Lun 11 Nov - 20:43
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Une pleine lune blafarde perçait les nuages qui s'amoncelaient doucement au-dessus de Castlecerf, signes d'un orage tout proche et inhabituel pour les mornes températures qui enveloppaient la ville depuis bien trop longtemps déjà.

Curiosité d'une nature devenue folle... Ou bien peut-être le climat se mettait-il au diapason de l'état d'esprit d'un homme, tapi dans l'ombre et observant en silence les allez et venues d'une bâtisse bien particulière, au plein coeur du quartier des plaisirs.

Plusieurs jours avaient passé depuis cette fameuse nuit et pas une seule fois Capuche n'était revenu honorer les Fleurs du Délice de sa présence. Il ne s'y sentait plus le bienvenu. Et lui-même n'arrivait plus à trouver la volonté de s'y rendre en personne jusqu'à ce soir.

Trop de choses étaient encore en suspens et il lui fallait prendre des décisions définitives vis-à-vis de celles-ci. Même s'il ignorait encore lesquelles et même s'il savait que toutes ne seraient pas plaisantes.

En l'état actuel, cette maison et ses occupants représentaient sa piste la plus sérieuse à la poursuite de sa quête. Mais paradoxalement, elles constituaient également une faiblesse dans son coeur qui lui paraissait de plus en plus préoccupante. Comme tout ce contrat absurde qui le liait à un fantôme à vrai dire... Comment composer avec cette évidence ?

Au centre de ses préoccupations, il y avait surtout cette femme. Cette diablotine écarlate qui avait le don d'apparaître devant lui au plus mauvais moment pour voir ce qui ne devait jamais être vu.

La première fois c'était un hasard. La deuxième fois c'était une coïncidence. Hors de question de laisser cela se reproduire une troisième fois et devenir une habitude.

Restait à choisir de quelle manière il devrait s'y prendre... En Chalcède il n'existait que deux options pour un non-assassin ayant entrevu le secret de la guilde : gagner la confiance de celle-ci et devenir une ombre ; ou bien une option plus... définitive.

Quel devait être son choix ? Était-il seulement encore en mesure de le faire ?

Il n'en savait strictement rien... Le Credo de la guilde était une chose. Mais cette tension ressentie lors de leur première rencontre ; ces regards échangés depuis entre deux chambres ; puis cette sensation désagréable qu'il avait ressentie la dernière fois... C'était encore autre chose.

À l'heure actuelle, Éclat représentait une anomalie dans son esprit. Tout ce qu'il savait c'était que la seule manière de la corriger était de la revoir encore une fois et pour cela, il fallait encore trouver moyen de la surprendre dans ses appartements, chose plutôt difficile avec une vifière.

C'était pour cette raison que Capuche se contentait d'attendre pour le moment et surtout d'observer la fenêtre d'une chambre en particulier.

Entrer et sortir sans être vu dans un bâtiment rempli de personnes ne représentait pas une grande difficulté pour lui. Mais ce qu'il attendait, c'était que quelqu'un en particulier veuille bien montrer le bout de son nez, ou plutôt le bout de sa truffe, à l'extérieur.

S'il ne pouvait pas empêcher Éclat de détecter la présence d'un intrus dans sa chambre, au moins pouvait-il éviter d'y être reconnu tout de suite.

Capuche avait préparé sa visite. De ses dernières observations, l'assassin avait remarqué que Brume se faisait ouvrir chaque soir la fenêtre de la chambre de sa maîtresse pour pouvoir sortir. Pour faire ses besoins ou pour chasser, qu'importe... Cette innocente routine était une faille qu'il lui était possible d'exploiter.

S'il y avait une chose pour laquelle on pouvait faire confiance aux chats, c'était leur horreur de bouleverser leurs petites habitudes.

C'est donc avec un large sourire que le blondinet constata que l'animal n'avait pas dérogé à la règle pour ce soir.

Attendant que celui-ci s'éloigne suffisamment, l'assassin prit alors tranquillement la direction de la bâtisse pour la contourner vers sa façade la moins exposée.
Là, il commença son escalade pour rejoindre les toits en quelques enjambées et rejoindre la fenêtre de la chambre qu'il convoitait.

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Nov - 17:20
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



Depuis les réparations, les affaires reprenaient enfin un peu. Les anciens clients revenaient chercher le réconfort auprès de leurs Fleurs favorites, et certains amenaient même quelques connaissances qui avaient besoin de chaleur humaine en ces temps terribles.
Dire que les affaires étaient au beau fixe aurait été exagéré mais elles reprenaient c’était certain.

L’argent de Aurore était venu assez rapidement et les charpentiers se seraient presque battus pour effectuer les travaux de la maison lorsqu’ils comprirent que la paye serait d’or et de chair. Eclat avait ajouté une passe offerte à tous les ouvriers si les délais promis étaient respectés, et ceci avec la Fleur de leur choix.
Cela avait eu pour effet de motiver les hommes et la réfection des Fleurs du Délice s’était accélérée.

Un mois plus tard, il ne restait quasiment plus de traces des dégâts matériels, les Fleurs comptaient une nouvelle fille qui promettait de rapporter autant que la traitresse de Iris, et pour couronner le tout, Sureau reprenait enfin du service ce soir.

