[RP CLOS] Le premier contrat. [pv. Capuche]

 :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Autres Chambres et Logements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 7 Juil - 14:24
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
14 Croissante 1045.
Appartement d'Audace Marchal.
pv. Capuche.

Le soleil était en train de se coucher mais la luminosité était déjà très faible depuis bien une heure, si bien que tout le château s'illuminait à la bougie depuis un petit moment déjà. Ténacité se trouvait dans l'appartement de son frère jumeau dans les quartiers des officiers de l'Armée royale. Le logement était plus petit que celui de leur protectrice Blanche Legrand mais il restait suffisamment grand pour être constitué de la chambre d'un côté et d'un petit salon de l'autre, meublé par seulement deux canapés. Afin d'économiser les chandelles, seul le petit séjour était illuminé, laissant la chambre dans la pénombre et cachée par un rideau qui permettait de séparer les deux pièces.

Bien qu'il était d'ordinaire peu commun de voir des demoiselles de compagnie se promener dans ce quartier de Castelcerf, les voisins d'Audace avaient pris l'habitude de voir Ténacité passer devant leurs appartements sachant qu'elle était la sœur jumelle du Capitaine Marchal. Sa présence n'éveillait donc aucun soupçon.
La jolie blonde était assise dans un des canapés, sa canne appuyée sur l'accoudoir. L'héritière avait amené avec elle sa lyre mais elle n'y touchait pas ; ses doigts étaient entrelacés sur ses genoux alors qu'elle s'appuyait sur le dossier de son assise tandis que son regard fixait le ciel sombre au dehors à travers la fenêtre. Malgré des temps plus que mornes et troublés, elle portait une robe d'hiver vert bouteille qui offrait un beau décolleté ; elle ne devait pas laisser trop paraître la mélancolie qu'elle éprouvait à ignorer précisément la situation de Bauge, de son Duché.
Soudain, la porte s'ouvrit sur Audace. Il sortait d'une réunion avec les autres Capitaines où ils avaient mis au point l'emploi du temps des jours suivants. Le jeune homme était fourbu.

- Audace, je m'inquiète...
- Nous ne pouvons qu'attendre, Ténacité.
- Je le sais, mais cela fait dix jours ce soir...
- Il viendra. Remarquant la mine peinée de sa jumelle, Audace s'approcha et lui frotta la joue avec l'index, un petit geste affectueux comme un autre. Je me change et je reviens. Joue de la lyre pour moi, veux-tu ?

Audace était toujours en tenue de travail. Il prit deux chandelles et passa côté chambre pour pouvoir faire sa toilette et se changer tandis que Ténacité prit sa lyre en main pour y jouer les premières notes.

Audace avait déposé le message à destination de l'assassin au pigeonnier principal de Castelcerf très tôt le matin du 4 Verdissante. Depuis, tous les soirs au moment où le soleil se couchait comme convenu dans la missive, Ténacité venait rejoindre son jumeau dans son appartement, là où tous deux avaient donné rendez-vous à celui qui, éventuellement, pouvait résoudre leur épineux problème familial. Mais aucune nouvelle ne leur était parvenue, aucun indice prouvant que leur demande avait bel et bien été prise en compte. Ténacité tenta de se vider un peu l'esprit et commença à jouer un peu plus franchement pour que son frère puisse entendre la musique tout en se dévêtant. Les murs de la chambre étaient épais mais quelques notes pouvaient être entendues à travers la porte ou les deux fenêtres de l'appartement d'Audace.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Juil - 17:30
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Cela faisait un moment que Capuche n'avait pas remis les pieds au château et celui-ci pensait bien ne plus avoir à le refaire. Depuis que "Cynique Sombrelune" avait aidé Liberté Sangréal à quitter les lieux, contre l'avis du roi, son visage était désormais connu ici et il n'y était forcément plus le bienvenu.

L'infiltration avait été rendue d'autant plus compliquée que les récents et dramatiques événements avaient quelque peu modifié la disposition du système de surveillance du château. Les gardes n'étaient plus les mêmes, qui plus est, leur nombre et les chemins de ronde avaient été modifiés.

Le plus simple aurait certainement été de confier à quelqu'un d'autre au moins le premier contact... Entrer de manière déguisée était plus facile qu'une infiltration. Genêt aurait certainement pu s'en acquitter sans problème, quitte à rencontrer lui-même les clients de ce soir dans un lieu plus sûr. Mais mû par une intuition qui le trompait rarement, Capuche avait tenu à effectuer cette rencontre en personne. Le fait d'avoir réuni depuis quelques informations non pas sur "son" mais "ses" contacts, avait par ailleurs piqué sa curiosité.

De plus, il avait estimé utile de réapprendre à circuler comme il le souhaitait et sans être vu dans le château. Grâce aux passages secrets qu'il avait découverts, entrer et sortir n'était plus vraiment un problème. Mais il lui avait fallu plusieurs jours d'observation et de jeu de cache-cache avec les gardes pour pouvoir se constituer une "routine" de progression, afin de pouvoir circuler relativement tranquillement.

Trouver les bons passages ; connaître les relèves ; savoir où rester cacher pour attendre le passage des rondes... Réapprendre toutes ces choses prenait un certain temps, et l'assassin commençait à craindre que ses employeurs n'en viennent à se lasser de l'attendre.

Pourtant, ce soir-là, de la musique s'échappait de la porte derrière laquelle il devait se rendre, signe que la pièce était bel et bien occupée. Mais l'était-elle toujours par les bonnes personnes ? A priori oui, au vu de ce qu'il avait pu observer ces derniers jours... Mais dans ce lieu hostile pour lui, et malgré une première enquête sur ses employeurs, un piège restait une éventualité qu'il ne pouvait pas exclure.

Même s'il ne devait pas traîner trop longtemps dans le couloir au risque d'y être surpris, Capuche prit tout de même le temps d'écouter un peu les notes jouées à la lyre avant de se manifester. C'était un air typique de Bauge, joué dans un style plutôt reconnaissable qui laissait présager que "la fille" au moins était bien présente... Restait à savoir ce qu'il en était du capitaine de la garde qui l'accompagnait et à découvrir quelles étaient ses intentions envers le "criminel" qu'il avait convoqué.

Une fausse note se fit entendre...

Préférant agir avec Prudence, l'assassin dégaina son épée puis toqua simplement à la porte.

