil : célibataire
Profession : ex-prêtresse d'Eda, future ménestrelle


Et vous ?

Pseudo joueur : Idriel le plus souvent en RP
Âge : dites 33
Votre chemin jusqu'ici ? : c'est plutôt le cerf bleu que j'ai suivi ! (j'ai vu mention de la "renaissance" ici en passant voir ce que devenait un autre forum dans le même univers, que j'ai bien connu)
DESCRIPTION PHYSIQUE
1,7 m ● 65 kg
femme-enfant ● brune ● yeux noirs


Izolde possède un fin visage au teint clair, encore habité des rondeurs de l'enfance, qui la fait souvent prendre pour plus jeune qu'elle n'est. Lorsque cela lui est utile, elle ne s'interdit d'ailleurs pas de forcer le trait pour attirer sympathie et protection à son égard. Ses grands yeux noirs de jais sont de bons alliés, d'autant qu'ils savent suggérer de bien nombreuses expressions. Quant à ses cheveux de la même teinte, sa coupe actuellement courte (quoique la repousse ait été notable durant le voyage jusqu'à Castelcerf) témoigne d'une perte bien réelle, et elle a juré de les garder enserrés bien haut sur sa tête jusqu'à ce que justice soit faite.
Elle aurait aimé être de taille plus modeste, pour pouvoir mieux parachever le tableau, mais sait se contenter d'avoir au moins évité les épaules larges de sa montagnarde de mère. Sa silhouette est plutôt ordinaire en dehors de cela, une toute jeune femme comme une autre, mais qui sait souligner un trait ou l'autre en fonction de ses objectifs, quoique toujours avec subtilité et respect des convenances. Elle prend soin de son apparence, et aime se parer de colifichets souvent sans valeur (les fleurs des champs ne sont pas les dernières dans la liste), mais le plus notable dans son allure, reste tout de même le pétillement d'énergie qui semble souvent émaner d'elle.

CARACTERE
Vive ● Passionnée ● Coquette ● Têtue ● Touche-à-tout


Izolde semble déborder d'énergie pour à peu près tout et n'importe quoi, elle s'enthousiasme facilement, et s'engage tout aussi vite, sans prendre le temps de longues réflexions. Elle a plus de difficultés en endurance : une fois que quelque chose est intégré dans le quotidien, cela ne tarde pas à l'ennuyer. Il lui faut du mouvement, de la nouveauté, bref, de la vie, dans son infinité de variations et de couleurs. Cependant, elle n'est pas totalement inconstante, et elle se dédiera toute entière à la cause qui l'aura touchée à cœur, à l'activité qui aura suscité en elle une profonde affinité.
D'une manière générale, elle aime attirer les regards, et se sent exister par l'avis d'autrui. Pas besoin d'écouter les ragots, il lui suffit de surprendre un sourire ou un éclat dans les yeux, et la voilà comblée. Si elle aime plaire, cela reste dans un cadre relativement naïf, et elle ignore encore beaucoup des conséquences auxquelles elle pourrait avoir à faire face. L'étroit mélange de candeur sincère et d'ingénuité simulée qu'elle présente, risque fort de lui attirer des ennuis dont elle n'a pas idée, et l'embrouille déjà elle-même : où commence la comédie, où s'arrête sa réelle personnalité ?
De par son office à l'accueil du temple, notamment, ses yeux se sont ouverts sur les faits graves se déroulant tout autour d'elle, et l'état de misère de certaines personnes. Elle ne s'est aucunement intéressée à la politique, jusqu'à l'arrivée de frère Probe, avec ses prises de position affirmées. Auprès de lui, elle a peu à peu pris conscience du degré de gangrène du Duché où elle vit, ainsi que des problèmes liés aux Pies. L'assassinat de son mentor fut pour elle un rude coup, une preuve que la réalité pouvait vraiment l'atteindre, elle et ceux qu'elle aime, alors qu'elle n'en avait pas encore bien pris conscience auparavant.
L'apparente légèreté qu'elle déploie comme un écran de paillettes ne suffit donc pas à la définir. Là aussi, difficile de séparer la sincère exaltation d'un emballement surjoué, faisant office de protection. Rares sont ceux à soupçonner qu'en réalité, ses dehors hyperactifs tentent de cacher une sensibilité bien réelle, et un petit cœur prompt à se serrer, que ce soit pour une égratignure personnelle, comme par compassion empathique envers autrui. Malgré les récentes épreuves qui ont touché sa communauté, elle reste pleine d'espoir, et tient à apporter sa pierre, aussi modeste soit-elle, à un grand dessein visant à améliorer le destin de tous ses semblables.