Tous ces éléments auraient du mettre Éclat de bonne humeur et pourtant... son état d’esprit était loin d’être le reflet du sourire chaleureux qu’elle accordait à ses clients en déambulant dans le grand salon.
La maquerelle était contrariée des événements de ces derniers mois, et une certaine aigreur ne quittait plus son estomac depuis le soir de cette confrontation avec Raziel et sa garce de Canaille qui avait amené son petit lot de dégâts avec elle.

Etait ce le fait de revivre une irruption violente après la maudite nuit de l’éruption, de voir de nouveaux dégâts ? Ou était ce lui, qui lui faisait ainsi monter la moutarde au nez ?

Croiser Raziel tous ces soirs, montant avec une fille différente , un regard tout juste échangé sans même un mot. Cela ne devrait pas la rendre si hargneuse et pourtant.
Même l’or qu’il apportait à chaque visite avait un goût amer.
Etait ce parcequ’il avait rejeté le mode de paiement qu’elle lui avait offert pour ses services de nettoyeurs ? Parce qu'il préférait ses filles... jeunes et douces... plutôt que goûter à son expérience... la renvoyant à cette frayeur du temps qui passe et la flétrit chaque jour un peu plus?
Ou était ce parce qu’elle avait cru voir en lui ce soir là autre chose? Au delà du petit jeu du chat et de la souris auquel ils s’étaient laissé aller pour faire redescendre la pression, elle avait pu se confier... au moins en parti. Cet échange ce soir là devait être le plus sincère qu’elle ait eu avec un être humain depuis des années... c’est dire à quel point la sincérité était quelque chose d’absent de sa vie.

Non ce ne pouvait être une raison aussi stupide !

La maquerelle offrit un verre de vin au Sire Vignaux qui venait une fois de plus chercher refuge dans les doux bras de Oeillet. Au moins, ce soir le jeune homme ne subirait ni coups, ni étranglements. Même si ce nobliot était plutôt repoussant, Oeillet avait appris à apprécier les soirées de répit que lui offrait ses visites et c’était avec un coeur un peu plus léger qu’Eclat lui mettait ce client entre les mains. Après tout ce tumulte, même les Fleurs avaient besoin d’un peu de douceur.

Alors que le jeune homme emmenait son client vers un salon privé, un sourire presque sincère sur les lèvres, Eclat sentit une présence, discrète, presque féline mais définitivement humaine.
Elle se concentra un peu pour mieux percevoir de qui émanait cette sensation. Ici ce qu’elle pouvait sentir des humains qui l'entouraient n’était que luxure, concupiscence de la part des clients ou dédain, et désillusion chez les Fleurs.
Mais cette fois, ça ressemblait davantage à un intrus, et il était à l’étage.

Elle ne chercha pas plus longtemps, Brume était parti chasser comme chaque nuit et El sait qu’il n’aimait pas être dérangé pendant sa chasse. Elle se dirigea vers l’escalier, les mains crispées. Lorsqu’elle arriva au pied des marches qui conduisaient à ses appartements privés, se main se glissa sous sa jupe, longeant sa cuisse pour récupérer la dague coincée dans sa jarretière.  Qui que soit cet intrus, elle était déterminée à ne plus laisser quiconque faire du mal à ses enfants!


Elle s’avança jusqu’à sa porte, fit tourner la clé qui la verrouillait, sachant que cela même lui interdisait tout effet de surprise, et fit irruption dans la pièce, plongée dans l’ombre. La flamme qui illuminait le palier pénétra la chambre en même temps que la maquerelle.

”Qui va là ?”

Sa voix était assurée, elle était prête à en découdre et elle voulait que l’intrus le sache.



Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Nov - 20:32
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Ouvrir la fenêtre qui avait été refermée après la sortie de brume ne posa strictement aucune difficulté à l'assassin. Ayant pris soin d'apporter ses outils, il ne lui fallut que quelques manipulations pour soulever le loquet depuis l'extérieur et s'engouffrer dans les appartements d'Éclat tel un cambrioleur.

La chambre était plongée dans la pénombre. Par ailleurs la lune, masquée par les nuages, ne fournissait qu'un éclairage morne et bien souvent interrompu par le passage de volutes sombres venant ternir sa faible lueur. Pourtant, le blondinet évoluait à pas de chat et progressait à travers la pièce comme si les meubles et les objets lui étaient parfaitement visibles.

Capuche connaissait bien l'obscurité. Celle-ci constituait son quotidien quand il était encore dans les mines. La nature l'avait aussi doté d'une excellente vision et la guilde avait parfaitement su tirer parti de ces particularités pour faire de notre ami un homme capable de se mouvoir parmi les ombres.

Par ailleurs, celui-ci pouvait également compter sur le ciel qui commençait déjà à gronder et à se garnir de fréquents flashs lumineux apportant une aide supplémentaire pour lui permettre de se repérer dans le noir.

