Mer 4 Avr - 16:34
Syldrunn des Montagnes
Héritière des Chyurdas
avatar
Messages : 17
Syldrunn des Montagnes
Source de l'image : Blue Pearl par Enviki

Âge : 18 ans
Origine : Montagnarde
État civil : fiancée
Profession : Future Oblat du Royaume des Montagnes

Et Vous ?

Pseudo Joueur : Auré, c'est tres bien Auré. Malty c'est mieux!
Âge : 30 cet année
Votre chemin jusqu'ici ? : J'étais présente sur l'ancienne version. J'en reviens d'ailleurs et j'ai bien rit en relisant nos Rp
Autre : love tout plein
DESCRIPTION PHYSIQUE
1m73 ● 65kg ● Elancée ● Blonds foncés● azur

Grande, c'est le premier mots qui vient a l'esprit quand on rencontre la jeune Syldrunn. Car comparée aux femmes des Duchés la Montagnarde les dépasse d'une demi-tête. Il en va de même pour certains hommes. Svelte, elle est pourtant musclée, a force de grimper les montagnes de son enfance. Une épaisse cascade de cheveux blond roux flotte dans son dos, et descend jusqu'au creux de ses reins. Sa peau est pale comme le lait, tacheté de taches de rousseurs. Elle en as sur le visage, les épaules, et un peu sur la poitrine. Son visage est un joli ovale où trônent deux yeux d'un bleu troublant. Sa bouche pulpeuse appelle aux baisers et est toujours légèrement entrouverte, dévoilant des incisives un tout petit peu trop longues. Un nez fin en trompette, des pommettes rondes, le tout parsemés de taches de rousseurs achèvent de dessiner son visage.

Coté style vestimentaire, Syldrunn préfère les couleurs vives et les tenues sobres. Une jupe longue, un chemisier confortable et une paire de bottes solides sont sa tenue préférée. Femme des routes, elle aime le pratique a l’opulence. Ça ne l’empêche pas d'arborer de temps en temps des tenues plus formelles.

CARACTERE
Curieuse ● Chaleureuse ● Volontaire ● Prévoyante ● Indépendante ● Maladroite ● Anxieuse ● Tatillonne


Jeune femme altruiste et réservée.
Elle sait être un peu têtue. Si elle a une idée dans la tête, elle veut la mener jusqu'au bout. Récemment Syldrunn a découvert ses limites, ce qu'elle peut moralement supporter ou non. Elle souffre actuellement de cauchemars et de troubles anxieux, mais c'est temporaire. Sinon c'est une jeune femme souriante et plutôt ouverte d'esprit. Le fait d’être née a un moment ou sa famille ne l’espérait plus a fait d'elle une enfant surprotégée et peut être un peu en décalage avec la situation géopolitique du monde. Elle essaye aussi d'avoir le sens des responsabilités, c'est a dire de faire ce qui est au mieux pour son peuple, et apprendre a devenir une Oblat convenable. Syldrunn a le sentiment de ne pas avoir "ce qu'il faut" pour etre aussi douée que son père.

Autrefois Syldrunn était une jeune femme joviale et joyeuse. Depuis quelques mois elle est un peu plus mélancolique, mais ce n'est que passager. Elle est perdue, troublée a cause de ce qu'elle a vu sur l’île de l'Andouiller. Et aussi, elle est rongée par la tristesse d'avoir perdu Velour son animal de lien.


BIOGRAPHIE

1027 ap. PL : Naissance de Syldrunn, héritière du Royaume des Montagnes et fille unique de Lennart, Oblat bien aimé de son peuple et de Sighild sa seconde épouse. La première étant décédée en mettant au monde un fils mort né. D'ailleurs le père de Syldrunn, fou de douleur et de chagrin, refusa durant de longues années de se remarier. Ce faisant, il allait a l'encontre de ce que son rôle lui imposait. Mais comment lui en vouloir? Il l'aimait tellement son épouse. En cette période sombre, l'Oblat multiplia les aventures et sema une grande quantité d'enfants illégitimes. Il aurait put piocher dans ces enfants pour assurer sa succession, mais il n'est même pas certain qu'il fusse au courant de ce gâchis. D'autant plus que les Chyurdas sont bien moins regardants que ceux des Duchés concernant la filiation.