BIOGRAPHIE


Originaire de Bauge, Izolde est née dans un village aux environs de Lac Bleu, d'une mère issue du Royaume des Montagnes, et d'un père ayant renoncé à sa vie d'itinérance sur les routes des Duchés pour fonder famille.
La première, toujours très active et dure à la tâche, poursuit son métier de trappeuse, parfois bûcheronne quand le gibier se fait plus rare. Katlyn est une montagnarde typique, grande et solide, un peu rude dans ses manières, mais pleine de générosité pour peu qu'on respecte ses choix. Elle s'absente régulièrement pour des expéditions de plusieurs jours, voire semaines dans la nature sauvage.
Dans ces cas-là, c'est donc le père, Félin, qui assure la présence au foyer. Lui, l'ancien acrobate et musicien d'une troupe ambulante, a troqué les roues de son chariot pour les vagues du Lac Bleu : son agilité a en effet trouvé à s'employer efficacement au service du bac local. Batelier, il aide à guider la barge passant marchandises et voyageurs d'une rive à l'autre.
Il n'a cependant pas totalement abandonné son violon, toujours de sortie lors des fêtes au village, voire jusqu'à la ville de Lac Bleu, et conserve en outre tout un stock d'histoires et anecdotes. Vérités et inventions s'y mêlent étroitement, pour le plus grand plaisir de la petite Izolde.

Il y a peu à dire au sujet de sa prime enfance, hormis la qualifier d'heureuse, malgré la sobriété de l'existence dans sa famille et son village en général. Elle accompagne peu à peu ses parents dans leurs tâches quotidiennes lorsqu'elle ne va pas à l'école du village, mais n'a que peu de goût pour leurs activités, exception faite des séances de musique et de contes auprès de Félin. Devant les yeux brillants de la fillette, son père n'est que trop heureux de l'initier à son art, et de partager ces précieux moments avec elle.
Plutôt que de faire face à la rudesse des éléments comme ses aînés, Izolde préfère se tourner vers le service de la douce Eda, et se rapproche du temple local, tout d'abord sans y appartenir réellement. Elle va et vient parmi les prêtres et prêtresses, à l'aise au milieu d'eux, papillonnant beaucoup, mais toujours pleine de bonne volonté pour rendre de menus services à sa mesure.
C'est à l'âge de quatorze ans qu'elle se décide à y entrer officiellement, encouragée en cela par ses parents, soulagés de voir comme l'environnement dédié à la déesse semble parvenir à canaliser l'énergie (un peu trop) bouillonnante de leur fille. Elle participe aux différentes activités sans véritablement se spécialiser, passant une semaine au jardin, une autre à l'accueil, et la suivante à dessiner, au gré de son humeur.
Un peu plus de deux années après, lors d'une tempête d'hiver sur le Lac, Félin disparaît parmi les flots, emportant avec lui ses récits merveilleux, ses chansons et sa musique. Izolde prend du temps pour sa mère, mais il lui semble que celle-ci se plonge plus profondément dans ses équipées sauvages, et elle n'est alors qu'un poids inutile. Ne sachant trop que faire, et constatant que finalement, Katlyn ne semble pas avoir besoin de qui que ce soit, elle retourne vite au temple. Parmi ses affaire, soigneusement emballé, le violon familial a trouvé sa place, et elle continue de pratiquer chant et musique pour la grâce d'Eda, ou lors de séances profanes.

