Situation Actuelle ~ Politique et Evénements

 :: Sous la Plume du Ménestrel :: Il était une fois :: Parchemins de Notre Monde Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 25 Mar - 15:05
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 103

Politique et diplomatie en 1044-1045 ap. PL


Voici un résumé, bref, de la politique intérieure puis extérieure des Six-Duchés, exclusivement du point de vue de la couronne et de ce qui est su par les intervenants extérieurs. Les membres des familles ducales pourront ainsi avoir leurs propres lignes de conduite une fois jouée (du moment que cela reste cohérent avec l'ensemble de ce qui est dit dans ce post). Ces points seront à voir avec le staff.

Politique extérieure


Sous l'impulsion de la Reine Prudence, la fin de la Guerre Rouge a vu l'ouverture des frontières aux nations étrangères. Si les règles commerciales sont les mêmes pour tous sauf accord antérieur spécifique (droit d'importation à 15% de la valeur des marchandises importées, 10% pour les marchandises produites par les Chyurdas), les relations diplomatiques avec les pays voisins ou lointains diffèrent. Ce sujet permet aussi d'avoir un aperçu sur la manière dont fonctionnent les pays voisins... quand c'est possible.

Royaume des Montagnes (Chyurdas)


Depuis le traité de Col-Bleu, les relations entre les deux pays sont plutôt pacifiques et bénéfiques pour les deux partis. Si les Chyurdas sont avant tout un peuple de bergers et de montagnards, peu belliqueux, les ressources précieuses de bois, d'ambre et de laine sont très prisés dans les Six-Duchés pour leur qualité. Un représentant de cette nation est régulièrement présent à la Cour, que ce soit l'Héritière au titre d'Oblat, Suldrun, ou un de ses demi-frères, bâtards de l'Oblat actuel. Les notions de noblesse sont différentes là-bas et la famille royale (Oblat) est considérée comme étant le premier serviteur de son peuple. Une idée difficile à concevoir pour les habitants et les nobles des Six-Duchés. Dernièrement, le Royaume des Montagnes s'est rapproché des Duchés de l'Intérieur, notamment Labour en acceptant que leur future oblat épouse l’aîné du couple ducal Sangréal, lequel devient également le futur Oblat du royaume.

Les Etats Chalcèdes


Les Etats Chalcèdes sont gouvernés par un Duc, à Saijon. Comme les Six-Duchés, c'est un pays composé d'entités semi-indépendantes. Mais dans le cas présent, ces entités sont liées à des Clans tenant un territoire donné. Les relations diplomatiques entre Chalcède et Castelcerf sont, si ce n'est absentes, au moins houleuses. Haurfond et Chalcède sont en guerre une fois par siècle environ, dit-on. A la vérité, les escarmouches sont incessantes à la frontière, Chalcède étant un peuple belliqueux où la notion de victoire et d'honneur au combat sont primordiales. C'est un pays qui pratique l'esclavage des peuplades conquises, même sur leur propre peuple quand un clan prend le territoire d'un autre, où les femmes sont d'éternelles mineures toujours sous la coupe d'un homme, que ce soit père, mari, frère ou fils. Ces différences culturelles font que les Chalcédiens sont, de manière générale, mal considérés dans les Six-Duchés.

Les Runes du Dieu (Outrîles)


La Guerre Rouge a fait beaucoup de mal aux relations entre les Six-Duchés et les Outrîles. Traditionnellement, il y a toujours eu des raids outrîliens sur les côtes des Six-Duchés malgré des voies commerciales ouvertes. Les navires outrîliens venaient, pillaient plus qu'ils ne massacraient quand ils en avaient l'opportunité, et repartaient. Depuis la fin de la Guerre Rouge, le traité de paix signé par le Roi Juste et le Hetgurd, l'assemblée des Kaempras (chefs guerriers de leur clan) qui avait la bénédiction écrite des Mères de leurs clans respectifs, impose qu'aucun raid ne soit fait sur les Six-Duchés sous peine de déclaration de guerre. On sait que chaque grande île abrite un clan, qui en plus de son nom a un animal totem, et que les clans sont dirigés de manière matriarcale : les hommes vont en mer ramener les richesses et nourritures nécessaires, les femmes possèdent la terre, la cultivent, mais aussi sont la mémoire de leur peuple.

Pour le moment, la méfiance est de mise de part et d'autre de la mer, car les hommes des Six-Duchés ont massacré tous les oûtrîliens présents sur le Glacier d'Aslejval en 1043, même les prisonniers. Cependant, la paix est respectée et les nordiques croisent vers les villes portuaires pour commercer, profitant de la rareté de certaines de leurs ressources (ivoire de narval, peaux d'ours blanc, certaines herbes médicinales, rubis, saphirs, or et pierres semi-précieuses) pour obtenir les grains nécessaires à la survie de leur peuple.