Et peut être que le souverain ferma volontairement les yeux sur ces naissances? Peut être qu'il voulait offrir à ces enfants une vie sans responsabilités? Qu'il espérait lui même s'enfuir dans leurs rires et leurs jeux innocents? Ou alors tout simplement que leur vue lui était insupportable et lui rappelait trop ce qu'il avait perdu?

Pour la venue de l’Héritière, la joie et l’allégresse furent sans limites dans Jaampe, la cité colorée. En effet la petite princesse était très attendue de son peuple et fut adorée dès les premiers instants de sa vie. Sa toute petite enfance fut comme celle de tout les jeunes des Montagnes : douce et heureuse. Même si son rôle et ses obligations prenaient une grande part de son éducation. Car un jour, Syldrunn devra a son tour devenir Oblat -celle qui sert son peuple. Aussi dès son plus jeune age, la princesse apprit avec rigueur et volonté. Elle savait qu'un jour ses pensées, ses actes et ses mots devraient être entièrement dédiée au bonheur des siens. Elle en fit son mantra, sa ligne de conduite et son souffle.

Dans le même temps, la Princesse montra des dispositions au Vif, cette magie qui permet de lier son esprit a celui d'un animal. Et bien qu'elle ne soit pas aussi mal vue que dans les Duchés, il sembla important d'éduquer l'enfant, de lui apprendre a maîtriser ce dont enivrant. D'un naturel curieuse, Syldrunn avait dans un premier temps, expérimenté son pouvoir seule. Elle s'amusait a tendre son esprit vers les animaux, les végétaux et même les gens qui l'entouraient. Ce fut de cette façon, que son père, lui même légèrement sensible au Vif, découvrit le don de la jeune fille. Loin de s'en offusquer -c’était un Oblat avisé et sage- Lennarth eu a cœur de fournir a la turbulente enfant une éducation appropriée. Car le Vif pourrait peut être aider leur peuple qui sait? Malheureusement, il ne put s'en charger lui même, car il se trouvait confronté a ses responsabilité, et surtout complètement dépassé par le potentiel de l'enfant.

Ce fut une tante de Syldrunn qui se chargea de cette tache. Cette femme, sœur de l'épouse du Roi, avait un animal de lien, un gros chat tout gris, qui fascina Syldrunn dès les premières leçons. Pendant de longues années, la Princesse apprit auprès de sa patiente professeure. L'Héritière y mettait toute sa volonté dans ces rencontres qui lui donnait l'occasion de sortir de temps en temps le nez de ses obligations. Avec douceur, elle maîtrisa les subtilité de son Don, et bientôt son savoir fut presque similaire a celui qu'enseignait le Lignage dans les Duchés. A seize ans elle se lia avec Velour, une martre au caractère farceur et taquin. L'animal lui semblait être une extension d'elle même, une part libre quand elle devait rester droite et royale. Officiellement, Velour était un caprice de Princesse, un être innocent arraché a la couvée maternelle ou a une lame d'un chasseur selon son auditoire. Mais cette histoire ne valait que pour ceux qui ne savaient pas.

En 1038 ap. PL débuta la Guerre des Pirates Rouges. Dans un premier temps, personne n'en sut rien dans les Montagnes. Il fallut de nombreux mois pour que seule la rumeur a propos de l'attaque de Forge ne parvienne aux Chyurdas. Et cette nouvelle leur parut d'abord si abstraite qu'ils en furent bien septiques, Lennarth le premier. "Tout ça est bien trop loin pour s'en inquiéter" racontait-on dans la cité aux crocus. Et du haut de ses onze printemps Syldrunn ne pouvait que croire en ces mots. Car après tout, les Montagnes se trouvaient loin des cotes. Même en se dressant haut sur la pointe des pieds on ne pouvait la voir, donc jamais aucun navire a la coque carmin ne pourrait venir troubler leur paix. Cependant l'impact sur le commerce avec leur voisin se fit rudement sentir. En effet tout ce qui n’était pas absolument nécessaire restait sur les étals. Les Chyurdas en furent d'abord étonné, puis de plus en plus inquiets. Sans commerce, comment acheter ce qui leur est essentiel? Comment vendre leur surplus?

