"Vous avez ma pleine attention enfant" [PV Izolde, Clément]

 :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Appartements de la Royauté et de la Noblesse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 5 Aoû - 19:05
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 50
Ses yeux se brouillaient à mesure de sa lecture. L'unique bougie qui éclairait la table n'était plus suffisante à cette heure du jour pour qu'il puisse se concentrer efficacement sur les courriers qu'il lisait. Il le savait qu'avec l'âge, sa vue n'était plus aussi assuré que par le passé et pourtant le Labouran continuait à faire comme si de rien n'était. Jusqu'à ce qu'il soit trop fatigué et qu'il n'arrive plus à mémoriser le moindre mot qu'il arrivait à lire.
Le voilà âgé de soixante-deux ans, assis dans le petit salon de son appartement. Il occupait celui-ci depuis tellement d'années qu'il ne souvenait plus en quelle année du règne du père de Juste, il était arrivé à la cour. Baugien par sa mère, il avait passé une bonne partie de son âge d'homme à parcourir les Duchés de l'Intérieur. Sous couvert d'activités commerciales, le petit noble qu'il était avait ainsi vu du pays et côtoyait du beau monde, car parfois le roi lui confiait des missives à remettre en main propre. Son propre domaine, celui que son père lui avait légué à sa mort, n'existait plus depuis longtemps, si l'on pouvait dire qu'il en subsista réellement quelque chose à son legs. Aujourd'hui Humble d'Ovilier n'était plus qu'un vieil homme de lettres. Il n'avait pas spécialement la faveur du roi Juste, ni sa défaveur non plus. Il menait sa vie paisiblement, prenant plaisir à la plume pour consigner certains événements qui lui semblaient importants. Il en voyageait guère plus mais écoutait avec attention les récits des ménestrels qui se présentaient à la cour. S'il jugeait leurs histoires intéressantes, il se renseignait, les complétait et les inscrivait sur le papier.


Ce qu'il faisait de son temps libre n'était un secret pour personne mais on le laissait tranquille dans son coin la plupart du temps. Les ragots, c'était bien pour les bruits de couloirs, parfaits pour faire rougir ou glousser les dames mais aucun n'avait véritablement envie de finir gratter sur ses velins pour l'éternité. Le vieil homme ne s'y intéressait pourtant guère, bien qu'il ait pris des notes concernant l'affaire de la maîtresse d'art et de la jeune Liberté Sangreal. Mais n'ayant pas le fin mot de cette histoire, cela restait pour l'instant à l'état de spéculations et de notes éparses dans une pochette de cuir.
Cela faisait de très nombreuses années qu'il était donc domicilié à Castelcerf mais ses racines le portaient à écouter avec une sorte d'affection les récits qu'il pouvait entendre concernant les Duchés de l'Intérieur. Il avait essayé de comprendre quelque chose dans cette série de disparitions au sein de la famille Aiglevif mais cela lui sembla non seulement compliqué mais aussi dangereux. Il s'était donc abstenu comme il ne disait rien en public sur ses doutes quant au duc Narcisse.


Voici l'homme que s'apprêtait à rencontrer la ménestrelle Izolde.
En cette fin d'après midi, il fit allumer le feu de sa cheminée pour apporter plus de clarté à son salon. Son serviteur, un homme au visage plus buriné que le sien et au silence tout aussi précieux, finissait d'installer sur une table les friandises dont il raffolait tant, ainsi qu'une carafe de vin doux.
En serrant ses mains l'une dans l'autre, calé dans son large fauteuil, il attendait. Il avait prié le chevalier de l'If, qui lui avait rapporté si brièvement l'histoire de rester pour soutenir la jeune femme durant son récit.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Aoû - 19:04
Izolde
Âme de Justicière
Izolde
Messages : 157
Localisation : Castelcerf
Après sa rencontre avec le chevalier de l’If, Izolde avait été en proie à autant d’espoir que de dépit. Les premiers jours, elle était portée par les promesses et l’écoute qu’il lui avait accordées. Enfin, elle avait pu rapporter son histoire, elle avait trouvé quelqu’un qui ne se contentait pas de la rejeter au loin comme une source de problèmes à venir. Et ce quelqu’un avait des relations, il avait promis de l’aider, de trouver un intermédiaire plus qualifié que lui pour savoir quelles démarches entreprendre. Enfin, enfin… justice allait être rendue à Probe.

Elle s’était attelée avec grand soin à consigner les faits par écrit, ainsi qu’elle s’y était engagée, en détaillant du mieux qu’elle le pouvait – ce qui ne faisait pas grand-chose de plus que ce qu’elle avait raconté au militaire, car elle en savait trop peu, mais, contrairement à ses tendances naturelles plutôt impulsives, elle en était passée par un brouillon qu’elle avait amplement raturé pour organiser le récit au mieux, avant de le remettre au propre dans une graphie soignée de gentille prêtresse bien appliquée. Elle avait juste tu son sentiment personnel, et la vision qui l’avait jetée, paniquée, sur les routes baugiennes en ce jour de printemps.