Sachant qu'il était déjà probablement détecté, cela ne lui aurait pas coûté grand-chose d'allumer une des lampes de la chambre. Il aurait pu repérer plus facilement les lieux et les éventuels objets contondants à portée de main. Ou tout simplement découvrir quelque peu l'environnement et une part de l'intimité de la maquerelle, en attendant que celle-ci ne débarque pour le cueillir. Mais il ne voyait pas l'intérêt...

L'assassin savait que toute bonne entrée nécessitait un minimum de mise en scène et Éclat était une femme avec bien trop de classe et de tempérament pour qu'on ne prenne pas le soin de l'accueillir comme il se devait.

Il progressait alors tranquillement dans la pièce, effleurant les meubles du bout des doigts, à la fois pour se repérer et comme pour mieux "sentir" l'atmosphère des lieux.
Cherchant la place où il devait être.

Quand il estima avoir trouvé, il s'arrêta, prit une profonde inspiration, puis rabattit sa capuche contre son visage.

Il ne fallut pas attendre longtemps...

Les pas grinçant sur le parquet avertissaient de la venue de quelqu'un. Une démarche qu'il avait déjà appris à reconnaître...
Le bruit de la clé tournant dans la serrure lui confirma que la confrontation n'était plus qu'une question de secondes.

La porte s'ouvrit et elle surgit en majesté. La lumière du palier ne la faisant plus paraître que comme une silhouette sous la transparence de sa robe aux reflets écarlates. Belle... Féline... et armée.

Pour toute réponse à l'injonction de la maquerelle, il n'y eut d'abord que le silence. De longues secondes à se jauger. Lui pouvait la voir parfaitement, elle ne pouvait que ressentir sa présence. Puis Éclat put entendre enfin une voix qui lui était possible de reconnaître.

" Pas de vif, pas un cri... Veuillez refermer cette porte derrière vous..."

Ces paroles étaient tombées comme le tonnerre. Littéralement d'ailleurs, quand un craquement violent secoua toute la bâtisse en même temps qu'une série d'éclairs vint éclairer l'homme à Capuche qui se tenait face à elle.

Elle ne bougeait pas... Mais au moins elle ne s'enfuyait pas ni ne donnait l'alerte.

Capuche décida alors d'avancer d'un pas, puis d'un autre... Parfaitement silencieux et visiblement confiant, il s'approcha suffisamment pour que la maquerelle puisse sentir soudainement quelques doigts effleurer la main tenant son arme, puis se refermer doucement contre cette dernière, l'empêchant ainsi de s'en prendre à lui, du moins physiquement.

Désormais très proche de la maîtresse des lieux. Il ajouta un simple : "S'il vous plaît..." afin qu'elle se décide à refermer la porte

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Nov - 15:13
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



L’ombre et le silence... voilà tout ce qu’elle reçu comme réponse. Elle retint sa respiration. Qui pouvait se jouer d’elle ainsi, il était là tout proche, elle le sentait juste devant... Raziel !

Au moment même où elle reconnaissait l’impression que l’homme dégageait, sa voix lui confirma que c’était bien lui qui jouait à se cacher dans les ombres pour la surprendre.
Le tonnerre gronda comme si la nature elle même voulait ajouter à la théâtralité de l’instant.
Les éclairs, qui zébrèrent le ciel avant un nouveau grondement, trahirent sa position alors qu’il s’avançait vers elle, confiant... presque suffisant.
Sa main se crispa davantage sur la garde de son arme, cet homme était un assassin, et cette petite mise en scène était là pour le lui rappeler. Le poignet d’Eclat tressaillit lorsqu’elle sentit les doigts de l’assassin la saisir avec une douceur surprenante.

Pas de cri? Crier à l’aide n’était pas son genre. Pas de vif? Avait il seulement conscience qu’en l’approchant si doucement, il s’était lui même protégé d’une attaque de vif pour le repousser? Cette manoeuvre n’avait jamais été son fort, et elle n’y parvenait en général que par pur réflexe lorsque sa vie était en danger immédiat.

Il lui restait sa lame... il ne lui avait pas demandé de ne pas lui percer le coeur... mais la main qu’il gardait ferme sur son poignet lui interdisait toute tentative.

Elle pourrait le subjuguer par son vif... mais pas encore, elle voulait en savoir plus avant de le contraindre.
Eclat dégagea son poignet d’un mouvement sec, ne prêtant aucune attention aux dégâts éventuels que la pointe de sa lame pouvait causer aux atours de l’encapuchonné.

”Vous savez ouvrir les fenêtres... vous saurez fermer une porte.”

La réplique cinglante accompagna son mouvement pour contourner l’assassin, qu’elle bouscula légèrement au passage, comme pour marquer son territoire.
Il était entré par la petite porte... mais il était chez elle, et elle comptait bien le lui rappeler.

Elle avança jusqu’au petit selon qui jouxtait sa chambre, posa son arme en vue sur le guéridon entouré de deux fauteuils confortables. Elle s’installa sur l’un d’eux et croisa les jambes que le tissus carmin dénuda.
Eclat observa Raziel, alors qu’un nouvel éclair illuminait la pièce, dévoilant sa position.

”L’allume feu est sur le rebord de la cheminée à votre droite.”

Un nouveau coup de tonnerre résonna dans la nuit.

”Êtes vous venu me tuer ?”