Puis un jour les ressources elles mêmes commencèrent à manquer. Les produits de luxe issus du commerce avec les Duchés d'abord, puis les denrées de première nécessité. Chaque jour de nouvelles doléances furent portée a Lennarth. Ce dernier était soucieux de l'avenir de son peuple, de ce qu'il pouvait faire pour l'aider. D'ailleurs a la même époque de violentes disputes éclatèrent entre Syldrunn et son père. Ce dernier espérait nouer des fiançailles avantageuses pour son peuple, profiter du jeune age de la Princesse pour décrocher la meilleure alliance possible. D'ailleurs plusieurs garçons issus de diverses tribus Chyurdas tentèrent leur chance. Mais du haut de ses treize ans, Syldrunn ne voulait même pas entendre parler d'eux. Son regard était tourné vers les Duchés. Elle pressentait que son avenir se jouerait là bas. Pour le bien des siens et pour son propre bonheur. Parfois, servir son peuple peut signifier qu'il faut un peu s'en éloigner.

La jeune fille mit deux années supplémentaire pour convaincre son père. La famine découlant du conflit avec les Pirates l'aida beaucoup, autant qu'elle torturait le peuple de la jeune femme. Elle devrait se souvenir longtemps encore de ces soirées d'intenses négociations et de disputes virulentes. En même temps, la demande de l'adolescente était impossible. Elle souhaitait quitter les Montagnes, son cocon, son foyer et ses devoirs, pour aller chercher ce dont les siens avait besoin. Nourriture, tissus, matériaux de construction. Le tout avec une troupe plus que réduite, pour se déplacer plus vite. Elle la seule Héritière. Alors que les Duchés étaient ravagés par un conflit qui ne regardait pas les Chyurdas. Normal que Lennarth s'y oppose fermement. Lui avait l'espoir que le conflit entre leur voisin et ces gens venus de la mer cesse bientôt. Il aspirait à retrouver la paix.
Mais ce fut sans compter sur sa tête de mule de fille.
Au final Syldrunn obtint gain de cause. Elle quitta Jaampe au petit matin, un jour de Printemps plutôt doux. Peu des siens étaient présents, beaucoup s'en allaient aussi, car les Chyurdas sont un peuple nomade. Le cœur de la jeune fille se serra quand Lennarth vient la serrer contre lui une dernière fois. Cela ressemblait trop a un adieux. Un départ sans retour. Les yeux de Syldrunn eurent a cœur de graver dans sa mémoire tout ces petits détails qu'elle chérissait tant en quittant son nid familial.

Le voyage de la Montagnarde lui sembla horriblement long. Et éprouvant. Devant elle s'étalaient les conséquences désastreuses de la guerre. Syldrunn prit rapidement les gens des Duchés en pitié. A chaque fois qu'elle le put, elle tenta de leur venir en aide, jusqu'à parfois s'attirer des ennuis avec les autorités locales. Trois mois après son départ, la Princesse entra enfin en Cerf. Elle fut impressionnée par l'architecture presque militaire de l'endroit, alors qu'elle imaginait plutot un port d'attache ... a l'image de Jaampe, tout en couleurs, chaleureux. Elle se présenta au chateau, et y sejourna un court temps, jusqu'a sa rencontre avec la Maitresse d'Art. Cette dernière lui fit tellement peur que Syldrunn prefera louer une petite chambre d'auberge et de retrouver le petit peuple de Cerf dont l'adolescente se sentait bien plus proche.
A cette période, Syldrunn fit aussi la connaissance de Sombre, un apprenti forgeron d'a peu prêt son age, qui possédait le Vif. Angoissé et terrorisé par son pouvoir, il demanda de l'aide a la Montagnarde, car il avait peur de se faire attraper et brûler. La main sur le cœur, la demoiselle fit de son mieux pour guider le garçon. Il devint ainsi son premier ami dans cette nouvelle vie. Et de cette façon, Syldrunn comprit a quel point le Vif était mal vu. Elle avait d'abord cru que c’était exagéré, comme bien souvent dans les histoires et les rumeurs. Mais quand elle assista a la mise a mort de son ami, la jeune Montagnarde en fut glacée d'effroi. Aussi, elle prit soin de présenter Velour comme un animal domestiqué, au grand dam de ce dernier qui s'en trouva completement privé de liberté.
Il fallait préserver le mensonge.