Une fois le document transmis à l’adresse de Clément de l’If, il ne lui était resté que l’attente. Rapidement, les doutes étaient revenus à la charge. Pourquoi, après tant de chemin parcouru et tant de temps écoulé, cette affaire aurait-elle brusquement trouvé une amorce de solution ? Cet homme n’allait-il pas, comme les autres, l’oublier, l’ignorer, la rejeter de côté ? Devait-elle vraiment croire en ses promesses, au risque de tomber de haut lorsqu’elle réaliserait que, finalement, elles étaient soit infondées, soit inutiles ? Car, même s’il avait semblé sincère, restait la possibilité qu’il ne puisse rien de plus pour elle…



En proie à ces sentiments contradictoires qui la faisaient passer du chaud au froid en un rien de temps, la ménestrelle reçut, alors que la fin du mois approchait, un message de la part de son bienfaiteur. Le chevalier disait avoir trouvé une oreille plus compétente que la sienne pour écouter son récit, et l’invitait à se présenter à l’entrée du château quelques jours plus tard, peu avant la tombée de la nuit hivernale. Il l’y retrouverait, et l’accompagnerait jusqu’aux appartements de messire Humble d’Ovilier.

Cachant son appréhension sous les dehors d’une énergie retrouvée, Izolde patienta – difficilement – jusqu’au moment indiqué, où elle gravit la longue pente menant aux portes de la citadelle. Elle était apprêtée modestement, ses cheveux sombres bien lissés, et toujours rabattus au haut de son crâne, en un rappel, peut-être compris d’elle seule, de ce deuil qu’elle ne pouvait se résoudre à faire. Quelques rubans maintenaient et ornaient sa coiffure, assortis à la robe de coupe ordinaire, mais fraîche et bien ajustée, qu’elle avait revêtue. Par-dessus, sa belle cape, indispensable pour se protéger des éléments qui risquaient à tout moment de déferler du ciel, et du froid encore bien présent, surtout lorsqu’elle ressortirait de l’entrevue. Pas question de risquer une extinction de voix...

C’est dans ce costume de jeune fille bien mise, malgré des origines évidemment populaires, qu’elle rencontra de nouveau Clément de l’If. Elle le salua fort poliment, et le remercia pour ses démarches, sincère : elle avait douté, mais maintenant, elle voulait continuer à croire que tout ceci ne se résumerait pas à rien. Tout en le suivant vers le lieu du rendez-vous, elle lui demanda de lui parler de l’homme qui avait, à son tour, accepté de l’écouter.



Après des montées d’escaliers et passages de couloirs où la baugienne ne se serait jamais retrouvée seule, dans l’obscurité grandissante de ce début de soirée, ils arrivèrent à destination. Elle laissa son guide toquer à la porte, tout en s’efforçant de calmer les battements de son cœur. Eda fasse que, derrière ce battant, se tienne quelqu’un qui pourrait véritablement faire avancer sa cause…

Une fois l'huis ouvert par un serviteur silencieux, elle découvrit, bien installé dans un fauteuil, un personnage d’âge tout aussi avancé, à l’air bon, et un rien curieux, dans le bon sens du terme. Soucieuse de faire bonne impression et conservant son rôle de gentille petite, elle exécuta une révérence, pour une fois dénuée de toute exagération dans ses gestes, même s’ils dénotaient certainement de ses origines campagnardes aux yeux d’un habitué de Castelcerf.
« Messire, avant toute chose, je souhaite vous remercier pour le temps que vous avez accepté de consacrer à… à mes dires. Sachez que, par avance, vous avez toute ma reconnaissance. »
Elle se fendit d’une nouvelle révérence, et attendit que l’un ou l’autre des hommes présents l’invite à entrer avant de passer le seuil.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Aoû - 17:27
Clément de l'If
Preux Chevalier
Clément de l'If
Messages : 63
Localisation : Bourg-de-Castelcerf
Les nuit et les jours avaient passé depuis que la ménestrelle, Izolde, était venu frapper aux portes du château de Castelcerf, le coeur tourmenté par sa soif de justice. Une justice saine, une justice qui devait être menée à bien. Je l’avais écoutée avec soin et sa requête m’avait touché. Mon désir d’aider les autres du mieux que je le puisse, malgré la bassesse de leur rang, m’avait de nouveau entraîné dans une énigme à s’en arracher les cheveux. Qui donc écouterait l’histoire de la malheureuse Izolde qui frappait à toutes les portes des Seigneurs à qui pourrait bien punir les bourreaux de son ami défunt ? J’avais demandé à la demoiselle de consigner par écrit les moindres faits et portraits de son récit. Ainsi, son histoire aurait plus de poids. Du moins l’espérais-je.

Elle avait fait le nécessaire et le temps était venu d’acter ma promesse. J’avais rôdé dans les couloirs du château lors de mes services de garde et mes allers et venues quotidiens, l’oreille tendue vers qui que ce soit capable de prêter attention à la requête d’Izolde. Des questions bien posées m’avaient mené tout droit vers un nom : Humble d’Ovilier. Ce sexagénaire originaire de Labour était un homme de lettres. Je l’avais croisé à plusieurs reprises dans la grande bibliothèque du château, alors que j’effectuais des recherches de manuscrits. Son intérêt pour les duchés de l’intérieur était de notoriété publique et j’avais sauté sur l’occasion, à la bibliothèque, pour aborder le sujet du drame du frère Probe avec lui. J’avais dressé un bref tableau de la situation, ménageant les détails croustillants pour l’inciter à prêter plus d’attention à ce récit et proposer une rencontre avec Dame Izolde. Il avait accepté, ses petits yeux brillants d’intérêt ou de vieillesse, je ne le sais toujours pas.