"Fa dièse bon sang, Fa dièse !"


Il se plaça alors contre le mur à côté de celle-ci, prêt à recevoir celui qui ouvrirait en plaçant sa lame sous sa gorge.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Juil - 21:47
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Les yeux fermés, Ténacité était toute tournée vers sa musique. Ses doigts cornés faisaient vibrer les cordes de sa lyre sur un air qu'elle avait appris il y avait de nombreuses années de cela auprès de Clémence. Il était simple mais là où, d'ordinaire, l'héritière n'avait pas besoin de se concentrer particulièrement pour le jouer, en cet instant, elle devait se focaliser sur sa mélodie pour ne pas se manquer. Bien qu'elle était à présent rassurée concernant l'état de santé de sa mère restée au Duché, c'était d'autres préoccupations qui venaient polluer son esprit : est-ce que ce plan pour libérer le trône de Bauge du joug de Narcisse était le bon ? Est-ce que cet assassin finirait par venir ? Et s'il venait, accepterait-il les missions que comptaient lui confier les jumeaux ? Les pensées embrumées par une foule de question, Ténacité fit une fausse note. La baugienne soupira, agacée, mais continua de jouer pour faire plaisir à son frère. Même si cela commençait franchement à lui peser, il leur fallait attendre et les jumeaux étaient prêts à faire cela malgré les doutes.

Soudain, quelqu'un toqua. Cela eut pour effet immédiat de stopper la mélodie. Raidie par la surprise, Ténacité fixa la porte puis posa sa lyre sur le canapé tout en s'emparant de sa canne. C'était lui, tout du moins, elle espérait sincèrement que ce soit le cas. En s'approchant d'un pas vif de la porte, elle entendit un marmonnement curieux. Pourquoi la personne derrière la porte parlait-elle de Fa dièse ? Blanche avait reçu la consigne formelle de ne pas venir voir ses protégés à ces heures et l'héritière doutait qu'un des collègues de son frère soit amateur de musique au point de corriger sa partition ; c'était sûrement lui, elle en était presque sûre. Au moment où la jeune femme posa la main sur la poignée de la porte, elle entendit un bruit dans son dos et pivota le menton pour voir du coin de l’œil que le rideau avait bougé : la silhouette d'Audace était visible dans l’entrebâillement. Il avait à peine eu le temps de commencer à se dévêtir, il avait toujours son pantalon mais était pieds nus et en bras de chemise. Ténacité était peinée par le regard que son jumeau avait à ce moment-là : il était dur et froid, un vestige de la Guerre Rouge car la jeune femme ne lui connaissait pas cet air avant leur départ de la tribu nomade. C'était celui d'un guerrier se préparant au combat, ce qui n'était sûrement pas un excès de zèle au vue de la rencontre qu'ils s'apprêtaient à faire. Audace fit un bref signe de tête indiquant à sa sœur qu'elle pouvait faire entrer le visiteur. La baugienne s'obligea à respirer profondément puis ouvrit la porte.

Son souffle fut coupé net par un mouvement vif dans sa vision périphérique : une épée était littéralement sortie de l'ombre pour s'arrêter à quelques centimètres de sa gorge. La nuque raidie, Ténacité baissa les yeux sur la lame et remonta lentement jusqu'à la garde et la main qui la tenait. Les chandelles éclairaient faiblement le couloir mais lui permettait de discerner la silhouette qui la menaçait : c'était un homme qui faisait sensiblement la même taille qu'Audace, quelques cheveux blonds s'échappaient de sa capuche mais Ténacité n'eut pas le temps de trouver son regard que l'homme parla dans un souffle qui n'était audible que par elle.

- Bonsoir. Si c'est un piège, la garde est vraiment méprisable de vous envoyer en premier.

Les narines et les lèvres pincées, l'héritière se vexa quelque peu. Si l'optique de la mort de Narcisse et l'éventualité de sa propre mort d'un coup d'épée malheureux n'étaient pas en jeu, elle aurait sûrement piquée une crise au beau milieu du couloir, cependant, ce dernier n'était pas un lieu propice à ce genre de scène et mieux valait se dépêcher avant d'éveiller les soupçons d'un voisin. Cela n'empêcha pas la jeune femme de murmurer sur un ton acide et cassant :

- S'il n'y a qu'une estropiée pour vous accueillir, c'est bien qu'il n'y a pas de piège, ne pensez-vous pas ?

- J'aimerai simplement m'en assurer par moi-même puis je rangerai mon épée. Vous permettez ?

N'ayant pas vraiment le choix, Ténacité se recula, laissant l'assassin entrer. Elle ferma rapidement la porte, toujours sous la menace de la lame de l'encapuchonné et lorsqu'elle releva les yeux, ce fut pour voir qu'Audace avait tiré le rideau de la chambre et apparaissait en pleine lumière, un de ses sabres en main. Celui-ci était encore glissé dans son fourreau mais le Capitaine avait la main posée sur la garde, prêt à dégainer. Son regard sombre ne déviait pas de la lame pointée sur sa jumelle et la tension grimpait significativement dans la pièce de seconde en seconde. Ténacité, le souffle court, tendit la main vers son frère en cherchant son regard.

- Audace, s'il te plaît, pose ton sabre.
- Lui d'abord.
- Audace... Audace regarde-moi.

Le baugien eut du mal à s'exécuter mais son regard lourd finit par dévier et croisa celui de Ténacité. Celle-ci se trouvait étonnamment calme alors qu'elle était littéralement prise en otage mais elle s'abstint de trop réfléchir à sa propre réaction face à la menace de l'assassin et se focalisa toute entière sur son jumeau.

- Prouve nos intentions en posant ton sabre, je t'en prie. Il va faire de même.

De très longues secondes s'écoulèrent avant que la main d'Audace ne se desserre du manche de son sabre. Lentement, l'héritier leva puis posa son arme sur un meuble près de lui avant de s'en éloigner ; ce geste semblait particulièrement lui coûter d'après son regard noir. Lorsque l'épée de l'assassin se baissa enfin, rendant sa liberté à l'héritière, Audace gronda :

- Ténacité, derrière moi.