Pendant deux ans, Syldrunn œuvra pour les Montagnes depuis les Duchés. Dès qu'elle avait deux sous en poche, elle les dépensait en vivre et fournitures qu'elle faisait porter aux siens. D'une certaine façon c'était sa mission, non? En même temps l'adolescente profita pour améliorer sa pratique de la langue des Duchés et enrichir sa culture. Ses pérégrinations conduisirent d'ailleurs la Princesse sur les côtes. Surprise par l’étendue de l'océan, la jeune fille en tomba éperdument amoureuse. La force du ressac, la profondeur des couleurs de l'onde, ... tout absolument tout était là pour séduire la Princesse.
Elle fut l'invitée du Duc de Rippon et a cette occasion rencontra Liberté de Labour. Malgré leurs différences, Syldrunn se prit d'affection pour l'aveugle. Liberté est la première personne a qui Syldrunn se confia sur son désir de prendre un époux issus des Duchés et si possible des côtes, pour enrichir la culture Montagnarde et l'ouvrir a d'autres horizons.

Mais la malchance frappa encore une fois Syldrunn. Elle fut coincée sur l’île de l'Andouiller lors d'une visite. Car la Princesse avait développé une certaine curiosité pendant ses pérégrinations et elle souhaitait apprendre l'histoire de ce lieux. Elle s'y était rendue avec sa troupe, ses fidèles amis qui la suivaient depuis près de deux ans maintenant. Puis le soir même de leur arrivée les Pirates Rouges prirent l’île d'assaut. Syldrunn fut témoin des kidnappings et autres horreurs de ce que son peuple considérait comme un "conflit trop lointain pour s'en inquiéter." Perdue et acculée, l'Héritière ne dut son salut qu'aux troupes de Rippon, arrivées in-extremis pour repousser les Pirates Rouges et empêcher la capture de Syldrunn. La bataille fut horrible pour la jeune femme qui y assista, impuissante. Elle se rendit compte aussi a quel point elle était vulnérable et a quel point elle faisait une proie facile. Depuis, il lui est difficile de trouver le sommeil sans entendre les cris des hommes et le tonnerre du canon.
Après la bataille, la future Oblat tenta de se montrer digne de son titre a venir et resta pour soigner ces hommes et ces femmes qui lui avaient sauvé la vie.
Dans le même temps, Syldrunn se rapprocha d'Ardent, héritier de Rippon. Pour ceux qui la connaissaient, la jeune Montagnarde était tombée amoureuse. Un coup de foudre irraisonnable et irréaliste? Ou simplement de la reconnaissance qui s’était muée en quelque chose de plus profond? Peu semblait lui importer le caractère du guerrier, Syldrunn en était tellement entichée qu'elle le suivit jusqu’à Gardebaie pour demander au Duc de lui accorder des fiançailles.