Elle en doutait, s’il avait souhaité sa mort, elle baignerait sans doute déjà dans son sang.



Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Nov - 19:30
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Il était évident que la belle ne se laisserait pas dompter avec juste quelques paroles doucereuses et une mise en scène destinée à lui faire comprendre quelle était sa position. À dire vrai, l’assassin aurait même été profondément déçu si tel était le cas.

Il ne cherchait pas à l’intimider dans l’intention de la faire taire avant de prendre définitivement ses distances vis-à-vis d’elle. Il cherchait plutôt à revoir cette étincelle qu’il avait perçue lors de leur première rencontre et qui l’avait tant marqué. Une force intérieure qui la rendait capable de tenir tête au plus monstrueux des violeurs ou de conserver la tête froide face à un assassin lui demandant de l’aider à dissimuler un cadavre.

Il ne fut pas déçu…

D’un geste brusque, Éclat retira sa main armée de celle de l’assassin, entaillant légèrement sa paume au passage. Celui-ci eut alors un bref mouvement de recul du bras, mais ne laissa transparaître quasiment aucune émotion. Ses yeux bleus glacés restaient plantés comme des lames dans ceux de la maquerelle, qu’il défiait sans faillir.

La maquerelle finit par l’inviter à fermer la porte lui-même, déterminée qu’elle était à ne rien lui concéder. Puis, d’un mouvement brusque, elle le bouscula pour aller poser son arme sur un guéridon et prendre place dans l’un des fauteuils derrière eux.

Capuche se retourna pour la suivre du regard. Malgré la pénombre, il ne manquait rien du spectacle qu’elle semblait vouloir lui offrir.

Sa posture évoquait celle d’une reine. Après tout, n’était-ce pas ce qu’elle était en ces lieux ?

Lorsqu’elle lui posa l’ultime question concernant son sort futur, le blondinet répondit alors avec détachement.

« Eh bien… Je suis le genre d’homme à faire cela. »

Sur ces mots, il referma calmement puis verrouilla la porte de la chambre. Celle-ci se retrouva immédiatement dans l’obscurité, entrecoupée uniquement par le flash des éclairs et le grondement du tonnerre plus ou moins lointain.

Éclat pouvait alors entendre l’assassin se déplacer dans la pièce tandis qu’il lui parlait.

« Vous l’aviez dit vous-même, personne n’est réellement totalement libre… Je fonctionne moi-même selon certaines règles auxquelles je ne peux pas me dérober…

Je travaille aussi avec des gens devant qui je ne dois laisser entrevoir aucune faiblesse. »


Alors qu’il venait de lui faire cette confession, Éclat pouvait entendre le bruit métallique de la lame quitter le guéridon sur lequel celle-ci était posée. Il put ensuite l’entendre passer derrière elle et poser sa main contre le dossier du fauteuil sur lequel elle était assise. Un éclair suivi d’un coup de tonnerre vint de nouveau ponctuer l’instant.

« Vous commencez à voir beaucoup de choses me concernant… Et je me suis retrouvé en situation délicate devant l’une de mes partenaires de travail.

Cette phrase sonnait presque comme une sentence. Dans sa position, il aurait été tellement simple pour lui de saisir brusquement la tête de la jeune femme et de lui ouvrir la gorge. Mais en avait-il seulement les moyens ? Serait-il le plus rapide ?

Liberté lui avait recommandé de se méfier particulièrement du moyen de défense ultime des vifiers.

Et puis le désirait-il réellement ?

Sans donner suite à ce qui semblait inéluctable et sans fournir aucune explication, il quitta le fauteuil ainsi que la proximité de la femme écarlate.

Éclat put alors le revoir qu’elles instants plus tard sous l'éclairage de quelques étincelles. Celles que produisait le choc de sa propre lame contre une pierre de Pyrite.

Agenouillé au bord de la cheminée, Capuche s’évertuait à allumer un feu qui réchaufferait quelque peu l’atmosphère et apporterait un peu plus de lumière pour poursuivre cette discussion.

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Déc - 17:13
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



L’homme prit son temps avant d’aller fermer la porte. Il avait le regard rivé sur elle, elle pouvait le sentir. Alors elle lui avait laissé tout loisir d’observer sa démarche, son attitude et ainsi reprendre un peu de pouvoir sur cette rencontre qu’elle n’avait pas choisi.

Il s’était introduit ici, dans ses appartements privés, sans y être invité, il était indispensable qu’elle reprenne le contrôle de la situation. Au bout d’un moment, qui lui parut un éternité, l’assassin se décida à entrer dans la danse et lui offrit une réponse énigmatique, faisant tourner le verrou de la porte pour souligner la menace qu’il laissait planer.

Éclat se tendit imperceptiblement sur son fauteuil. La lumière de la lune trop pâle pour percer les mystères de la scène, ils étaient maintenant plongés dans le noir.
Elle n’avait plus que sa voix pour deviner sa position et son vif qui lui conférait un petit avantage. Ainsi dans l’ombre, il était dans son élément et reprenait l’avantage sur la maquerelle, lui faisant bien comprendre par ce petit jeu qu’elle ne devait pas sous estimer ses talents.