La jeune femme s'écarta du maître assassin et, lorsqu'elle arriva au côté de son frère, des tremblements commencèrent à secouer sa jambe raide. Son calme surprenant s'expliquait finalement par une décharge d'adrénaline qui commençait déjà à l'abandonner. L'assassin parla mais la jeune femme ne l'entendit pas vraiment, trop occupée à tenter de calmer ses frissons. Voyant que sa sœur menaçait de défaillir, Audace la fit rapidement asseoir sur le canapé le plus proche et invita d'un geste de bras un peu raide leur invité à faire de même sur l'assise d'en face. Ténacité posa sa canne puis entrelaça ses doigts entre eux afin de réduire au maximum les tremblements qui pouvaient éventuellement secouer ses bras. Après avoir retrouvé un souffle plus mesuré, elle put enfin reposer les yeux sur leur étrange invité.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Juil - 15:11
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
À peine l'assassin et son otage avaient-ils passé la porte que la tension était montée d'un cran d'un cran dans la pièce. Il fallait dire que le blondinet n'avait pas choisi la manière la plus délicate de se confronter à son deuxième client qui, ayant immédiatement compris la situation, l'attendait de pied ferme, l'épée à la main.

Conservant sa propre lame sous le cou délicat de la jeune femme, Capuche n'estima pas nécessaire de se présenter, ni même de parler tout court. Le capitaine savait ce qu'il avait à faire s'il voulait que la situation se dénoue.

C'était sans compter sur le caractère du jeune homme... Celui-ci avait de toute évidence la tête dure, et il fallut l'intervention de sa propre sœur pour qu'il daigne enfin faire fonctionner son cerveau.

Avec un peu d'assistance et beaucoup de temps pour ravaler sa fierté, le bouillant capitaine finit par poser son arme. Après avoir inspecté rapidement les lieux du regard, Capuche finit par faire de même et rengaina sa lame en son fourreau, avec un flegme pour le moins déstabilisant. Une attitude qui détonnait avec celle de Ténacité qui semblait accuser le contrecoup du choc qu'elle s'était efforcée de contenir jusque là et de son frère dont ont pouvait encore discerner les envies de meurtre.

" C'est toujours un plaisir d'avoir affaire à des gens raisonnables !"

La jeune femme avait rejoint le girond de son frère et semblait désormais "absente". Celle-ci tremblait comme une feuille morte. Si bien qu'Audace dût l'accompagner jusqu'à un canapé pour lui permettre de s’asseoir et reprendre contenance. Dans la foulée ce dernier invita mécaniquement son "visiteur" à prendre place également.

Les choses semblaient désormais clarifiées, mais l'ambiance demeurait lourde dans la pièce. Pour cette raison, Capuche préféra donc ne pas s’asseoir dans l'immédiat et attendre que ses interlocuteurs soient eux-mêmes plus disposés à une conversation plus apaisée. De plus, il lui paraissait déplacé de commencer à prendre ses aises en voyant dans quel état il avait mis la jeune femme, vraisemblablement inutilement.

Face à la scène, l'assassin eut une pointe de remords. Tout en se rapprochant de ses deux potentiels clients, il prit alors la parole en premier afin l'espérait-il, d’apaiser quelque peu les tensions.

" Je vous présente des excuses à tous les deux pour la brutalité de cette entrée. Surtout à vous Ma Dame.
J'espère que vous comprendrez qu'il s'agissait là d'une précaution nécessaire à partir du moment où vous avez fait le choix de m'attirer en terrain hostile."


Sur ces mots, il tira la chaise et s'assit à son tour.

" L'un comme l'autre, je ne vous imagine pas stupide. J'en déduis donc que le choix du lieu de rendez-vous était un test pour jauger de mes compétences...

Ai-je été à la hauteur de vos attentes ?"



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juil - 18:47
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Assise sur un des divans, la jeune femme s'efforçait de stopper ses tremblements ; elle parvenait à figer le haut de son corps en serrant ses mains l'une contre l'autre mais son genou droit n'en faisait qu'à sa tête. La grande blonde se mordillait la lèvre inférieure, plus agacée qu'autre chose : les gens avaient tendance à la prendre pour une petite chose fragile en la voyant marcher avec sa canne et sa jambe raide, ce qui l'insupportait par-dessus tout. Même Audace et Blanche ne pouvaient s'empêcher de la materner lorsqu'elle faisait montre de fatigue, faisant fi de la vexation de la baugienne. Celle-ci faisait donc en sorte de paraître toujours en forme et sûre d'elle mais le petit incident avec le maître assassin l'avait perturbé bien plus qu'elle ne l'avait imaginé. Mais finalement, les tremblements cessèrent lentement, en grande partie grâce à la présence d'Audace aux côtés de sa jumelle. Un peu rassuré, le Capitaine alla alors chercher un plateau supportant verres et carafe d'eau pour les ramener sur la petite table, non sans quitter des yeux l'assassin ; il servit sa sœur qui but afin de reprendre pleinement contenance tandis qu'elle avait enfin posé les yeux sur Capuche.

Celui-ci s'excusa alors platement, arguant de la nécessité d'une telle entrée en matière au vu du décor dans lequel le petit groupe se trouvait. Difficile de nier qu'il était assez délicat, notamment lorsqu'il s'adressa directement à l'héritière pour exprimer ses regrets ; cela permit de rendre l'atmosphère moins électrique. Tandis que l'homme s'assit, les lèvres de Ténacité s'étirèrent dans un demi-sourire neutre, qui n'avait clairement rien de chaleureux mais qui n'était pas froid pour autant.

- Je m'en remettrai.

Avait-elle le choix, au fond ? Les risques que les cohéritiers prenaient à embaucher un assassin dans le but de tuer Narcisse étaient tout aussi grands qu'une épée sur la gorge maniée par un soldat d'expérience. La jeune femme restait quelque peu contrariée mais oui, elle se remettrait largement de cet incident. Lorsque Capuche reprit la parole, elle coula un regard à son jumeau tout en portant à nouveau son verre à ses lèvres. Le Capitaine avait fini par s'asseoir au côté de sa sœur et se tenait bien droit, le regard rivé sur l'assassin.

- Vous correspondez parfaitement à ce que nous attendions de vous. Votre prudence et votre savoir-faire ne seront pas de trop là où nous souhaitons vous envoyer.