Cependant cette alliance en devenir sembla ne pas plaire a tout le monde. En effet, alors qu'elle se promenait seule dans les jardins de Gardebaie, Syldrunn fut victime d'une tentative d'assassinat. Un homme, visiblement ivre, tenta de la poignarder en hurlant "A mort le Roi! Longue vie aux Pies!" Malchance une nouvelle fois pour l'Héritière qui assista, choquée a la mise a mort de Velour. L'animal eu le crane explosé contre une roche car il avait tenté de s'interposer. Folle de douleur, la Montagnarde se jeta sur l'agresseur et tenta de le mordre, comme l'aurait fait la petite martre. Bientôt, elle fut a son tour projetée contre un géant de bois, et la lame du poignard vint danser devant ses yeux. Elle cria, au désespoir avant de sombrer dans le noir. Elle ne sut jamais comment tout cela se fini. Qui intervint et empêcha la lame de lui transpercer les entrailles? Elle devait se rappeler seulement de l’éclat froid dans les yeux du monstre, d'une vague douleur au niveau du ventre. La jeune femme se réveilla beaucoup plus tard, avec l'impression d'avoir un trou immense dans la poitrine. A ses cotés, un inquisiteur -ou du moins c'est ce qu'elle cru comprendre- était en train de rédiger un rapport assurant que l'Héritière ne possédait pas le Vif. Elle ne compris pas pourquoi. A ses yeux il n'y avait plus grand chose qui comptait.

Cette nuit la, Syldrunn se glissa dans la chambre d'Ardent, pour trouver un peu de réconfort entre ses bras. Cette nuit la, elle brisa ses serments et rompit les fiançailles qui la liaient a cet homme. Malgré ce qu'elle éprouvait pour lui, elle ne pouvait pas rester sur les lieux où son animal de lien avait été lâchement assassiné. Cela aurait ete cracher sur sa mémoire. Du moins ... a ses yeux. Et dès le lendemain, la Princesse prit la route pour les Montagnes.

Retrouver son pays natal fit beaucoup de bien a la Princesse. Même si comparé aux Duchés, le petit village de Jaampe semblait minuscule. La princesse retrouver son Père et sa Mère. A leurs cotés elle se reposa quelques semaines, pansant les plaies de son cœur.
Puis une surprise arriva. En effet le frère de Liberté, Chance, lui demandait une alliance matrimoniale. Et bien entendu, Syldrunn ne pouvait pas renoncer a son rang et son statut. Ce devait donc être au jeune homme de renoncer aux siens.
Cependant, la jeune femme de tout juste dix huit ans avait encore le cœur lourd de ses fiançailles ratées et de la mort de son compagnon de lien. Elle voulut d'abord refuser l'offre, arguer que c’était trop tôt. C'était sans compter sur Lennarth qui renvoya un message approuvant l'union. Dépitée, Syldrunn partit a nouveau sur les routes de Cerf, vers ce destin qui l'effrayait ...


MAGIE

Mage ou non Mage : Vifière
Quel rapport à la Magie ? : L'art effraye la jeune femme. Les Pies aussi. Elle tente de rester très discrète, surtout après une confrontation musclée avec Dame Eliée, alors qu'elle n'avait que quinze ans.
Niveau de Magie : Vif éduqué et entrainé, parfaitement maîtrisé.
Information(s) complémentaire(s) : Actuellement Syldrunn n'a plus d'animal de Lien. elle préfère se concentrer sur ses taches et sur son Héritage a reprendre en main.