Elle a tout juste vingt ans lorsqu'un frère errant, Probe, une quinzaine de printemps son aîné, arrive à Lac Bleu en vue d'y passer l'hiver. Elle l'aperçoit lors des contacts entre le temple de son village et celui de la ville, admire rapidement sa prestance et ses discours francs, qui n'hésitent pas à critiquer les dérives des Pies comme celles de la justice expéditive du Duc, et à appeler chacun à prendre ses responsabilités à son niveau. De là, elle se porte volontaire pour chaque occasion de se rendre à la ville, mais cela ne lui suffit pas, et elle se met en tête d'être acceptée directement au sein de la communauté de Lac Bleu. Sa détermination lui ouvre les portes convoitées, la rapprochant ainsi de l'objet de son admiration.
Dès son arrivée, elle montre la plus grande application dans toutes ses tâches, et choisit le moindre de ses gestes selon les possibilités d'attirer le regard du charismatique prêcheur. C'est pourtant lors d'un moment où elle ne maîtrise rien, alors qu'elle est prise dans une vision devant la vasque où elle est venue remplir une cruche, qu'il apparaît à ses côtés. En quelques interrogations habiles, il identifie son don pour ce qu'il est puis, malgré le trouble visible d'Izolde, lui en explique posément la nature.
De ce jour, ils se revoient très régulièrement seul à seule. Tout d'abord, il lui enseigne différents exercices visant à apprivoiser sa magie, puis leurs discussions les conduisent subtilement vers un élargissement. Alors qu'elle continue à boire chacune de ses paroles, il ouvre progressivement sa conscience vers de nombreuses réalités du monde extérieur, dans toute sa complexité. Elle réalise peu à peu qu'elle ne vit ni dans un vase clos, ni dans un paradis, et qu'elle a sa part à prendre dans la marche de l'univers.
Malgré cette proximité nouvelle avec Probe, la demoiselle oscille entre des états d'âme bien contradictoires. Un moment, elle se perd dans un contentement né de la chaleur de ses yeux bruns, du lyrisme perspicace de ses paroles, ou de la douceur musicale de sa voix grave. Le suivant, elle enrage ne n'être encore et toujours traitée que comme "la petite Izolde", de rester le gentil "feu follet", celle qu'il en est venu à considérer comme sa presque sœur cadette... alors que c'est bien davantage que la fraternité qui fait battre son cœur à elle.

Viennent les premiers signes de printemps, tardifs en ces contrées voisines des Montagnes, mais bien trop précoces au goût de la jeune prêtresse. Car frère Probe a annoncé son départ avec le retour de la belle saison, et elle aura beau prier, supplier et tempêter pour qu'il reste davantage, puis pour qu'il l'accepte comme compagne de voyage, rien ne le fera changer d'avis. Au soir de la fête de fin d'hiver, il lui fait des confidences qui lui laissent croire à une possible victoire... mais ce n'est que pour découvrir, au lendemain, qu'il a précipité son départ, et quitté la ville durant la nuit.
C'est au cours de ses errements des jours suivants, alors qu'elle tente en vain de retrouver sa trace, qu'une vision s'impose à elle, lui montrant l'homme qu'elle espère. Par l'entremise de l'eau, elle est témoin de la violente agression dont il est la cible et, impuissante, le voit jeté à terre, puis roué de coups si nombreux et divers que, même avec ses modestes connaissances, Izolde sait qu'il ne verra pas l'aube suivante.
Se ressaisissant avec les plus grandes difficultés, elle se hâte de reprendre le chemin de Lac Bleu pour quérir de l'aide, mais son geste prouve son inutilité lorsqu'elle rejoint la mule qui, de son pas lent et régulier, traîne un fardeau inerte en direction de la ville. Le cadavre est presque méconnaissable, mais pour elle, aucun doute ne subsiste sur son identité. Avec des précautions d'amante, elle parvient malgré tout à le charger plus dignement sur sa monture, pour le ramener au temple où il avait passé la morte saison. Sur les lieux de la macabre rencontre, la brise disperse lentement de longues mèches de cheveux sombres fraîchement tailladés.
L'émoi est réel parmi les prêtres et prêtresses, mais Izolde déchante bientôt en constatant que rendre les derniers honneurs à Probe est la seule réaction qu'ils envisagent, cependant qu'elle n'a qu'un mot en tête : justice ! Cette justice qu'ils craignent de seulement demander, elle n'a pas l'intention d'y renoncer, et malgré l'immobilisme, voire les exhortations à se tenir tranquille, elle frappe aux portes les plus incongrues... en pure perte.