Audace aussi affichait un air et un ton neutre, pourtant, Ténacité devinait que son jumeau était aussi très contrarié. Lui qui étouffait presque sa chère sœur de sa surveillance depuis l'accident de chasse de leurs 13 ans a du avoir le sentiment d'avoir failli à son devoir de frère protecteur en voyant la jeune femme menacée par une lame sortie de nul part. Pourtant, le Capitaine reconnaissait en l'assassin les qualités dont il avait fait preuve : prudence et savoir-faire. C'eut été plus simple de voir ces capacités appliquées sur quelqu'un d'autre que Ténacité, voilà tout.

Capuche proposa aux jumeaux de poursuivre sur leur lancée, d'expliquer leurs volontés. Ténacité prit la parole afin de se réengager pleinement dans la discussion.

- Nous souhaitons qu'une personne meurt. Mais avant cela, Audace et moi avons besoin que vous fassiez quelque chose d'autre pour nous, quelque chose qui implique de n'ôter la vie à personne. Nous avons ouï dire que le dénommé Capuche pouvait résoudre bien des problèmes qui ne concernaient pas forcément des meurtres. Est-ce possible ? Capuche se montra attentif à ce que les jumeaux allait lui dire, ce qui incita la jeune femme à poursuivre. Nous avons besoin que vous récupériez un document qui se trouve sur le Comté de Marche-des-Steppes. Le domaine fait partie du Duché de Bauge, il se situe au Sud de Beauxcôteaux. Dans la bibliothèque de la place forte se trouve un document que nous aimerions avoir en notre possession. Il s'agit d'un acte de naissance et nous savons déjà précisément où il se trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Aoû - 18:42
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Aussi spectaculaire qu'eût été l'entrée de Capuche, le capitaine tout comme sa sœur devaient à présent bien admettre qu'il avait bien fait appel à la bonne personne pour exposer leur problème.

Les choses étant désormais clarifiées, toutes les animosités et rancœurs allaient pouvoir se dissiper, du moins en apparence. Mais c'était suffisant pour que l'assassin ainsi que ses potentiels clients puissent désormais en venir à l'objet de leur "réunion".

La jeune femme répondant au nom de ténacité se mit alors à exposer les faits.

Bien entendu, il était question d'un meurtre, mais pas uniquement... La demoiselle annonçait tout de suite la couleur en stipulant qu'il y aurait divers objectifs à remplir avant d'en arriver à ce qui serait certainement l'issue du contrat.

Bien entendu, voilà qui attisait la curiosité du blondinet. Ce dernier avait le goût du défi et une dose de contraintes rendait toujours une mission bien plus intéressante. Cela lui permettait aussi de facturer bien plus cher ses prestations... ça, c'était pour satisfaire son goût pour l'argent.

L'assassin ne montrait pourtant aucune émotion particulière à l'écoute de la jeune femme. Assis dans une posture nonchalante et faisant tournoyer le liquide dans le verre que l'on venait de lui servir, il se montrait juste concentré afin d'assimiler les informations qu'on lui transmettait. Durs et froids comme la glace, ses yeux bleu turquoise étaient quant à eux plongés dans ceux de ténacité, comme pour mieux chercher à sonder l'âme de cette dernière.

Un voyage jusqu'à Bauge... Une infiltration dans une place forte afin d'y dérober un document... Rien que pour le temps de l'aller et du retour, Capuche savait déjà qu'il n'allait certainement pas s'acquitter lui-même de cette première partie de la mission. Cela le tiendrait trop longtemps éloigné de ses propres affaires prioritaires à Castlecerf... Pour un résultat rapide, il allait certainement devoir envoyer un pigeon jusqu'en Bauge afin de prendre contact avec le bureau des assassins se trouvant sur place. Suivant leur réponse et la faisabilité de la mission, il verrait s'il pouvait se permettre de déléguer où non.

Bien entendu, Ténacité et Audace n'avaient nullement besoin d'être informées de ces réflexions. Ainsi, lorsque l'exposé fut terminé, Capuche reprit la parole comme si de rien n'était.

" Tout d'abord, je tiens à vous rassurer. Ce que vous me demandez est tout à fait dans mes attributions. Je ne suis qu'un outil. On me paye pour résoudre un problème. Il n'appartient qu'à vous de me dire qu'elle est nature de ce problème et vous seul porterez la responsabilité de sa résolution.

En revanche, je préfère vous prévenir que le temps que prendrait ainsi que les difficultés que je rencontrerai influenceront grandement le prix de la prestation.

Vous êtes jeunes... Je me dois donc de vous poser la question suivante : êtes-vous prêt à vivre avec le poids d'un meurtre sur vos épaules et êtes-vous prêt à payer le prix pour cela ?

Il me faudra aussi un maximum d'informations sur les lieux que je suis censé infiltrer... Comment se présente l'endroit ? Est-il bien gardé ? Connaissez-vous déjà des failles qu'il me sera possible d'exploiter ?"


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Aoû - 13:50
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Capuche se montra tout à fait ouvert à la demande que les jumeaux comptaient lui confier. Ce qui pouvait être vu comme une mission secondaire pour l'assassin était en réalité de la plus haute importance pour Ténacité et Audace. Si Narcisse venait à disparaître, la question de la succession au trône de Bauge allait se poser : Pensée avait intégrée les ordres d'Eda depuis bien trop longtemps et Sibylline n'était une Aiglevif que par son alliance avec feu Lupin, elles seraient instantanément écartées d'autant plus loin du pouvoir par d'autres familles plus puissantes, des alliées de Narcisse n'attendant que sa disparition pour se repaître de ses restes. L'idée que le Duché devienne le théâtre de guerres intestines entre familles nobles horripilait le frère et la sœur. Il leur fallait donc pouvoir se présenter comme héritiers légitimes à la seconde où leur oncle allait trépasser et cet acte de naissance allait le leur permettre.

Capuche prévint les jumeaux que les tarifs allaient sûrement évoluer en fonction du temps qu'allait prendre la mission mais aussi de sa difficulté. Ténacité et Audace se regardèrent du coin de l’œil ; comme souvent, ils avaient pensé la même chose au même moment.
L'argent constituait leur plus grande difficulté. Blanche subvenait largement à leurs besoins et leur mère leur envoyait des fonds le plus régulièrement possible par le biais de la correspondance qu'elle entretenait avec sa vieille amie mais leur bourse n'était pas sans fond pour autant et, avec le tremblement de terre, il était tout à fait normal que Sibylline garde son or pour entretenir Marche-des-Steppes et ses désormais nombreux habitants. De plus, Blanche allait sûrement soutenir sa famille restée au pays en leur envoyant elle-même de l'argent et, pour couronner le tout, un assassin coûte cher. Celui-ci allait coûter d'autant plus cher car, si le cambriolage de Marche-des-Steppes devrait être relativement simple, le meurtre de ce paranoïaque de Narcisse allait relever d'une tout autre paire de manches. Ténacité et Audace allaient clairement se serrer la ceinture pour pouvoir se payer les services de Capuche, d'autant plus qu'ils avaient refuser l'aide de Blanche, mais c'était un mal passager pour un bien qu'ils espéraient durable. Vivre au sou près, ils l'avaient expérimenté dans les Steppes : le faire à Castelcerf n'allait pas les déranger outre-mesure.