Il parlait de liberté, de règles, de ceux avec qui il travaillait. Avait il changé d’avis ? S’était il finalement aperçut qu’elle en savait trop ?

La tension monta encore d’un cran lorsqu’il prit sa dague et vint se poster juste derrière elle. Elle pouvait sentir sa présence menaçante, entendre sa respiration. Elle ferma les yeux pour mieux se concentrer sur son environnement et son vif, s’il esquissait un geste, elle le repousserait... elle espérait y parvenir. Savait il à quoi il s’exposait ? Pouvait il l’imaginer comme une pauvre femme sans défense après ce qu’il avait vu d’elle ce soir là ?

Sa dernière phrase résonna comme une sentence, se sentence... mais il ne bougea pas. Quelques secondes s’écoulèrent encore avant qu’il ne se déplace à nouveau. Sans s’en apercevoir, la maquerelle avait retenu sa respiration, et ce n’est qu’en le voyant agenouillé près de l’âtre qu’elle gonfla de nouveau ses poumons d’air.

Encore quelques étincelles dans le silence, le temps que le feu prenne, le temps pour Eclat de retrouver assez de calme pour que sa voix soit maîtrisée... comme si elle n’avait pas tremblé.

”Et depuis quand le bourreau retient il sa lame ?”

Elle se leva, une fois certaine que ses jambes aient retrouvées assez d’aplomb pour la porter sans faillir.

”Je suis un témoin gênant et pourtant, vous visitez cet établissement aussi assidûment que mes clients les plus fidèles. Vous rappelant ainsi à mon bon souvenir... et je me retrouve à en payer les pots cassés... y compris lorsque vos partenaires s’invite à grand fracas!”

Elle avait encore peur de ce qui pourrait se passer ce soir dans cette chambre verrouillée et cela ne faisait qu’augmenter sa colère. Elle n’était qu'à quelques pas de l’homme qui venait de menacer sa vie, tous ses muscles étaient tendu pour empêcher son corps de trembler.

Quelque part, Brume chassait.

Ne le laisse pas te manipuler... tu es le chasseur, il est la proie.

Le félin partageait avec elle son instinct de chasse, l’aidant par là même à prendre un nouveau point de vue sur la situation. Un petit son à la limite du feulement sortit de sa gorge sans même qu’elle s’en aperçoive.



Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Déc - 17:05
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Un silence pesant s’était installé dans la pièce. À peine interrompu par les raclements de la lame contre la pierre de pyrite et le grondement plus ou moins lointain, mais omniprésent de l’orage qui sévissait au-dessus de la contrée.

Bientôt les étincelles finirent par embrasser l’amadou et la flamme salvatrice fit son apparition, apportant enfin un peu de lumière dans cette pénombre glaçante.

Éclat manifestait toujours sa mauvaise humeur. Il fallait dire que l’assassin ne l’avait aidé en rien à se détendre avec son petit jeu du “mourra ou mourra pas”.

Toujours provocante malgré la situation délicate dans laquelle elle se trouvait, elle finit par lui demander, presque par défi : ”depuis quand le bourreau retient-il sa lame ?”

Excellente question… Tout dans l’enseignement -ou plutôt l’endoctrinement- qu’il avait reçu lui commandait de mettre fin à cette relation. Accessoirement de mettre fin à sa cabale personnelle qui le détournait grandement de ses obligations de maître de la guilde des Duchés.

Mais les duchés n’étaient pas Chalcède… et certaines règles étaient faites pour être transgressées ou bien réécrites. Ainsi, finit-il par énoncer la réponse la plus simple et la plus évidente pour expliquer sa magnanimité.

“Parce que tel est mon bon plaisir…”

Suite à cette parole, la “Reine des Fleurs” quitta son trône. Capuche se leva à son tour pour lui faire face et soutenir son regard émeraude et surtout les reproches qu’elle venait lui adresser.

Aussi froid et flegmatique que pouvait l’être l’assassin, la belle pouvait tout même repérer ses yeux se noircir au fur et à mesure qu’elle prononçait ces paroles aigres.

Elle n’avait pas tout à fait tort… mais elle allait trop loin également.

“Est-ce là l’image que vous souhaitez avoir de moi Éclat … Rose… ou quel que soit votre nom ? Terminé l’homme qui résout les problèmes. Me voici devenu celui qui les amène à votre porte ?”


Le ton qu’il avait employé trahissait une certaine émotion qui semblait l’envahir. Mais de quelle nature était-elle réellement ?

À présent qu’il faisait face à la femme écarlate, l’assassin était partagé entre l’envie de laisser parler sa colère ou bien son désir. Mais cette dernière option revenait à céder bien trop facilement face au caprice de ce petit bout de femme qui, malgré la stature plus imposante du blondinet et le fait qu’il tenait toujours une arme en main, lui parlait avec un aplomb ainsi qu’une pointe de mauvaise foi aussi charmante qu’irritante.

Rentrant dans son jeu, il ajouta alors :

“ Peut-être auriez-vous préféré ne plus avoir de pots cassés à payer du tout après qu'une brute doublée d'un violeur vous ait brisé la nuque ? Ou bien vous retrouver seule à assumer les conséquences d’un meurtre qui vous aurait à jamais éloigné de cette maison et des filles que vous prétendez vouloir protéger ?