OPINIONS

Le Roi et la famille Royale : Du peu qu'elle le connait, Syldrunn a terriblement peur du Roi Juste. Ce sentiment est influencé par Eliée, seule artiseuse actuellement rencontrée. Son avis sur la Dame n'est pas pour favoriser les relations de la jeune femme avec la Royauté, malgré le fait que la puissante Artiseuse soit morte.
Par contre la jeune femme est désolée de la mort de la Reine Prudence. Elle lui semblait être une gentille femme, douce et attachante.
Votre Duc, votre Duché : Syldrunn aime son père tendrement. Cependant l'idée de lui succéder un jour lui serre le cœur, elle a peur de ne pas être a la hauteur.
Ses relations avec Liberté sa future belle sœur sont plutôt amicales. Elle aimerait apprendre a mieux la connaitre, et peut être s'en faire un soutient dans ses fiançailles. Elle s’inquiète pour elle d'ailleurs, car elle a entendu des rumeurs disant que la jeune aveugle serait responsable de la mort de la Maîtresse d'Art.
Elle ne sait pas quoi penser de Chance, son fiancé. Pour elle il tombe un peu comme un cheveux sur la soupe, alors qu'elle essayait d'oublier ses sentiment pour un autre homme. Elle essayera d'etre gentille avec lui, tout en le repoussant. C'est pour les siens qu'elle s'uni a lui.
Les Pies ? : Les Pies font terriblement peur a Syldrunn. Peut être a même niveau que le Roi et sa Maîtresse d'Art.
L'ouverture du Royaume aux étrangers ? : Parfois elle se sent comme une bête de foire, une curiosité. Sa culture altruiste la met dans des situations burlesques de même que sa maladresse.


COMPETENCES

Lecture : Syldrunn maîtrise la lecture en Chyurda, pour l'avoir étudié depuis son plus jeune age. Concernant les lectures en langues "étrangère" elle a beaucoup plus de mal. De plus elle souffre de dyslexie, qui l'a handicapée dans son enfance.
écriture : Elle possède de bonnes bases. Ecrire un courrier ne lui pose pas de problème tant qu'il est relu par quelqu'un d'autre à la suite, car toujours a cause de sa dyslexie, Syldrunn fait de grosses fautes a l’écrit. Sinon elle ne sais pas écrire dans une autre langue que le Chyurda
calcul : Le calcul ne l'a jamais vraiment intéressé. Elle sait effectuer des opérations de base, mais est incapable de résoudre un problème mathématique.
Capacités Intellectuelles :
Langue des Six-Duchés : Syldrunn parle convenablement la langue des Duchés, tout en ayant un léger accent et en se trompant parfois sur les mots a consonance proche.
-2 ans de pratique + initiation dans son enfance

Géographie : La jeune femme a toujours été fascinée par la Géographie, c'est une des raisons qui la poussée a entreprendre son voyage dès qu'elle en a l'occasion.
-3 ans d'études avant son voyage + 2 ans de pratique sur les routes.

Histoire : Si elle connait bien les faits important de sa propre culture, elle reste néanmoins novice en ce qui concerne l'histoire des Duchés. Mais curieuse comme elle l'est, Syldrunn va chercher a se trouver un professeur apte a combler ses lacunes.
-3 ans avant son voyage et est en recherche d'un professeur.

Diplomatie : Novice. Soyons modeste, ce genre de chose on apprend toute sa vie.
-3 ans avant son voyage + 2 ans sur les routes.

Soins : Elle s'est initiée aux soins durant la bataille de l'andouiller.
- moins d'une année.

Chant nulle. Syldrunn est nulle en chant. Mais elle adore fredonner, donc aux risques des oreilles de ses compagnons de route, car c'est régulier qu'elle fait vibrer sa voix de crécerelle. On peut parler d'une passion, d'un hobby.

Vif: Ayant suivit une éducation proche de celle du lignage, elle a developpé des compétences un peu plus poussées dans les domaines suivants:
Sentir le vivant : par le biais de la méditation, c'est le premier aspect du Vif que la jeune Syldrunn a effleuré avant de commencer ses études. Depuis elle garde une affection toute particulière pour ces "sensations" et il n'est pas rare de la voir a genoux dans un coin d'herbe a tendre son esprit au loin.
Communiquer C'est une compétence que Syldrunn n'utilise plus depuis que Velour est decédé, mais qu'avant ce tragique evenement elle adorait utiliser.
Apaiser Syldrunn apaise les gens autour d'elle de facon instinctive. Elle ne saurait dire comment elle s'y prend de facon précise. Elle s'en est servie pour aider les soldats apres la bataille de l'Andouiller, entre autres.
- 7 ans de pratique pour ses compétence de Vif.