J’avais alors envoyé une missive à la ménestrelle aux cheveux de jais, la priant de me retrouver à la date indiquée devant le château, pour une rencontre avec Humble d’Ovilier. La nuit tombant, je la rejoignis au pied des portes. La demoiselle s’était apprêtée avec simplicité sans déshonorer pour autant l’hôte qui la recevrait. Sa robe était ordinaire mais surmontée d’une jolie cape. Je notai à part moi l’effort vestimentaire qu’elle avait fait malgré les circonstances qui devaient être pesantes pour elle. La jeune fille avait attendu quelques semaines et avait visiblement eu le temps de préparer sa tenue pour entrer à Castelcerf et rencontrer un noble. Je fus soulagé de ne pas avoir à lui expliquer comment se conduire. Manifestement, elle avait les codes du comportement à adopter dans ce genre de situations.

Je la guidai silencieusement dans un dédale d’escaliers et de corridors seulement éclairés par quelques torches et chandelles. A mesure que nous approchions de l’aile réservée à la petite noblesse installée là depuis longtemps, la décoration et l’éclairage se firent légèrement plus riches. Nous approchions. Je me stoppai enfin et toquai à la porte. Je jetai un dernier regard à Izolde et lui adressai un sourire d’encouragement. Le battant s’ouvrit sur le serviteur fort discret d’Humble d’Ovilier. Ce dernier était assis dans son fauteuil. Le feu dans l’âtre projetait une lumière douce et chaleureuse dans le petit salon. Sur une table, quelques friandises et gâteaux, une carafe de vin doux fort alléchante. Je pénétrai dans la pièce et me retournai, surpris d’entendre si vite la voix de la ménestrelle. Je la laissai remercier son hôte d’une révérence et de quelques mots, puis l’invitai à entrer à son tour. Le serviteur referma l’huis derrière nous. D’une voix grave, je m’exprimai ainsi à l’intention d’Humble :

« Messire d’Ovilier, me voici comme convenu accompagné de la ménestrelle Izolde. Elle désire obtenir justice pour le Frère Probe ou, tout du moins, en apprendre davantage sur les étranges faits qui sont survenus ce jour-là. J’espère que nous pourrons éclaircir ensemble ce récit. »

Je n’avais fait que raviver poliment les faits à un vieil homme, d’une manière militaire sans doute, mais d’un ton tout à fait bienveillant à l’égard de la mémoire peut-être usée d’Humble d’Ovilier.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Sep - 22:37
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 50
Lorsque la porte s'ouvrit, le labouran se redressa d'abord dans son fauteuil, abandonnant sur ses genoux le manuscrit qu'il lisait. La petite ménestrelle Baugienne l'intriguait autant que son récit. Elle aurait pu faire une chanson de cette histoire mais elle lui tenait vraisemblablement trop à cœur ; c'était là trop personnel pour qu'elle s'en serve pour se faire un nom. Le peu que le capitaine lui avait rapporté, puis la retranscription papier qu'elle en avait faite, était un terreau de curiosité pour le vieil homme.


La jeune femme ressemblait à une enfant. Elle portait ses cheveux noirs relevés encadrant un visage presque poupon aux grands yeux sombres. Elle avait revêtu une robe sobre pour le rendez-vous. Ses révérences étaient malhabiles, témoins de son manque d'habitude au grand monde mais Humble ne se formalisait pas de ce genre de détails. Il fut néanmoins surpris de l'entendre prendre la parole en premier pour le remercier de sa sollicitude. L'homme se leva alors tout à fait tandis que le chevalier de l'If faisait officiellement les présentations.


" Je ne peux qu'espérer que ma contribution aura quelque impact sur la suite de cette affaire, demoiselle Izolde. Soyez assurée que je suis homme à écouter et croire ce qu'on me rapporte avec le cœur. Mais prenez d'abord place tous deux. "


Le sexagénaire se rassit, invitant de la main ses invités à se joindre à son salon. Lorsqu'ils furent installés, son serviteur leur servit du thé noir parfumé dans de fines tasses aux motifs végétaux.
" Le sieur de l'If m'a confié que votre requête n'avait abouti nulle part. La justice de Bauge est... narcissique dirais-je ; cela n'est guère plus un étonnement pour personne depuis quelques années... Mais qu'a fait le temple d'Eda en apprenant la mort suspecte et violente d'un de ses frères ? "
Il n'allait pas lui redemander de raconter son terrible récit. Il l'avait encore assez en tête pour lui épargner cette peine mais il avait néanmoins quelques questions pour étoffer sa compréhension des faits.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Sep - 14:08
Izolde
Âme de Justicière
Izolde
Messages : 157
Localisation : Castelcerf
Confortée par le soutien muet du chevalier, la brunette pénétra dans l’antre de l’historien, et laissa le premier résumer la raison de leur présence, alors que le second s’était levé. C’était étrange de voir ces inconnus se pencher sur l’affaire qu’elle avait si longtemps portée seule, étrange et presque déplaisant : elle devait faire effort pour partager ces faits terribles, et s’en dessaisir un peu, ce qui revenait à lâcher un peu du souvenir de son cher Frère… mais il n’y avait pas d’autre solution, elle en était bien consciente.