Terrillville, Les Pluies, Jamailla, les Îles des Epices


On sait fort peu de choses de ces contrées australes. Le Désert des Pluies est inaccessible à qui n'a pas une vivenef, on sait qu'une magie ancienne maudit ses habitants, déformant les enfants... mais on ignore laquelle. S'il y a désormais un représentant de ce pays aux Six-Duchés, celui-ci est avant tout marchand et non diplomate. On ignore tout de ce qui s'y trame, s'ils ont une organisation politique ou non...

Terrilville, la baie des marchands. C'est un territoire entièrement gouverné par un conseil de familles marchandes. Elles seules peuvent, normalement, prétendre à détenir une Vivenef. Celles-ci garantissent à leurs familles richesse et prospérité, car elles-seules peuvent remonter les eaux corrosives de la Pluie et traiter avec le peuple du Désert des Pluies. Ils reconnaissent également l'esclavage mais il est mal vu de pratiquer la traite d'êtres humains. La fin de la Guerre Rouge a (r)ouvert les voies maritimes du nord et quelques navires terrivilliens, pas forcément des vivenefs (très rares, trop précieuses pour un simple transport de marchandises) accostent à Bour-de-Castelcerf mais aussi à Finebaie ou Azur.

Jamailla comme les Îles des Epices sont avant tout des contrées lointaines, inexplorées par les habitants des Six-Duchés. Les biens qui proviennent de là-bas sont particulièrement prisés mais on ne sait rien de ces pays, de leur organisation politique, si ce n'est qu'un Gouverneur assure le rôle de chef d'Êtat à Jamailla et les îles ont chacune un gouvernement propre composé d'Anciens et de Chamans.

Politique Intérieure


Les relations entre les différents duchés sont, depuis toujours, sujettes à des évolutions sensibles. Bien que le Royaume soit unifié, de fortes différences existent entre certaines régions, des amitiés ou des inimitiés liées à l'histoire des Six-Duchés.

Béarns


Depuis la fondation du Royaume, Béarns est l'allié de Cerf. Leurs cultures et leurs populations sont très similaires, leurs besoins aussi. Dernièrement, c'est d'autant plus vrai que le couple ducal, Courtois et Ambitieuse Montellonde, furent les beaux-parents de feu Loyal, frère cadet de Juste. Le Roi est facilement enclin à écouter ce qu'ils ont à dire, mais il sait aussi que poussé par son épouse, Courtois brigue le trône pour ses enfants. Les tensions entre les Montellonde et les Sangréal, mais aussi à moindre mesure les Hurlevent, n'aident jamais lors des Conseils.

Cerf


Duché Royal. Le Roi a également le titre de Duc de Cerf, bien que celui-ci ne soit jamais utilisé. Juste s'appuie régulièrement sur les avis de ses Ducs (ou de leurs héritiers), percevant que la légitimité de l'action royale sur les autres territoires dépend de beaucoup de la manière dont les différents Ducs l'amèneront à leur population. Depuis la fin de la Guerre Rouge et la reprise des actions des Pies, il s'est rapproché des Montellonde au détriment des Sangréal (qu'il n'a jamais vraiment portés dans son cœur) dont il soupçonne la nouvelle héritière d'être vifière. Son attitude envers les Hurlevent est prudente, il a conscience de l'amitié qui les lie aux labourans. Très prudente aussi, pour ne pas dire méfiante, est son attitude envers Narcisse Aiglevif de Bauge : bien que rien ne soit prouvé comme étant de sa main, un peu trop de coïncidences malheureuses entourent son arrivée au pouvoir. Il n'a aucun a priori pour les membres de la famille ducale de Haurfond... du moment qu'elle ne retourne pas faire une guerre ouverte avec Chalcède.

Rippon


Après de nombreux siècles passés sous tutelle Loinvoyant, il n'est pas étonnant que les Hurlevent soient particulièrement méfiants vis-à-vis de la famille royale. Bien que le sang royal coule désormais dans leurs veines, le couple ducal et leurs enfants ne sont pas nécessairement prompts à suivre les quatre volontés du Roi, notamment sur la question des vifiers. Cela entraine diverses tensions, d'autant qu'ils savent que Cerf a besoin de Rippon pour de nombreux points stratégiques et militaires notamment. Leurs relations avec les duchés de l'intérieur sont bonnes : par intérêt, ils n'ont pas soulevé les étranges circonstances de l'accession au pouvoir de Narcisse Aiglevif et une réelle amitié les lie aux Sangréal depuis la Seconde Guerre de Chalcède. Leurs relations avec Haurfond sont cordiales, neutres.

Haurfond


Haurfond se mêle peu de politique interne. Le duc applique la politique royale, s'il n'est pas d'accord avec le Roi, il monte à Castelcerf le lui faire savoir. C'est un duché très indépendant des autres, bien plus tourné vers l'ouverture au Sud que le reste du Royaume. Le fait que la duchesse soit une Montellonde n'empêche en rien le Duc de 'voler dans les plumes' de ceux-ci s'il le juge bon. Il n'y a pas d'ambition royaliste parmi la noblesse de Haurfond, ou même d'extension sur un de ses voisins, leurs relations avec Rippon et Bauge sont essentiellement commerciales.