Pour s'assurer de la volonté de ses clients, Capuche leur demanda s'ils étaient prêt à supporter le poids inhérent à un assassinat sur leur bourse comme sur leur conscience. Ténacité et Audace se jetèrent à nouveau un regard entendu tandis que l'assassin leur demandait des détails sur Marche-des-Steppes. Audace se leva pour aller chercher quelque chose dans une commode tandis que Ténacité se tourna de nouveau vers l'assassin et son insondable regard glacé. Il affichait une posture décontracté sur sa chaise mais il faisait en sorte de paraître tout aussi neutre que les jumeaux. Aucun des deux camps ne se dévoilait complètement, bien que la jeune femme n’hésitait pas à garder les yeux plantés dans ceux de son interlocuteur. Au fil de la discussion, sa jambe cessa totalement de trembler.

- Cela fait maintenant plusieurs mois que nous réfléchissons sérieusement à cet assassinat et à ses conséquences, nous sommes décidés. Pour ce qui est du prix, nous avons des fonds et de quoi les alimenter, vous serez payé.

Ténacité et Audace avaient appris à être économes mais même avec cela, il était possible qu'ils manquent d'argent pour un assassinat aussi ardu que celui d'un Duc. Le moment de demander de l'aide à Blanche viendrait sûrement, même si cela contrariait beaucoup les jumeaux. Si tel était le cas, ils sauraient la remercier, elle et sa famille, à leur juste valeur.

Audace revint avec un parchemin qu'il étala sur la table : Bauge se dessina sous les yeux de Capuche et de Ténacité. Le Capitaine avait cette carte en sa possession depuis de nombreuses années puisque c'était un des derniers cadeaux de Lupin à son fils. Elle n'était donc pas parfaitement à jour mais le Comté de Marche-des-Steppes n'avait pas bougé depuis de très nombreuses années, elle allait donc largement suffire.

- La place forte de Marche-des-Steppes se trouve à seulement quelques lieux en aval de la source de l'Escôte. Les douves sont alimentées par la rivière et les murailles sont hautes, il n'y a qu'un pont-levis pour seul accès. Bien que Marche-des-Steppes soit le domaine historique des Aiglevif, la surveillance ne devrait pas être excessive pour plusieurs raisons : tout d'abord, il ne reste qu'une comtesse pour gérer le domaine. Sibylline Aiglevif est veuve depuis plusieurs années et ne joue pas un rôle prépondérant dans la gestion du Duché.

Ténacité garda les yeux rivés sur la carte mais admira secrètement le sang-froid et le calme dont son frère faisait preuve en évoquant leur mère avec neutralité.

- Enfin, nous savons que le Comté a massivement accueilli les paysans alentours touchés par la catastrophe. Même si la garde a été renforcée pour contenir toute cette nouvelle population, les soldats restent trop peu nombreux pour réellement gérer tous ces nouveaux habitants. Il devrait être aisé de se mêler à cette foule pour rentrer dans la place forte le soir venu.

Resté debout pendant l'exposition du domaine, Audace s'assit, laissant la parole à sa sœur qui releva les yeux du parchemin pour regarder Capuche.

- La bibliothèque se trouve dans les quartiers de la comtesse, au deuxième étage. Si sa chambre est sûrement bien gardée, je doute qu'il en soit de même pour de vieux livres poussiéreux. Il se trouve qu'il y a une section Généalogie dans cette bibliothèque et que celle-ci recèle un secret bien gardé concernant la famille Aiglevif.

La jeune femme ménagea un petit silence pour regarder son frère, sentant que Capuche était de plus en plus intrigué par le lien entre sa mission et la famille ducale. Audace hésita à lui parler dans le dialecte des nomades pour parler franchement à Ténacité de ce qu'il pensait mais les jumeaux se mirent d'accord d'un regard. La grande blonde se retourna vers l'assassin, les mains jointes, le souffle profond. Ce qu'elle s’apprêtait à dire lui était étonnamment difficile car cela rendait la chose d'autant plus réelle alors qu'elle y était pourtant pleinement préparée. De toute manière, il allait bien falloir lui dire à un moment ou à un autre.

- Mettons carte sur table tout de suite. Lorsque toutes les conditions serons réunies, nous souhaitons que vous mettiez fin à la vie du Duc Narcisse Aiglevif. C'est pour cela que nous avons besoin d'un document qui le concerne dans le domaine historique de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Aoû - 16:30
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Au moins, les deux jeunes gens semblaient préparés à affronter les conséquences qu'impliquait un meurtre. Capuche put faire cette déduction rien qu'en observant Ténacité, dont la voix et le corps avaient retrouvé toute leur assurance au moment où elle avait prononcé son engagement.

Prenant la suite de sa sœur, Audace posa alors une carte sur la table afin d'exposer les spécificités du terrain ainsi que les différentes conditions dans lesquelles il sera possible pour l'assassin de remplir sa mission. Capuche sortit quant à lui un petit carnet ainsi qu'un bout de fusain de l'une des poches de sa ceinture afin de noter les éléments qui lui semblaient les plus importants.

A ce qu'en disait le Capitaine, la mission de cambriolage n'avait en effet rien d'insurmontable :


  • Forteresse en aval de la source de l'Escote ;
    Murailles hautes,
    Douves + pont-levis
    Comtesse isolée
    Garde renforcée/présences de réfugiés
    Privilégier infiltration



Si plusieurs vérifications et reconnaissances allaient être nécessaires, les assassins basés à Bauge n'auraient certainement aucun problème à s'infiltrer. Il fallait dire que les récents événements qui chamboulaient les terres des duchés jouaient aussi énormément en faveur de la guilde. Les détails fournis par Ténacités donnèrent les derniers éléments dont le Capuche avait besoin pour pouvoir échafauder un plan qui tienne la route.