Alors, elle s’inclina de nouveau comme le plus âgé exprimait son espoir de se montrer utile, et s’assit dans l’un des moelleux fauteuils disposés face à leur hôte. Son cœur battait, d’attente et d’appréhension : elle se trouvait enfin en compagnie de personnes qui compatissaient réellement, qui était prêtes à… à quoi, d’ailleurs ? Le sieur Clément avait tenu ses promesses, toujours bien. Une part d’elle-même craignait de voir où leur implication stopperait, où ils l’abandonneraient. Mais elle voulait aussi croire qu’ils l’accompagneraient réellement jusqu’au bout, car elle ne trouverait pas de repos avant.


La boisson qui leur fut servie exhalait un doux parfum, et l’ambiance dans la pièce était raffinée et chaleureuse. Izolde posa ses mains autour de la tasse, pour s’encourager au contact de la tiédeur de l’infusion. Ses lèvres se crispèrent en une moue de mépris partagé lorsque les mots bien choisis d’Humble d’Ovillier révélèrent qu’il comprenait la situation en Bauge avec lucidité. Elle les mordilla un instant, tandis que ses doigts se crispaient sur le contenant : seul un silence répondit tout d’abord à la question. La ménestrelle avait envie de hurler qu’ils n’avaient rien fait, qu’ils s’étaient terrés comme des couards dans leur retraite en se retranchant derrière leur absence d’autorité.

Pourtant, elle se contint, et finit par relever les yeux sur le noble, avant de les rabaisser aussitôt avec humilité, à moins que ça n’ait été pour cacher ce qui s’y mouvait.
« Ceux de Lac Bleu ont prévenu la garde de la ville… et ont informé leurs supérieurs de Beauxcôteaux. Mais d’un côté comme de l’autre... »
Elle lâcha enfin la tasse, écartant les bras en un signe d’impuissance, son regard croisant un instant celui de l’homme aux cheveux grisonnants.
« Rien. Et puis, il n’était pas vraiment de Lac Bleu, il y avait juste passé l’hiver. »
De là à dire que ses collègues d’alors s’en fichaient, l’ancienne prêtresse n’irait pas jusque là, mais qui pouvait savoir comment les choses se seraient passées si Probe avait été plus familier de la petite communauté ?

Sans compter que ses discours faisaient un peu trop de remous au goût de qui appréciait sa tranquillité. Là non plus, elle n’irait pas jusqu’à dire que ceux-là s’étaient réjouis de sa disparition, mais leur passivité pouvait y être liée, consciemment ou non.
« Certains, au temple, trouvaient qu’il posait trop de questions. Il voulait toujours comprendre, et faire comprendre, et faire réfléchir. Je suis sûre qu’aucun serviteur d’Eda ne lui a jamais voulu de mal, mais… il dérangeait parfois, surtout les anciens qui préféraient rester dans leurs habitudes. »
Elle se tut brusquement, et le rouge lui monta aux joues alors qu’elle réalisait que le labouran, plus tout jeune non plus, pourrait bien prendre cela pour lui. Elle s’absorba dans la contemplation de son thé en attendant une réponse, quelle qu’elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Sep - 19:21
Clément de l'If
Preux Chevalier
Clément de l'If
Messages : 63
Localisation : Bourg-de-Castelcerf
Avec toute la bienveillance et la bonté dont il pouvait être capable, le vieil homme nous accueillit dans ses appartements. Il nous invita à prendre place à ses côtés, ce que nous fîmes. Le salon n’était pas très grand, comparé à d’autres logements qu’offrait le château de Castelcerf. En revanche, la disposition du mobilier et l’âtre diffusaient une ambiance chaleureuse qui fit que je me sentis à ma place, malgré le peu de part que j’avais à prendre dans cette entrevue. J’avais permis à ces deux personnes de sphères très éloignées d’entrer en contact pour servir, probablement, une cause commune. La suite, c’était à eux de l’entreprendre. Toutefois, je comptais m’assurer que ma quête auprès d’Izolde se solderait par une réussite et j’allais faire trainer mes oreilles aussi longtemps que possible. Le thé émettait une douce odeur qui me fit abandonner, pour de quelques secondes, cette habitude qu’a un soldat de ne faire que des choses utiles à ses supérieurs, sans prendre le temps de savourer un peu de présent rien que pour soi.

Les propos que tint Humble d’Ovilier piquèrent ma curiosité. Le salon était clos et les paroles prononcées ici ne franchiraient pas ces murs. Critiquer ainsi la justice de l’un des six duchés était osé. Cependant, il avait parfaitement raison. Tout le monde savait, et personne ne faisait rien. Sa question était pertinente et, alors que je buvais un peu de ce thé noir, je me tournai vers la ménestrelle pour écouter ce qu’elle avait à répondre, bien installé dans ce fauteuil. Le silence et les lèvres crispées de la demoiselle me firent froncer les sourcils. Je l’avais reçue dans une petite salle de guet, en proie à de fortes émotions, clamant colère et tristesse. Elle se contenait, je le savais. Cela devait être dur pour elle et j’éprouvais de la compassion à son égard. Je connaissais la réponse qu’elle allait donner. Rien. Personne. Le néant avait suivi cette affaire et chacun avait repris le cours de son existence. Mais le temps n’efface pas tout pour tous. Izolde avait continué à chercher, à enquêter, à lutter. Sa dernière phrase pouvait être perçue comme une pique à l’égard du labouran. Le silence gêné d’Izolde qui s’en-suivit me donna l’occasion d’intervenir pour la tirer de ce piètre malaise.