J’admets volontiers avoir commis une erreur… Mais quand j’entends le ton que vous employez en parlant de mes “partenaires”. Bizarrement j’entends plutôt les paroles d’une femme flouée et jalouse.”
Conclut-il avec un léger sourire en coin..

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Jan - 17:46
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



Lorsqu’il avait évoqué le souvenir de leur rencontre, de “celui qui résout les problèmes”, Éclat avait sentit ses muscles se décrisper un peu, cette nuit remplie de sang et d’horreur avait eu quelque chose de spécial. Alors que la situation était mal embarquée, elle avait trouvé face à elle, un homme qu’elle croyait un égal, quelqu’un à qui elle pouvait parler et se montrer telle qu’elle était. Mais voilà, cela n’avait duré que quelques heures, et comment être sûre de son jugement sur un lapse de temps aussi court. Et alors qu’elle lui avait envoyé une invitation des plus claires, il n’était pas venu... laissant à penser qu’elle s’était fourvoyée sur le rapprochement qu’elle avait cru sentir entre eux.
Pire encore, il venait régulièrement, ne lui offrant qu’un regard mystérieux....

Et voilà que ses mots vinrent la piquer au vif à nouveau, elle n’eut même pas le temps de prononcer les quelques mots plus apaisé qui lui étaient venu à l’esprit que sa dernière tirade la fit à nouveau bouillir de rage.

Jalouse ? D’une rustaude qui effraie mes fleurs et défonce mes portes ? Je vous en prie!

Elle se rapprocha d’un pas, le regard flamboyant.

Vous m’avez rendu un fier service... mais je ne vous ai pas attendu pour apprendre à résoudre mes problèmes... et heureusement sinon je serais déjà morte plus d’une fois... mais si je suis devenue ce témoin gênant pour vous et vos amis

Elle saisit la main de l’assassin, celle qui tenait sa dague, et vint le forcer à en plaquer la pointe sur son ventre, tout en laissant ses ongles s’enfoncer dans sa chaire.

Alors faites vite

A l’intérieur d’elle, elle rassemblait ce qu’elle avait de colère pour concentrer son vif, s’il répondait à sa proposition, elle le repousserait de toute sa force. Et elle saurait, s’il n’était le que pour jouer avec elle avant de l’occire ou si autre chose justifiait sa visite.

Qu’attends tu ? Il est à ta mercie, chasse le !
Laisse Brume... je ne viens pas te donner des leçons quand tu joues avec tes souris
Les souris sont moins dangereuse!
Laisse moi faire.


N’appréciant pas de s’être ainsi fait rabroué alors qu’il veillait sur sa compagne, Brume se jeta sauvagement sur une pauvre souris qui passait par là.



Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Jan - 11:26
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Visiblement, l’assassin avait tapé là où ça faisait mal et la réponse de la maquerelle fut tout aussi aigre. Avait-il à son tour été trop loin ? Étant lui-même un concentré de mauvaise foi, la chose était fort possible.

Aucun des deux ne semblait disposé à concéder quoi que ce soit à l’autre... Il était alors clair que la conversation ne mènerait nulle part si elle persistait dans cette voie. Pire, elle risquait même de prendre une tournure dramatique. Ce que le dernier acte d'Éclat tendait à vouloir prouver.

Capuche resta un moment interdit face au geste extrême de la femme écarlate. Celui-ci était clairement en proie à un conflit intérieur, malgré l’expression de défi qui se lisait toujours dans le regard qu’il adressait à la belle. Il n’exprimait même aucun signe de douleur alors que les ongles de la bouillante demoiselle s’enfonçaient dans la chair de sa main qui tenait toujours la lame pointée contre son abdomen.

Ils restèrent ainsi figés quelques secondes. Les éclairs et le tonnerre exprimant mieux l’atmosphère générale de la pièce que tous les mots qui auraient pu suivre.

Puis, contre toute attente, Capuche reprit la parole. Sur un ton plutôt calme et avec des mots bien singuliers :

“ Quelqu’un m’a dit un jour… Un bon assassin ne dort jamais deux nuits de suite sous le même toit… Un bon assassin ne s’attache à rien dont il ne puisse se débarrasser en trente secondes…”

Il marqua une pause de quelques secondes. Mesurant très certainement les conséquences et implications de la décision qu’il venait de prendre.

Pourtant, bien qu’intense, son regard n’exprimait plus le défi. Seulement l’envie de regarder encore un peu la femme écarlate à la lueur des flammes

Éclat le regarda, indécise sur ce qu’elle devait penser de ses mots. Elle finit par chuchoter plus qu’elle ne parla.

“ Cela fait plus de trente secondes.”

Tout était dit…

Nulle parole supplémentaire n’était nécessaire après une telle réponse et un silence assourdissant s’était désormais installé entre la femme écarlate et l’assassin qui se regardaient tels deux chats sauvages.

La tension était à son comble.

Il suffisait à Capuche d’avancer sa lame de quelques centimètres… Il suffisait à Éclat une simple poussée de vif...

Pourtant, un son anodin fit tout basculer.