Bauge


Bauge est un territoire particulier, dirigé par un Duc très particulier : Narcisse Aiglevif. Celui-ci fait régner un climat de peur permanente sur son territoire, nomades exceptés puisqu'il est impossible de les surveiller. Ce n'est pas un dirigeant mauvais pour son peuple, qu'il n'affame pas et ne fait pas crouler sous l'imposition, mais pour parer à toute révolte, les espions sont partout. Le Roi le sait, et ne s'en mêle pas. Le silence royal sur le manque de légitimité de Narcisse au trône ducal comme sur sa manière de régner sur Bauge achète la relative docilité de celui-ci vis-à-vis de la couronne. Ce n'est pas que le duc Aiglevif manque d'ambition, mais obtenir la couronne royale lui est pour le moment impossible : tout comme soutenir une guerre ouverte avec Castelcerf. Ses relations avec Labour, mais aussi avec les Montagnes Chyurda sont en passe d'amélioration : on murmure qu'une alliance des trois avec le duché côtier de Rippon pourrait bien finir par voir le jour.

Labour


La plus grosse épine dans le pied de Juste pour le moment. Bien que petit, ce Duché est réputé imprenable sans le concours de Bauge, la voie diplomatique est donc la seule ouverte actuellement. Non seulement le Duc refuse d'appliquer la politique anti-vifiers imposée par la Couronne, mais sa propre fille est soupçonnée de vif. Souligner au Roi que son obsession pour les vifiers ne sert qu'à attiser les Pies étant inutile, les contacts entre les deux duchés sont délicats. D'autant plus que Juste, sans héritier, sait bien que sa cousine Flamboyante, duchesse de Labour, est l'une des premières sur la liste des héritiers potentiels. Malgré cela, Labour est un Duché pacifiste, tourné vers l'innovation technologique et le commerce, notamment avec Rippon et BAuge (du fait de la situation géographique des deux duchés), mais aussi très récemment avec les Chyurdas. En effet, l'ancien héritier, Chance, est désormais promis à la future Oblat, concrétisant une alliance trans-frontalière.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Mar - 21:06
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 103

Trame de Jeu : événement n°1


Contexte :


Holà ! Voyageur !

Approchez du foyer, n’ayez crainte, si sombres que soient les nouvelles que je porte, la bière est fraîche le pain moelleux. Ecoutez, écoutez vous qui êtes ici rassemblés les mots d’un ménestrel voué à la vérité.  

Tristes sont les nouvelles en effet : alors que depuis deux étés nos côtes connaissent enfin la paix, alors que cet automne liesse fut faite en l’honneur de notre douce reine, Dame Patience, qui portait enfin un héritier, nous coupons désormais nos cheveux pour pleurer son décès.

C’est au domaine de Flétribois, où elle allait quérir refuge pour la fin de sa grossesse, loin de la fatigue de la Cour et du froid mordant des vents d’hiver à Castelcerf, que Dame Patience a trouvé la mort après qu’un chien enragé l’a mordu alors qu’elle faisait l’aumône à un mendiant au sortir de Chênes-les-Eaux. Alors que la mort de la Maîtresse d’Art, cet été, revendiquée par les Pies est encore sur toutes les bouches, la question se pose et brûle les lèvres : qui a assassiné la Reine ? Pourquoi ce chien, porteur d’une maladie mortelle, s’est dirigé droit sur elle pour la mordre alors qu’il y avait d’autres personnes autour de la bête ?

Les vifiers se manifestent, les Pies prennent des otages, revendiquent ouvertement des actions contre le Roi et ses Ducs. Et, alors que la guerre contre les Outrîliens a laissé le pays exsangue, voilà que de nouveau l’ombre d’un conflit plus sournois plane sur les Six Duchés. Mais je suis un ménestrel voué à la vérité, je ne dis que ce qui est, ce qui a été, et ne me prononce pas sur ce qui sera. Crise politique car le Roi Juste n’a aucun héritier direct, crise sociale et magique, mes yeux verront, ma langue dira, mais en un autre temps, quand les chroniques des Six-Duchés se seront écrites d’elles-mêmes.  

Et vous, voyageur, pourquoi êtes-vous là ? Allez vous prendre part à l’histoire, ma bouche narrera-t-elle un jour vos Chroniques ?

Et concrètement, dans les Chroniques ?


♦️ 7-9 Espoir 1045 ap. PL

Chênes-les-Eaux, en Cerf. La Reine Prudence se fait attaquer par un chien enragé et meurt deux jours plus tard après avoir accouché d'un enfant mort-né.

♦️ 9 Espoir au soir

La Cour est mise au courant. On prépare les funérailles.

La tradition veut dans les Six-Duchés qu'à la mort d'un proche, on se coupe les cheveux (court). Cela vaut aussi pour la mort d'un membre de la famille royale (coupe de quelques centimètres) ou, selon les duchés et la popularité du Duc/de la Duchesse, au décès de celui/celle-ci.

Les jeux-événements liés au contexte arrivent !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Il était une fois :: Parchemins de Notre Monde-