« Il apparaît bien souvent que ceux qui cherchent la vérité dérangent. Même s’ils ne la trouvent pas, leurs simples questions soulèvent la colère de ceux qui préfèrent se terrer dans l’ignorance ou pire… le mensonge. De toute évidence, aucune accusation ne peut être menée envers la communauté d’Eda mais il y a peut-être d’autres suspects à soulever. Qu’en pensez-vous Sire Humble ? Une conspiration aurait-elle pu être menée par des habitants à l’encontre de ce Frère pour éviter qu’il ne dérange davantage les baugiens du coin ? »

A mon tour, je prenais part à ces interrogations, cherchant à dénouer le vrai du faux. Ou bien cherchais-je à tout prix un coupable pour apaiser les pensées agitées d’Izolde ?
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Oct - 21:40
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 50
" Hm... " réagit-il tout d'abord. La réponse de la baugienne le laissait perplexe. Le frère qu'elle défendait était du genre à poser trop de questions, à réfléchir et faire réfléchir les autres. Assurément, ce genre de comportement n'était pas du goût de tout le monde.
Avant qu'il ait pu achevé ses réflexions sur ces déclarations concernant le temple d'Eda du Duché de Narcisse Aiglevif, le chevalier de l'If s'interrogea à son tour sur une sorte de conspiration qui aurait pu s'étendre au delà du simple cercle des prêtres. Un homme de la trempe de ce Probe ne faisait forcément pas l'unanimité au sein de son ordre comme de la communauté d'une manière générale. De là à imaginer sa mort comme prémédité, il n'y avait guère qu'un pas...


" J'ai les moyens de mener ma propre enquête au sein du temple de Lac Bleu. J'y ai une bonne amie qui sera capable de m'en dire davantage sur la perception qu'avaient les supérieurs de votre compagnon. "
Humble se leva et se dirigea vers un petit secrétaire près de la fenêtre. Il continua à parler tout en écrivant quelques mots à l'encre sur une feuille de papier.
" Votre supposition est, à mon sens, loin d'être erronée Chevalier. Sa mort ne ressemble pas vraiment à un accident et malheureusement, en Bauge, cela est... monnaie assez courante."
Étrangement plus que dans les autres Duchés avait-il remarqué. Comme si la nature suspicieuse de Narcisse avait contaminé le reste des nobles et têtes dirigeantes à moindre échelle. Chacun se protégeait ainsi des mauvaises grâces du duc en assurant la tranquillité de chaque territoire. A moins que Narcisse lui-même ait vraiment main mise sur davantage que ce qu'on pensait de lui ?


" Pouvez-vous m'en dire plus sur votre ami jeune demoiselle ? Que cherchait-il, qu'est-ce qui animait sa foi, qui faisait de lui cet être à part qui aurait pu déranger les anciens ?"
Il n'allait pas se vexer pour cette appellation et ne la prenait même pas directement pour lui car sa curiosité faisait de lui un homme finalement actif et jeune dans sa manière d'aborder le monde qui l'entourait. Du moins, l'espérait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Oct - 15:06
Izolde
Âme de Justicière
Izolde
Messages : 157
Localisation : Castelcerf
Le regard sombre d’Izolde passait de l’un à l’autre, guettant les réactions, en attente. S’était-elle trop emballée, en avait-elle trop dit ? Elle avait conscience de parfois se laisser exagérément influencer par ses émotions sur le sujet, ce qui au final la desservait, mais il lui était bien difficile de maîtriser les élans de son cœur. Elle sut gré au chevalier de l’If pour sa dissipation du bref silence, tout en cherchant à comprendre ce qu’il tentait d’insinuer. Les gens simples qui fréquentaient le temple et avaient pu se rassembler autour de Probe pour l’écouter ne lui semblaient pas pouvoir constituer de menace, mais bien des choses lui échappaient encore. Elle partageait avec le disparu une certaine naïveté sur le monde, la croyance en une bonté d’Eda qui résiderait en chacun, même si elle avait du mal à l’imaginer chez certain duc.

De surprise, elle inclina la tête sur le côté lorsque l’historien affirma connaître une prêtresse de Lac Bleu. Elle s’abstint cependant de demander son identité, ce qui ne l’empêcha pas de passer en revue, mentalement, les femmes âgées qui y résidaient, et d’imaginer leurs réponses aux interrogations de messire d’Ovillier. Lequel préparait déjà sa missive, manifestement, tout en approuvant les dires du militaire.
La nouvelle question fut, elle aussi, suivie d’un silence. Cette fois, Izolde avait besoin de rassembler ses idées. Le noble se fichait certainement bien de savoir si le regard brun de celui qu’elle avait aimé semblait illuminer chaque personne sur laquelle il se posait, si sa voix réchauffait l’atmosphère jusqu’à renforcer les liens de la communauté à laquelle il s’adressait. Il fallait des faits plus concrets, moins discutables. Les yeux de la ménestrelle se fixèrent sur le contenu indemne de sa tasse.
« Il voulait que chacun devienne meilleur. Qu’on se soucie les uns des autres. Qu’on se comprenne. »