Bien évidemment ce dernier se demandait quelle pouvait être la raison cet intérêt des deux jeunes gens pour la généalogie de la famille Aiglevif... Intérêt qui gagna également l'esprit de l'assassin lorsque celui-ci entendit le nom de sa cible définitive.

Cette partie de la mission... Il était en revanche certain qu'il lui faudrait s'en charger lui-même... À condition bien sûr qu'il ne se soit pas déplacé pour rien.

"Assassiner un Duc, rien que ça... Je comprends mieux pourquoi il vous faut quelqu'un que les demeures royales n'effraient pas...

Pourtant... J'ai bien peur que vos "fonds" ne se limitent pour l'instant pas qu'à vos paroles. Ou alors, il faudra m'expliquer comment un simple Capitaine de la garde et sa sœur ont soudainement acquis les moyens de faire tomber une tête couronnée."


Ayant vu boire Ténacité et Audace, Capuche était désormais certain que le breuvage que contenait son verre n'était pas empoisonné. Il porta donc à son tour la boisson à ses lèvres avant de poursuivre avec un petit sourire aussi doux qu'énigmatique à l'attention de la demoiselle.

" Heureusement... Il existe plusieurs moyens de s’acquitter d'une dette.

Généralement, on ne fait pas disparaître un dirigeant sans avoir une petite idée de qui on souhaite placer à sa suite... On ne bouleverse pas non plus un échiquier politique sans que toutes les parties impliquées ne cherchent à en tirer avantage ou à protéger leurs arrières...

À la lumière de ce que je viens d'entendre... il se peut donc que j'accepte le contrat. Dans un premier temps, une simple mission de cambriolage devrait être dans vos moyens.

Pour l'assassinat du Duc... Si je vous juge assez sérieux pour mener cette mission à bien, alors nous en partagerons les dépenses et les bénéfices. Je deviendrai votre associé. Pas votre employé. Cela vous coûtera cher... Mais cela ne sera peut-être pas en argent."

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Aoû - 15:29
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Face à cette nouvelle information lourde de sens, Capuche se contenta de faire remarquer aux jumeaux qu'il doutait de leur capacité à payer un tel travail. Ténacité se redressa, les narines légèrement pincées. L'assassin n'avait pas encore donné de prix mais elle savait qu'avec son frère, même en rassemblant jusqu'à la dernière pièce d'étain qu'ils possédaient, ils ne parviendraient pas à payer Capuche. C'était une des raisons pour lesquelles l'assassinat de Narcisse allait devoir attendre quelques mois mais il y en avait bien d'autres, à commencer par l'emprunt de l'acte de naissance. Cela agaçait profondément la baugienne mais elle savait cette attente nécessaire pour mieux préparer la suite, après le trépas de son oncle.

Capuche s'empara enfin du verre qui lui était destiné et reprit la parole, non sans un petit sourire. Malgré le fait que les jumeaux ne lui avaient manifestement pas tout dit, il accepta la mission... tout du moins, la première partie. La suite des événements après son meurtre, il ne semblait pas en avoir grand chose à faire, même s'il en a fait la remarque aux jumeaux. Cette nouvelle décrocha également un sourire sur le visage de Ténacité. Après coup, peut-être que Capuche n'acceptera pas la mission d'assassinat mais s'il leur rapportait l'acte de naissance, cela serait déjà un grand pas dans leur quête pour renverser Narcisse. Cela restait une bonne nouvelle pour la jeune Aiglevif. Celle-ci choisit de se montrer aussi honnête que possible, ce qui était quelque peu ironique au vue de sa situation et de l'élément capitale qu'elle et son frère cachaient encore à Capuche, à savoir leur identité réelle.

- Pour ce qui est de la rémunération, je ne vais pas vous le cacher : bien que nous soyons économes, il se pourrait bien que nous n'ayons pas tous les fonds nécessaires pour payer un assassinat, a fortiori celui de Narcisse Aiglevif. C'est pour cela que sa mort n'est pas à l'ordre du jour. Au delà de l'or qu'il nous faut rassembler, j'imagine que c'est une opération demandant beaucoup de préparation, autrement dit, qui ne s'exécute pas du jour au lendemain.

- Nous sommes patients. Nous ne vous redemanderons pas de le tuer tant que nous n'aurons pas l'or ou tout autre rémunération qui vous conviendra à notre disposition et tant que vous n'estimerez pas la mission possible. Quant au cambriolage de Marches-des-Steppes... merci de vous en occuper.

- En parlant de Marches-des-Steppes, combien cela coûtera-t-il ?

En même temps, Ténacité songeait à la lettre qu'elle allait écrire après le départ de l'assassin. Mieux valait que leur mère soit au courant de leur opération avant qu'elle ne découvre par hasard que l'acte de naissance avait disparu. La baugienne craignait quelque peu la réaction de Sibylline devant une initiative aussi risquée de la part de ses enfants mais maintenant que la machination avait été mise en route, ils ne pouvaient faire volte-face.

La jeune femme regarda brièvement son frère avant de reposer les yeux sur Capuche, les lèvres étirées dans un plus large sourire teinté d'amusement. Audace avait les sourcils froncés, sa neutralité apparente s'était transformée en sévérité et sa sœur savait pourquoi : l'instinct protecteur sur-développé du Capitaine pour sa sœur s'était de nouveau éveillé au moment où Capuche avait émit l'hypothèse que le paiement pouvait se faire autrement qu'avec de l'argent, le tout en regardant Ténacité. Le baugien était déjà comme ça lorsqu'ils étaient adolescents, depuis que les charmes de Ténacité s'étaient développés pour être plus exact. L'héritière cachée espérait que l'assassin ne relèverait pas le lourd regard de son associé mâle car elle ne se sentait pas d'apaiser son incorrigible frère au milieu d'une discussion d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Sep - 17:09
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Il avait fallu que Capuche mette le frère et la sœur face à la réalité de leur situation financière pour que ces derniers daignent enfin faire preuve d'un peu plus d'honnêteté dans leur discours. Cependant, ils ne prirent pas la peine de réagir à la remarque évoquant la suite des événements après l'assassinat du Duc. Il était évident que ces derniers lui cachaient encore des choses...