La lame venait de tomber au sol dans un tintement clair. Suivi presque au même moment par un éclair et un coup de tonnerre. Comme si les dieux eux-même étaient tenus en haleine par la scène qui était en train de se jouer. L’assassin avait lâché son arme.

Il y eut alors quelques instants de flottement… Quelques dernières secondes d’électricité entre deux caractères qui avaient appris à ne jamais plier… Jusqu’à ce qu’ils cèdent tous deux à leur pulsion, laissant leurs lèvres se joindre en un baiser brûlant, pressant leurs corps l’un contre l’autre comme pour retenir toute riposte.

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Jan - 17:55
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



Eclat avait bien failli relâcher tout son vif sur l’assassin lorsqu’il l’avait agrippé par la taille, mais le contact de ses lèvres sur les sienne avait fait fondre sa magie comme glaçon dans un lac de lave. Son corps retrouvait ses instincts alors que son âme se noyait dans la confusion qui baignait son esprit. Peut être était ce à cause de l’électricité dans l’air, ou à cause du sentiment d’inachevé que leur première rencontre avait laissé, mais pour une fois, elle avait envie de lui, envie de ce qui allait suivre.

Elle le laissa la faire reculer tout contre le mur opposé à la cheminée, elle le laissa glisser ses lèvres dans son cou, elle le laissa explorer de ses mains sa silhouette.

Elle le repoussa légèrement pour reprendre son souffle, et l’aider à se débarrasser de son manteau. Elle dégagea ensuite la jambe qui avait porté son poignard pour venir l’enrouler autour de la taille de l’assassin et le ramener ainsi contre elle. Ses mains vinrent prendre appui sur les épaules de Raziel pour se soulever aider par les mains puissantes de son partenaire, et en un même mouvement enrouler sa deuxième jambe autour de lui.

Ainsi positionnée, son visage dominait celui du blondinet, qui devait lever les yeux vers elle pour venir savourer l’éclat émeraude de ses yeux.

Elle agrippa les cheveux à l’arrière de son crâne, tirant son visage un peu plus en arrière, reprenant le dessus sur lui, comme si ce simple geste, un peu brutal, l’aidait à croire qu’elle contrôlait la situation et les réponse de son corps.

Elle sentit les mains de son amant remonter le long de ses cuisses et de sa croupe, faisant remonter un frisson jusqu'à sa nuque, et elle lui imposa un nouveau baiser tout en relâchant sa prise, descendant ses mains sur la nuque de l’assassin.



Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Fév - 16:07
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Le changement d’attitude entre l’assassin et la maquerelle fut aussi soudain que brutal. Toute noire pensée avait désormais totalement abandonné l’esprit de Capuche qui ne désirait plus qu’une seule chose : la posséder toute entière.

La pulsion était réciproque puisque Éclat semblait elle même tout à fait disposée à prendre le contrôle des choses. N’hésitant pas à repousser le blondinet, quand ce fut nécessaire, pour le débarrasser de son encombrant manteau, avant de se jeter de nouveau sur lui pour l’emprisonner de ses jambes et échanger avec lui un baiser enflammé.

Terminé les silences glaçants et les actes mesurés. Les gestes mêlaient désormais empressement et sauvagerie, témoignant, d’un côté comme de l’autre, d’une pulsion incontrôlable qui ne demandait qu’à exploser.

Portant son amante, Capuche levait des yeux gourmands en sa direction et lui adressait un sourire coquin. Il emmena alors celle-ci au niveau de la commode afin de l’y poser et écarter tout ce qui se trouvait dessus d’un geste désinvolte du bras.

Ayant fait s'asseoir sa partenaire, le blondinet avait désormais une plus grand liberté de mouvement. Il en profita alors pour laisser l’une de ses mains descendre et remonter le long de la cuisse de la demoiselle dans une lente et délicieuse griffure tandis que l’autre commençait déjà à retirer le lacet servant à maintenir le haut de sa robe.
Dans le même temps, ses lèvres s’étaient perdue dans le creu du cou de la jeune femme, garnissant ce dernier de milles baisers chauds et parfois mordants.

Lorsqu’il en eut fini avec le cordon, ses doigts se glissèrent alors sous le tissu écarlate pour effleurer sa peau. Puis, brusquement, la robe s’ouvrit pour dénuder complètement le haut du corps de la jeune femme, ce qui permit à l’assassin de descendre peu à peu ses lèvres tout le long de sa gorge jusqu’à arriver à hauteur de sa poitrine.

A ce moment, Éclat lui agrippa alors à nouveau les cheveux, le privant ainsi des fruits de son exploration et l’obligeant à relever la tête. Leurs yeux se croisèrent de nouveau…

Un frisson de plaisir parcourut l’échine de l’assassin suite à cet échange de regard qui exprimait une nouvelle fois bien plus que des mots.

La situation était pour le moins étrange et en même temps terriblement délicieuse. Après tout, ils ne s’étaient véritablement parlé que deux ou trois fois… Et pourtant ce qui était en train de se passer n’avait rien à voir avec la condition de catin de la jeune femme. Il le sentait aussi sûrement que le feu dans les yeux vert émeraude de la maquerelle et les baisers enragés de cette dernière contre sa peau.