Brusquement, elle chercha le regard de son hôte, un feu passionné s’allumant peu à peu dans le sien :
« Souvent, il parlait de ces chaînes qui nous emprisonnent, qui nous empêchent de faire de bonnes choses. Il voulait montrer à tout le monde que nous avons le choix, que nous ne sommes pas obligés de rester passifs ou de faire des concessions sur les nobles principes, que nous pouvons trouver la force de rester sur la voie d’Eda, la voie de la bonté. Il essayait de nous faire comprendre que nous étions libres, tous. Que nous devions seulement y croire, et agir en ce sens. »

Un frisson traversa les épaules de la semi-montagnarde, dont les yeux se replongèrent dans son infusion en même temps que son ton se faisait plus lent, et plus grave.
« Rendre le monde plus digne d’Eda. C’était sa mission. Qu’on soit plus conscient de sa responsabilité, qu’on ne se laisse pas simplement aller sur la voie de la plus grande facilité immédiate. Et on l’écoutait, les petites gens, en tout cas. Il avait quelque chose… qui retenait l’attention… qui… »
Avait-elle été la seule à souhaiter faire partie de ces privilégiés qui pouvaient s’approcher de lui ? Qui pourraient alors partager un rien de la grâce dont il semblait investi ? Elle avait du mal à concevoir que n’importe qui l’ayant côtoyé, ait pu réagir autrement que par l’admiration, voire l’adoration.
« On aurait dit que la déesse elle-même l’avait touché, et qu’il transmettait ce… cette lumière, »
conclut-elle enfin à mi voix, revenant serrer ses mains sur la tasse tiède, tandis que des larmes lourdes de regrets se mettaient silencieusement à couler sur ses joues. L'ombre avait finalement gagné, anéantissant l'envoyé de la douce Eda, éteignant la flamme dansante qui avait porté tant de forces : amour, espoir, révolte...
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Oct - 20:05
Clément de l'If
Preux Chevalier
Clément de l'If
Messages : 63
Localisation : Bourg-de-Castelcerf
Le Seigneur d’Ovillier nous avait partagé le fil de sa réflexion au sujet de mon hypothèse. Mêlant l’esprit à l’action de ses mains, l’homme de lettres préparait déjà une missive qu’il ferait porter jusqu’à Lac Bleu. Je hochai lentement la tête lorsqu’il approuva la possibilité que la mort du Frère Probe ne résulte pas d’un accident. Si le meurtre était prémédité, qui en était la véritable cible ? Probe qui dérangeait ou bien une personne plus haut placée que Probe aurait pu servir ? Non, je songeai en mon fort intérieur qu’il ne fallait pas systématiquement imaginer que chaque homme en sert un plus puissant. Parfois, certains d’entre-nous servent simplement leurs idéaux ou les Dieux.

Lorsque Humble d’Ovillier demanda à Izolde quel genre de propos tenait son ami et qui aurait pu lui valoir des ennemis, je me tournai aussitôt vers l’intéressée. A la fois pour l’encourager d’un regard amical, et pour prêter attention à sa réponse. Humble avait du bon sens. Il posait ses questions avec finesse, chacune soigneusement choisie pour démêler le vrai du faux et aller à l’essentiel de l’investigation. Et puis, il avait la douceur dans la voix qui aiderait Izolde à se confier. Du moins le pensais-je. La ménestrelle regardait fixement son infusion. J’eus le sentiment qu’elle ne parlerait jamais mais elle me contredit et se mit à nous confier ce qu’elle savait des convictions de son défunt ami.

Probe prônait le respect, l’écoute, la rupture des prisons mentales et la bonté. J’étais maintenant certain que l’homme dérangeait. Oh ! Il ne devait pas gêner les braves et les pieux qui, apparemment, l’écoutaient avec assiduité. Mais ceux qui jouissaient d’un peu de pouvoir, imposé par la peur, la force ou l’argent, voilà ceux qui auraient pu commanditer un tel meurtre. Izolde se laissa aller à quelques larmes pour finir et je ne pus m’empêcher de poser une lourde main compatissante sur son avant-bras, accompagné d’un sourire doux et silencieux. J’imaginais sans mal un Seigneur dérangé par les propos tenus par Probe engager quelque mercenaire pour l’éliminer. Je n’en dis rien sur le moment, gardant pour moi ces pensées bien sombres à l’égard de la ménestrelle. Toutefois, je ne pus retenir ces quelques mots pour tenter de la réconforter.

« Des paroles sages qui ont probablement dérangé quelques âmes. Vous continuez de porter en vous les fruits de son travail. Nul doute que votre Frère serait fier de vous, Dame Izolde. »

Je hochai la tête gravement puis retirai ma main de son bras pour porter à mes lèvres un peu de ce thé encore fumant. Je n'ajoutai rien de plus, laissant le soin au Sire d'Ovillier de poursuivre ou non son questionnement.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Oct - 16:49
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 50
Le temps que la jeune femme rassemble ses idées ou son courage pour lui répondre, le Labouran avait achevé sa lettre et la pliait soigneusement. Il entreprit de la cacheter en faisant chauffer un morceau de cire à la flamme de la bougie puis y apposa son sceau composé de branches d'olivier pour sceller complètement la missive. Il était important pour lui d'avoir des informations provenant de différentes sources pour comprendre l'intégralité d'une histoire. Ici, cela permettrait de faire la lumière sur cet assassinat mystérieux.
Si le meurtre était plutôt une pratique courante à Bauge, la justice qui aurait du en découler y était une denrée rare. Il n'y avait bien que le duc pour l'établir « promptement ». Ses détracteurs ainsi que ceux qui menaçaient directement son autorité en subissaient les frais rapidement et leurs procès étaient des pantonymes de justice où Narcisse avait forcement raison.