Aptitudes Physiques
Endurance a la marche : Née dans les Montagnes, elle s'est dès son plus jeune age adonnée aux randonnées. Amoureuse des sentiers de cerf et d'autres animaux elle s'y est longuement perdue dans son enfance. Ce qu'elle a apprit sur les flancs des Montagnes lui servira pendant son voyage a travers les Duchés et fera d'elle une jeune femme robuste.

Équitation novice. Elle a apprit a monter a Rippon. Si, avec sa maladresse, elle ne chute pas c'est déjà énorme.
- moins d'un an de pratique.

Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Avr - 23:08
Canaille
Louve de Mer peu fréquentable
avatar
Messages : 66
Localisation : En mer, sur le royaume d'El
Rebienvenue par ici et courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Avr - 18:22
Syldrunn des Montagnes
Héritière des Chyurdas
avatar
Messages : 17
Merci ma belle, j'espère qu'on s'amusera autant que la dernière fois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Avr - 16:00
Eda
Celle qui aide
avatar
Messages : 120
Re-bienvenue Syld Smile

Petit message juste pour te dire de penser à aller signer le règlement lorsque tu repasseras par ici Smile
Bon courage pour l'irl ^^
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Juin - 9:59
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 182
Bonjour !

Bien que je sache ton IRL très prenante, je te rappelle que cela fait deux mois que tu as posté ta fiche et que celle-ci n'est pas terminée. Qu'en est-il ?

Tiens-nous au courant :-)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Juil - 11:40
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 182
Enfin terminé ! Bienvenue petite Chyurda Smile

Quelques petites modifications :

" En effet, un an après l'attaque de Forge entra dans Jaampe. Violents et sans cœur, il s’avéra (mais beaucoup plus tard) que ces "personnes" étaient des victimes des Pirates Rouges." : je crois qu'il nous manque des mots là...

Le jardin aux dragons est loin de Jaampe et ne peut être perçu depuis là, par contre la Voie Magique le peut éventuellement.

On ne peut pas vraiment accueillir un forgisé : comme tu le sais, ils tuent même des humains, mangent tout ce qui est comestible sans limite de cannibalisme, pillent etc.

Le principal souci vient de ce que les Forgisés ne se sont pas vraiment enfoncés dans les terres et je ne les imagine pas aller jusqu'aux montagnes. Les premiers effets de la Guerre Rouge pour les Chuyrdas vont surtout venir de l'absence de grains venus des Duchés, donc un gros risque de famine. De plus, appauvris, les Duchés n'achètent plus les fourrures et denrées produites par les Montagnes qui ne sont pas de première nécessité.

Eliée est décédée hein ? Tu notes qu'elle en a peur... au moins là-dessus elle peut dormir sur ses deux oreilles. Elle doit aussi savoir que Liberté est accusée du meurtre je pense.

Voilà voilà. Une fois ces points corrigés les Six-Duchés seront à toi ! Enfin, façon de parler ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Juil - 13:46
Syldrunn des Montagnes
Héritière des Chyurdas
avatar
Messages : 17
Je me doutais bien que ca allait pas passer, je sechais sur ce point.

Je corrige tres vite.

Edit : c'est corrigé. Je te le signifierais aussi sur Discord.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Juil - 12:43
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 182

Tout est bel et bon ! Te voilà VALIDÉE!


Pour te lancer à l'aventure, voici quelques adresses utiles : les journaux de bord sont ici, tu y trouveras les notes des héros déjà validés, leurs jeux en cours et terminés : surtout n'hésite pas à faire le tien !
Pour demander un jeu justement, c'est par ici que cela se passe, tu peux aussi solliciter les Dieux si tu désires jouer avec un PNJ.
Enfin, n'oublies pas de poster ton suivi joueur qui sera valable pour tous tes personnages, que nous sachions un peu qui se cache derrière l'écran et surtout pour prévenir de tes éventuelles absences.
Mais surtout le plus important: va vite rescenser ton avatar et ton prénom afin de rester à jamais unique !

Bon jeu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Des Chroniques... Des Héros :: Fiches :: Vifiers-