Dans une certaine mesure, c'était leur droit étant donné que son rôle d'assassin se cantonnait au meurtre sans se préoccuper des conséquences politiques de ses actes. Mais pour que cette règle s'applique, encore fallait-il que le client ait les moyens de ses ambitions. Or, on ne pouvait pas dire que c'était franchement le cas avec nos deux zigotos.

Heureusement pour eux, si l'assassin avait accepté de faire le déplacement jusqu'ici, c'était justement parce qu'il espérait tirer de cette rencontre autre chose que de l'argent. Le fait que ses clients admettent en manquer lui donnait ainsi bien plus de poids pour poser ses propres exigences sur la table.

Après avoir fini son verre, il fouilla alors à l'intérieur de sa tunique pour en sortir une enveloppe garnie. À l'intérieur de cette dernière se trouvait un feuillet qu'il déplia sur la table devant eux et sur lequel était écrit très lisiblement en titre le mot "Contrat". Le texte comportait des trous visiblement destinés à être remplis en fonction de la tournure que prenaient les tractations.

Reprenant sa pointe d'argent, il commença à écrire pour combler les parties manquantes tout en répondant à la dernière question de Ténacité. Il lui présenta la feuille en indiquant de sa pointe la somme qu'il avait décidée.

" Pour le cambriolage, la somme en pièce d'or. 35 % avant la mission, le reste sera donné après la réussite de cette dernière. Si elle réussit...

Les 35 % ne sont pas récupérables et la somme totale n'est pas négociable. Et encore, j'ai consenti à réduire les gages que je prends habituellement pour ce genre de missions, en échange d'un petit service."


Ayant énoncé cela, il tourna ensuite son regard en direction de la jeune femme tout en lui rendant le sourire qu'elle lui avait adressé tout à l'heure.

"Moi aussi je vais être franc, vos ambitions peuvent potentiellement m'intéresser et vous m'êtes sympathique. Je pense donc qu'il y a moyen que nous puissions nous arranger autrement qu'avec de l'argent..."

Capuche savait que cette phrase pouvait être lourde de sous-entendus, surtout de la part d'un criminel notoire et qui plus est adressé à une femme. Mais il n'aimait pas tellement la manière dont Audace le regardait depuis quelque temps déjà. Ainsi, c'est avec une expression particulièrement sarcastique qu'il le regarde à son tour avant de lui demander innocemment.

"Cela vous pose un problème ?"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Sep - 23:51
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
L'assassin dégaina un feuillet qu'il cachait dans la doublure de sa veste et l'étala sur la table afin de pouvoir le remplir. Il tourna ensuite le contrat en direction des jumeaux, leur indiquant du bout de sa pointe les détails de leur marché. En découvrant la somme totale demandée par Capuche, Ténacité soupira intérieurement de soulagement : cette somme, il l'avait déjà dans sa globalité. Elle n'allait pas avoir à fouiller les fonds de tiroirs, ce qui allait considérablement leur permettre, à elle et à son frère, de paraître plus sérieux aux yeux de l'assassin. Ce dernier parla toutefois d'un petit service, ce qui amena la baugienne à lever les yeux du contrat pour les poser dans ceux de son interlocuteur. Voilà donc qu'il recommençait avec ses sous-entendus licencieux... sa remarque sarcastique à l'encontre d'Audace fit souffler du nez la jeune femme, amusée. La grande blonde regarda son frère du coin de l’œil, bien décidée à le laisser réagir : le Capitaine allait devoir apprendre à lâcher un peu la bride sur elle s'il voulait que leur collaboration avec Capuche tienne la route. Audace s'était penché pour pouvoir lire le contrat et garda la position, se contentant de relever le menton pour se confronter du regard à cet assassin bien insolent.

- Vous avez raison de vous intéresser à Bauge. Avec la chute de Narcisse, le nouvel occupant du trône voudra sûrement faire le ménage et éliminer les derniers soutiens des Aiglevif. Vous pourrez sûrement récupérer un domaine et une bonne épouse dans la mêlée. Le baugien marqua une pause pour se redresser, Ténacité sourit... mais le jeune homme ajouta : Épouse qui ne peut être Ténacité.

La jeune femme plissa légèrement les yeux. Elle savait depuis fort longtemps que, si elle devait se marier, cela serait pour le bien du Duché et non le sien ; restait qu'Audace semblait prendre la question de l'union de sa sœur beaucoup trop à cœur. Belle et Colombe avaient déjà roucoulé un certain nombre de fois sur le caractère protecteur touchant du Capitaine mais en être la principale intéressée s'avérait parfois pénible.

- Audace, si Capuche aspire à devenir noble, ce n'est pas une bourgeoise comme moi qui va l'intéresser.

- Sait-on jamais.

- Va chercher l'avance demandée pour le contrat s'il te plait, je finis de lui donner les détails pour Marche-des-Steppes.

Les jumeaux se regardèrent quelques secondes avant que le jeune homme n'accepte de lâcher le morceau. Il se leva et passa côté chambre : Audace et Ténacité y avait stocké la quasi totalité de leurs fonds en prévision de la venue de Capuche. La jeune femme se retourna vers l'assassin, une légère moue sur le visage.

- Je vous ait parlé d'une section Généalogie. Elle doit normalement contenir un ouvrage très épais avec un titre assez pompeux relatant toutes les naissances, les morts et les règnes des Aiglevif. En sortant ce livre de son étagère, on peut voir le mur de pierre. La pierre qui se trouve précisément derrière ce codex est bancale : derrière s'y trouve l'objet de notre convoitise.

La demoiselle de compagnie marqua une pause et pencha légèrement la tête sur le côté, un demi-sourire aux lèvres. Elle reprit la parole un ton plus bas.

- Je vous prie d'excuser Audace, il est très protecteur ainsi que très regardant sur mes prétendants. Ténacité redressa la tête, reprenant un air plus sérieux. Dans le cas où votre petit service serait, comme il le soupçonne, d'ordre... physique, voulez-vous bien me le dire dès à présent ? Histoire d'éviter une nouvelle esclandre si cela venait à le contrarier.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Sep - 19:14
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Le Capitaine avait mordu à pleine bouche à l'hameçon que lui avait lancé Capuche. Inutile de dire que la réaction qu'il eut alors l'amusa grandement. Celle-ci avait en plus eu le mérite de mettre au grand jour un point de désaccord de taille entre le frère et la sœur concernant son avenir sentimental. Le genre de préoccupations que l'on retrouvait dans toutes les "bonnes familles" et qui était si souvent source de revenu pour lui.