Izolde prit enfin la parole et le vieil homme tourna la tête vers elle pour l'écouter autant que pour l'observer. Il regagna sa place assise sur son fauteuil sans l'avoir lâchée des yeux un instant. Ses yeux sombres s'étaient illuminés, gagnant petit à petit en intensité.
Frère Probe était une sorte de doux rêveur qui aspirait à plus d'équité dans le monde que la déesse avait créé pour ses enfants. Un idéaliste qui prônait la liberté d'agir et de penser pour améliorer ce qui existait déjà, dans la bienveillance d'Eda. Chacun avait ces possibilités en lui et nécessairement son discours lumineux touchait au cœur les gens qui avaient besoin d'espoir dans leur misérable existence déjà toute tracée. Humble entendait, Humble comprenait. Oui, le noble qu'il était comprenait cette nécessité d'une lumière d'espérance, de la parole apaisée, compatissante, merveilleusement douce de la gracieuse déesse duchéenne. Parce qu'il avait voyagé, qu'il avait parlé avec les gens, qu'il avait écrit sur leurs vies, consigné leurs vœux, leurs histoires, qu'il s'intéressait à tout ce qui composait le monde tel qu'il était aujourd'hui, imaginant souvent avec crainte ce qu'il serait demain...

La ménestrelle finit en étouffant des sanglots, laissant couler ses larmes sur ses joues pâles. Le chevalier de l'If fut prompt à la consoler de sa présence en posant une main protectrice et amicale sur son bras. Il n'avait pas eu tort en disant au commandant de rester avec eux lors de l'entretien. Les mots qu'il prononça toucheraient-ils la jeune baugienne ? Ni l'un, ni l'autre ne la connaissaient réellement mais il n'avait pas tort de dire qu'elle poursuivait l’œuvre de son défunt ami. Elle parlait de lui avec tant de passion qu'il était évident que son discours s'était plus qu'ancré en elle et qu'elle le porterait toute son existence durant, travaillant à sa manière à rendre le monde plus doux.

L'homme aux cheveux gris attendit quelques instants avant de reprendre.
" Je comprend que cela ne soit guère facile pour vous, jeune Izolde de me parler de votre ami sans émotion. Prenez le temps qu'il vous faudra à chaque fois et n'hésitez pas à me dire si, à un moment ou un autre, vous souhaitez mettre fin à l'entretien pour aujourd'hui. "
Il se frotta un instant les yeux avec son index et son majeur. Comment pouvait-il continuer sans brusquer la demoiselle ?

" Vous avait-il parlé directement de personnes rejetant sa vision du monde ? De personnes l'ayant menacé physiquement ou verbalement ? J'entends qu'il semblait incarner la déesse elle-même mais certaines personnes ne sont guère touchées par la grâce et les beaux discours. Vous avait-il déjà fait part d'une quelconque peur ? "


Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Nov - 21:37
Izolde
Âme de Justicière
Izolde
Messages : 157
Localisation : Castelcerf
Les deux hommes qui se trouvaient avec elle dans cette pièce se montraient, l'un comme l'autre, pleins d'une compréhension délicate qui faisait grand bien à la jeune femme, déjà suffisamment émue par les souvenirs qu'elle devait ramener à la vie dans ses paroles. Elle secoua la tête, niant les dires du chevalier, même s'ils la réconfortaient.
« Il le dirait parce qu'il faisait toujours remarquer les meilleures choses, mais... je me sentais toujours si petite auprès de lui... Je veux que son œuvre continue, oui, mais je ne sais pas où il trouvait sa force. »
Là aussi, la ménestrelle ne pouvait que voir une intervention divine pour expliquer l'optimisme et la ténacité jamais mis en défaut de son amour perdu.

Pour le sire Humble, ce fut un hochement affirmatif qui répondit, accompagné d'un petit « merci ». Puis elle parvint à se reprendre suffisamment pour ajouter :
« Mais ça fait si longtemps que j'attends de trouver quelqu'un qui accepte de m'écouter... je peux continuer à vous répondre. »
Et en effet, l'homme avait quelques interrogations nouvelles. La brunette essuya furtivement ses joues d'un revers de main, et inspira, le temps de trouver ses mots.
« Pas de menaces directes, non. Ou du moins, il n'en a rien dit, mais je ne pense pas qu'il en aurait parlé, de toute façon. Il croyait sincèrement que n'importe qui peut s'améliorer, alors, il ne parlait pas des mauvaises actions. S'il a eu un problème de ce genre avant, alors, il a sûrement essayé de le régler tout seul. C'était lui qui aidait les autres, pas le contraire. »
Il y avait un rien d'amertume dans ce constat. Izolde aurait tant voulu qu'il partage davantage... mais, s'il avait parfois craint ou douté, Probe ne l'avait jamais fait savoir.