Mais son apparente impuissance ne fait que renforcer sa détermination, et la teinter d'une rage nouvelle. Probe vaut mieux qu'une vulgaire passivité proche de l'indifférence ! Si l'on ne veut rien faire, rien entendre à Lac Bleu, elle ira donc à Beauxcôteaux ou Gué-de-Négoce. Et la voilà partie pour la capitale du Duché, dans une nouvelle aventure qui constituera comme un pendant pratique, après les explications théoriques du frère assassiné. Et ses discours passionnés trouveront bien souvent confirmation dans les expériences de vie de la jeune fille...
Beauxcôteaux s'avérant aussi sourde que Lac Bleu, elle pousse jusqu'à Gué-de-Négoce, et y passe de longues semaines en Grain et Oraison, où elle se heurte encore et toujours à une succession de fins de non recevoir. Son acharnement ne semble rien pouvoir contre les gardes qui lui barrent le passage et la repoussent. Les plus civils et patients lui conseillent de rentrer chez elle, les autres... elle préfère feindre la surdité. Se rendant finalement aux arguments des premiers, elle se remet en chemin pour Lac Bleu, plus furieuse que découragée. Là, elle constate vite qu'il lui est impossible de reprendre ses anciennes habitudes, qu'elle ne peut simplement endosser ses fonctions d'avant comme si de rien n'était. Et l'idée germe rapidement : il lui reste un recours. Au-dessus de l'horrible Duc de Bauge et de ses laquais, il y a le roi. Castelcerf.
Peu après la fête des vendanges, elle reprend donc la route, pour un voyage d'une autre ampleur, et alors que la saison commence déjà à changer. Les journées sont rudes pour la jeune prêtresse, mais de belles rencontres l'ensoleillent parfois, et son sang paternel, dont l'avidité de découvertes s'est éveillé les lunes précédentes, obtient son content de nouveauté. Elle atteint enfin la capitale fin Pluie, juste à temps pour la célébration des morts, ce qui lui apparaît comme un signe.

[infos complémentaires : Izolde n'a pas vu distinctement les agresseurs de Probe, elle ignore aussi s'ils font partie des Pies, ou s'il s'agit d'hommes de main du Duc, voire encore autre chose. Moi aussi, je préférerais garder le flou là-dessus, pour l'instant. Et sinon, j'aimerais bien démarrer sur l'arrivée d'Izolde à Castelcerf, un petit flash-back donc, fin Pluie, avant de me remettre dans le cours du temps normal du forum.]


MAGIE

Mage ou non Mage : lecture de l'eau (méconnue dans la région, donc fort probablement héritée de son père)

Quel rapport à la Magie ? : Elle voit la sienne comme un don des dieux (sans doute de la si maternelle Eda), qui fait appel à sa facette plus "secrète" d'elle-même, et qu'elle se plaît à conserver ainsi. Non qu'elle s'en cache réellement, mais cela ne fait pas partie des choses qu'elle racontera au premier venu. Sans doute que sa prise de conscience tardive sur la nature de cette magie n'est pas non plus étrangère à cette réaction : car auparavant, au village, personne n'avait pris au sérieux ses histoires d'images vues dans l'eau, et qui, elle, l'effrayaient parfois réellement. Après une phase où elle s'efforçait d'éviter les situations pouvant conduire à une vision, elle aborde désormais son don plus sereinement. Malgré ce statut de presque novice, elle travaille avec assiduité pour être digne de ce cadeau exceptionnel, et d'autant plus que c'est frère Probe qui a identifié sa capacité particulière. Donc, c'est à la fois en mémoire de lui et en remerciement à Eda qu'elle s'efforce de maîtriser ses visions.

Elle se méfie du Vif et de ceux le pratiquant, car ayant surtout entendu parler et été témoin de son utilisation par les Pies, il n'y avait rien là qui puisse la rassurer. Elle ne veut pourtant pas tomber dans la paranoïa qui consisterait à accuser toute personne un peu proche d'un animal, et comme elle n'a pas la moindre idée de ce qui pourrait ou non prouver l'existence du Vif, elle se trouve assez ennuyée par la question. Au final, elle se cantonnera à une réaction de distance prudente si elle a des doutes.

Éloignée des réalités liées à l'Art, elle partage le cliché le plus commun : une bonne magie, véhiculée par la lignée royale pour le service des Duchés. Et ce en se sentant assez peu concernée par les pouvoirs réels des artiseurs, pouvoirs qu'elle n'identifie pas avec précision : tout ceci reste assez flou, mais elle est persuadée qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter, ni personnellement, ni pour le pays : le roi et ses magiciens d'Art veillent.

Les sorcières des Haies ne suscitent rien de particulier chez elle, elles font partie du paysage, mais plutôt de loin, ses proches n'étant pas spécialement fervents à aller consulter ce genre de personne. Elle les pense sincères dans leur commerce, mais s'est jusque-là passée de leur aide. Izolde n'a pas connaissance d'autre type de magie.  

Niveau de Magie : Dans son ensemble, Izolde maîtrise son don mais elle a encore besoin de pratique pour l'affiner et l'utiliser à son plein potentiel.