D'ordinaire, les gens avec un tant soit peu de raison prenaient le temps de se connaître avant de se jeter l’un sur l’autre comme des animaux… Un assassin devait faire preuve de prudence… étudier ses contacts… prendre la mesure des gens.

Conneries que tout cela… Dès les premières minutes où il l’avait vu, il la voulait.

Le regard intense et le petit sourire mutin qu’elle lui adressa lui confirmèrent que le sentiment était partagé.

Alors elle allait être servie

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Fév - 17:24
Eclat Tombetoile
Maquerelle Pie
Eclat Tombetoile
Messages : 150
Localisation : Cerf






Eclat Tombetoile






Les Fleurs du Délice
14 Croissante 1045



La maquerelle ramena les genoux contre elle, obligeant l’assassin à se reculer un peu, elle plaça les pieds sur son ventre et le repoussa d’une ruade avant de descendre du meuble où il l’avait juchée.
Une fois au sol, elle laissa glisser sa robe, le laissant savourer sa silhouette à loisir.
Après tant d’années à apprendre à satisfaire les hommes et les femmes, elle savait quel rythme imposer à son partenaire pour faire monter le désir.

Alors que le tonnerre grondait à nouveau, elle reprenait pied et retrouvait ses réflexes de prostituée... ce n’était pas l'appât du gain qui animait ses mouvements cette fois, mais l’envie d’offrir la meilleure des prestations, un besoin de lui prouver qu’elle était la meilleure.

Elle s’avança vers lui d’une démarche féline et agrippa sa ceinture, bien décidée à le mettre à égalité avec elle. Elle agissait à geste mesurés, desserrant la boucle et écartant les pans, glissant enfin sa main a l’intérieur, vérifiant au passage qu’elle obtenait l’effet escompté, avant d’agripper un pan de sa chemise.
Alors qu’elle tournait autour de lui pour retirer avec une lenteur exaspérante la pièce de tissus qui recouvrait son torse, elle chuchota en laissant son souffle chatouiller sa nuque.

Tu as connu mes élèves... tu vas découvrir le maître





Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Fév - 14:40
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 160
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
L’assassin ne s’était pas attendu à une telle ruade et tout en relevant la tête, ce fut d’abord une expression surprise qu’il adressa à son amante. Mais bien vite, son regard, traversant ses mèches de cheveux, changea pour devenir prédateur. Dans le même temps, son sourire s’élargissait, comme pour la défier.

Elle agissait sans ménagement avec lui. Elle n’avait pas peur tout en sachant de quoi il était capable. Cela le perturbait lorsque la situation était encore loin d’être claire. À présent, il commençait à aimer cela.

Elle avait raison… le plaisir n’avait de valeur que si on savait le faire durer. Il se redressa alors dans une posture ouverte, sans la lâcher du regard. Se posant en spectateur attentif en même temps qu’il l’invitait à oser tenter d’aller plus loin avec lui.

Il la regarda venir à lui alors qu’elle laissait choir sa robe au sol, se révélant ainsi dans sa nudité la plus totale. Lorsqu’elle fut à proximité de lui et que ses mains commençaient à défaire sa ceinture, il rapprocha légèrement son visage du sien, mais sans chercher à l’embrasser. Savourant simplement sa présence et s’enivrant de son parfum. Elle savait comment s’y prendre… Elle dégageait une indéniable aura de force, mais également une douceur qui se retrouvait dans ses gestes. Y compris les caresses les plus impudiques destinées à vérifier s’il prenait bien plaisir à l’exercice.

Il laissa ses pensées se perdre une seconde. Le temps pour elle d'agripper sa chemise et de commencer à tourner autour de lui lentement pour le déshabiller.

Ce fut une ultime provocation de sa part qui finit par réveiller ses sens.

À peine eut-elle prononcé ces quelques mots que la belle put soudainement se sentir perdre l’équilibre. Basculant contre une jambe adroite et sentant le bras puissant, mais doux de Capuche la réceptionner.

Celui-ci accompagna et contrôla sa chute pour les faire atterrir tous deux avec légèreté contre le tapis en peau de bête qui recouvrait le sol face à la cheminée.

Un nouvel éclair déchira la pénombre, suivi d'un coup de tonnerre.

C’était à présent lui qui la dominait de sa stature, presque à quatre pattes au-dessus d’elle. Laissant retomber ses cheveux contre son visage et s’adressant à elle dans un sourire coquin

“Crois-tu donc être la seule passée au rang de maître ?”


Tout en plongeant son regard dans celui de sa partenaire, il laissa sa main remonter l’intérieur de sa cuisse. Lentement, très lentement… Alors qu’un baiser mordant venait bientôt rejoindre ses lèvres.

La caresse se faisait de plus en plus brûlante, et bientôt ses doigts de plus en plus impudiques.

Elle aimait le contrôle… C’était une évidence. À présent, il mourrait d’envie de savoir si elle aimerait le perdre.

_________________
La rose et le glaive Signature-capuche-5-5562b57
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: S'écrivent les Chroniques :: Bourg de Castelcerf :: Beaux Quartiers :: Les Fleurs du Délice-