Le regard dans le vague, l'ancienne Sœur d'Eda consentit enfin à tremper ses lèvres dans le thé, sans doute fort coûteux, que lui avait servi le noble. Elle-même ne buvait, en termes d'infusions, que des tisanes faites avec les plantes locales, mais une fois passée la surprise gustative, cette nouveauté n'était pas désagréable à son palais.
« Il n'était pas non plus aveugle, »
reprit-elle rapidement après avoir reposé doucement la tasse,
« et il savait bien qu'il déplaisait à certains... Je voulais l'accompagner, mais il a refusé... il disait que c'était trop dangereux. »
Nouvelle pause. Des pensées mille fois retournées dans sa tête vinrent s'y enrouler de nouveau. Et si, et si... et si elle s'était trouvée avec lui, ce jour-là ? Bien sûr, elle n'aurait rien pu faire. Elle préférait ne pas imaginer ce qu'il serait advenu d'elle. Et son souvenir à lui aurait été encore plus irrémédiablement perdu... Une dernière fois, il avait prouvé qu'il avait raison, malheureusement.

« Il n'avait pas peur pour lui, ou alors, il ne le disait pas, mais il était conscient de... de risquer quelque chose. Il ne m'a jamais vraiment parlé de ça clairement, il avait toujours l'air de se fier totalement en la déesse pour le protéger. Mais... il m'a recommandé plusieurs fois de me méfier. »
Le regard de la demoiselle revint rencontrer celui du vieil homme, puis du plus jeune, puis de nouveau de son hôte. Ils lui inspiraient confiance, ils avaient tout fait pour, et elle se devait de leur livrer le fond de sa pensée.
« Il parlait souvent contre les Pies, sans les nommer, mais moi, je lui demandais des fois de m'en dire plus, et je sais que c'est à eux qu'il pensait. Et ça faisait partie des gens contre qui il me prévenait. Il y avait aussi les gens du Duc. C'était pareil, il ne les pointait pas directement du doigt, mais si on réfléchissait, on comprenait de qui il parlait. Et il savait qu'ils pouvaient être dangereux, eux aussi. Après... je ne sais pas. Il pouvait y avoir d'autres histoires, avec d'autres gens, mais ça ne se voyait pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Nov - 19:31
Sans Nom
PNJ
Sans Nom
Messages : 50
[HRP : Clément ayant des soucis d'internet, je prend sa place pour ce tour-ci ^^]

Les mots avaient été dits. Elle avait dit les mots qu'en son fort intérieur, Humble redoutait d'entendre : les Pies et les hommes du Duc. Aussi dangereux et insaisissables les uns que les autres.
Les premiers étaient comme des fantômes vengeurs, frappant comme au hasard, bien qu'il n'en fut rien. Quel dessein précis était le leur ? Le vieil homme n'arrivait pas à le comprendre : leurs agissements en Cerf étaient différents d'en Bauge ou encore d'en Béarn. Faisaient-ils seulement partie d'un ensemble ? Avaient-ils la moindre cohérence entre eux ? Quoi qu'il en soit, ils ne se laissaient pas attraper facilement, pas sans se battre et se sacrifier au besoin. Les adeptes du Prince Pie... Cette histoire faisait froid dans le dos à l'entendre mais l'historien qu'était le labouran savait que la réalité était toujours différente de la légende... Il n'en avait seulement pas encore trouvé en quoi cela consistait pour cette histoire-ci.
Les seconds qu'évoqua Izolde, les hommes du Duc, n'étaient pas des tendres non plus mais ceux-là étaient surtout intouchables. Qu'ils agissent réellement au nom de Narcisse  Aiglevif ou sous couvert de servir ses intérêts, peu importait en réalité car ils faisaient la loi à leur manière, expéditive et brutale.


Le seigneur d'Ovilier but longuement une gorgée de thé avant de reprendre la parole. Le prêtre ne disait pas avoir peur mais il avait tenu à protéger sa jeune suivante en la mettant à l'écart de ses histoires. C'était honorable de sa part mais ça restait stupide d'avoir persévéré dans ce sens... Seul et sans moyen de se protéger.
" Il avait raison de vous mettre en garde... Les uns et les autres sont de vraies plaies pour Bauge... Se les mettre à dos ... Achever cette phrase n'avait pas d'intérêt. Dire à haute voix que son ami était suicidaire d'avoir joué avec des êtres de cette espèce n'aiderait en rien la demoiselle à accepter et à faire correctement son deuil. Peut-être même s'en doutait-elle elle-même, sans se l'avouer franchement ?

Le vieil homme se pencha vers la table et se saisit d'une pâtisserie qu'il commença à porter à sa bouche avant de suspendre son geste et de continuer : "Avant d'arriver à explorer efficacement cette piste, autant travailler à éliminer les autres. Je crains que cela soit compliqué de faire la lumière sur les véritables responsables s'ils s'avéraient être des vifiers ou des hommes de Narcisse. "
Son réseau de connaissances ne couvrait pas l'ensemble des territoires baugiens et dans tous les cas, il ne ferait prendre aucun risque à ses amis et contacts là-bas en les faisant fouiller ce genre de pistes. Il n'était qu'un homme de lettres curieux qui s'intéressait aux autres et à leurs histoires pour les consigner. Il n'avait pas le pouvoir d'en faire davantage, quand bien même il le voudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Appartements de la Royauté et de la Noblesse-