OPINIONS


Le Roi et la famille Royale : Le roi est un homme bon et juste, d'ailleurs, c'est ainsi qu'il s'appelle, il doit forcément faire honneur à son prénom, n'est-ce pas ? C'est sûr, à Castelcerf, on écoutera ce qu'elle a à dire, et grâce au roi, les coupables seront punis, ainsi, tout finira par rentrer dans l'ordre. La reine... oh, cette pauvre dame, c'est terrible, comment a-t-on pu faire ça, alors qu'en plus, elle attendait un enfant ? Vraiment, les Loinvoyant n'ont pas beaucoup de chance, pourtant, ils sont bien dévoués, ils ont bien du mérite.

Votre Duc, votre Duché : Ce Narcisse Aiglevif ? Beurk... une horreur, ce type, exactement comme ceux qu'il fait semblant de combattre. A croire qu'ils se sont mis d'accord pour pouvoir se livrer à leurs petits jeux chacun de leur côté. Non, vraiment, il n'a rien pour le racheter, c'est même étonnant qu'il occupe toujours sa place de Duc. Mais ça ne pourra pas durer toujours, ça, non. Un jour, le mécontentement sera le plus fort, et s'il lui reste ses yeux pour pleurer, ce sera bien beau.

Les Pies ? : Pas mieux. Peut-être même pire, si c'est possible. Elle n'est pas sûre de vouloir comprendre les motivation de ces assassins qui semblent se complaire dans leur politique de terreur. En fait, elle préfère ne pas parler d'eux du tout, et se détourner, poings serrés, sans plus trace de son exubérance habituelle.

L'ouverture du Royaume aux étrangers ? : C'est une chance incroyable ! Toutes les nouvelles marchandises qu'ils amènent, leurs histoires et leurs coutumes, leurs chants... non, il ne faut surtout pas fermer la porte à de telles richesses. Et s'ils ont des pratiques peu humaines ? Hum, il faut voir, mais il n'y a pas de raison qu'ils soient plus mauvais que vous et moi.


COMPETENCES


Lecture, écriture, calcul : de bonnes bases dans chacune de ces disciplines, car elle les a apprises à l'école du village, puis consolidées auprès de ses confrères et consœurs du temple d'Eda, même si cela n'a pas toujours été de bon cœur

Capacités intellectuelles :
Izolde ne s'étant que rarement attachée à un seul sujet, elle a survolé de nombreux domaines, que ce soit auprès des frères et sœurs du temple d'Eda, ou en compagnie de ses parents.

rudiments en pistage (appris avec sa mère, mais elle trouve les lapins ou les petits oiseaux trop mignons pour leur faire du mal), bonne connaissance de la flore de Bauge (par sa mère également), et bases de survie (transmises par ses deux parents)

bases en horticulture (elle aimait aider les frères et sœurs en charge de la culture des fleurs), bonnes connaissances en art floral (bouquets, couronnes... une de ses activités favorites au temple)

rudiments en herboristerie et en soins (apprises lorsqu'elle servait, là aussi en tant qu'assistante d'une sœur plus expérimentée, auprès des malades du temple), ainsi qu'en dessin (également au temple)

connaisseuse en musique : violon, plus diverses petites percussions d'accompagnement (clochette, bracelet de grelots, maracas...), transmis de manière entièrement orale par son père. Elle n'a donc que peu de connaissances théoriques, mais sait jouer les airs, le plus souvent joyeux et appelant à la danse. Elle est autodidacte en chant, donc sa technique n'est pas bien solide, mais elle a le sens du rythme, et sait reconnaître ce qui est juste ou ne l'est pas.



Aptitudes physiques : bases en autodéfense (à la dague), apprentissage avec sa mère, dans la lignée de laquelle cette transmission est une tradition familiale

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mai - 11:47
Izolde
Âme de Justicière
avatar
Messages : 10
Localisation : Castelcerf
*tend sa copie à Ménestrel, El et Eda *
Voilà, j'ai terminé ! A vot' bon coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mai - 15:07
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 113
Te voilà VALIDÉ !

Pour te lancer à l'aventure, voici quelques adresses utiles : les journaux de bord sont ici, tu y trouveras les notes des héros déjà validés, leurs jeux en cours et terminés : surtout n'hésite pas à faire le tien ! Pour demander un jeu justement, c'est par ici que cela se passe, tu peux aussi solliciter les Dieux si tu désires jouer avec un PNJ. Enfin, n'oublies pas de poster ton suivi joueur juste ici qui sera valable pour tous tes personnages, que nous sachions un peu qui se cache derrière l'écran et surtout pour prévenir de tes éventuelles absences.

Et surtout, n'oublie pas d'aller recenser ton prénom et ton avatar que tu restes unique sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Des Chroniques... Des Héros :: Fiches :: Autres Mages-