Mais pour l'heure c'était de simplement voir l'homme se faire rembarrer par la femme qui ne souhaitait pas qu'on dispose de ses fesses à sa place dont il se délectait.

Audace avait malgré tout raison sur un point, s'il investissait sur l'avenir de Bauge, il s'offrait l'opportunité de se placer en position de force face aux futurs dirigeants du pays. Cela dans le but d'implanter plus solidement sa guilde au cœur même des duchés ou bien tout simplement pour s'assurer une retraite des plus confortables comme le sous-entendait le capitaine. En tout cas il lui serait possible d'obtenir bien plus qu'il n'avait obtenu auprès des Sangréal.

S'il parvenait à déployer solidement les bras du kraken sur chacun des duchés... Alors, peut-être parviendrait-il à rendre celui-ci aussi puissant et redouté qu'il ne l'est en Chalcède.

Un avenir à la mesure de son ego surdimensionné et qui avait de quoi le laisser rêveur.

Après avoir clos le sujet, Ténacité envoya son frère chercher l'avance demandée. Visiblement, c'était également une occasion pour la jeune femme de pouvoir parler un peu plus librement avec l'assassin.

Celle-ci donna alors des détails supplémentaires sur l'emplacement de ce que les assassins devraient trouver ; informations que le blondinet s'empressa de noter dans son carnet. Elle finit ensuite par s'excuser pour le comportement de son frère avant de demander avec une pointe d'inquiétude dans la voix de lui en dire un peu plus sur le genre de service voire de sévices que l'assassin pourrait lui demander en échange de ces compétences.

À ces mots, il ne put réprimer un petit soupir amusé.

" Ne vous excusez pas pour le comportement d'un autre. Et encore moins de vouloir disposer de vous-même comme vous l'entendez !"


Il rangea son carnet ainsi que sa pointe d'argent et se tourna un peu plus vers elle afin de lui parler, comme s'il s'agissait d'une conversation entre amis. Lui offrant son plus beau sourire, il s'empressa alors de rassurer la jeune femme quant à ses intentions véritables.

" Et rassurez-vous tous les deux. Je suis un homme qui aime les plaisirs, mais je ne suis pas CE genre d'homme auquel vous pensez.
Je ne cherche pas non plus à épouser sans amour une femme à qui on ne demande même pas son avis, encore moins pour obtenir un château dont je ne saurai que faire. Je reconnais volontiers que vous êtes une très belle femme. Je n'aurais d'autant plus de plaisir que si c'est vous qui me montrez que vous appréciez ma compagnie et que vous m'invitiez à vous revoir. Et il me semble que ce genre de chose demande du temps."


Audace de son côté faisait entendre qu'il allait revenir vers eux. Avait-il entendu les paroles de Capuche ? C'était probable... Quoi qu'il en soit son retour tombait bien, car il allait pouvoir annoncer le genre de service auquel il pensait réellement dans ses sous-entendus de tout à l'heure.

" En revanche, un jour qui n'arrivera peut être jamais, je viendrai au château pour une raison qui ne vous regardera absolument pas. Ce jour-là, je compte sur vous et en particulier votre frère pour que ma petite promenade me soit la plus facile et la plus agréable possible.

Si vous acceptez cette condition, alors nous avons un contrat."


Sur ces mots, Capuche sortit de sa tunique un nouvel outil pour écrire, mais à l'aspect bien plus étrange que la pointe d'argent qu'il utilisait jusque là. En effet, il s'agissait d'un stylet en métal, magnifiquement ouvragé, arborant à l'une de ses extrémités une plume destinée à l'écriture et de l'autre une torsion se terminant en petite lame tranchante. L'assassin sortit également de sa ceinture un petit flacon qui dégagea une forte odeur d'alcool lorsqu'il l'ouvrit et le posa sur la table.

Là il trempa la lame du stylet dans le flacon avant de la porter jusqu'à la paume de sa main qu'il entailla. Il trempa ensuite la plume dans le filet de sang qui se dégageait de la blessure avant de signer le contrat qui était toujours sur la table avec cette dernière.

Ce rituel accompli, il tendit alors le stylet à ténacité, visiblement médusée par cet étrange procédé.

"Les demoiselles peuvent signer à l'encre."
Conclut-il, avec un sourire un coin et un regard qui semblait la sonder.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Sep - 18:11
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
"Ne vous excusez pas pour le comportement d'un autre. Et encore moins de vouloir disposer de vous-même comme vous l'entendez !"

Quelle réponse intéressante. Ténacité ne cacha pas sa surprise qui s’exprima par un délicat haussement de sourcil accompagné d’un sourire élargi. Ce genre de réflexion était plutôt rare, a fortiori dans la bouche d’un homme. Les Duchés étaient très loin du traitement qui était réservé aux femmes dans les États Chalcèdes mais certains esprits étriqués avaient encore pour ambition de garder la moitié de la population à la maison, sans autre travail ou responsabilités. Audace n’était évidemment pas ce genre d’homme, sinon, il n’aurait jamais toléré l’idée de pouvoir un jour gouverner Bauge aux côtés de sa sœur jumelle. Sa volonté de garder un œil sur les relations de sa sœur était davantage un effet de son caractère surprotecteur que le résultat d’un quelconque machisme ; il n’empêchait que cela avait le don d’agacer Ténacité, ce qui rendait l’assassin d’autant plus sympathique à ses yeux.

Ce que Capuche dit par la suite renforça ce sentiment : il ne semblait pas en quête désespérée d’un titre de noblesse et de l’épouse parfaite qui allait avec. Mieux, là où d’autres individus se seraient prestement enquis d’un nouveau rendez-vous avec elle, lui était disposé à attendre son signal. C’était un homme simple, respectueux et honnête… tout du moins, autant que pouvait l’être un assassin. La baugienne ne se laissa donc pas totalement attendrir par ce discours qui la touchait pourtant au cœur.

Ses pensées clarifiées, Ténacité l’écouta attentivement tout en l’observant. L’homme n’avait pas retiré sa capuche et les jumeaux n’avaient jusqu’à présent pas envisagé de lui demander de se découvrir, refroidis par son entrée puis trop accaparés par leur discussion. Pourtant, la jeune femme cherchait maintenant à le voir plus précisément : il lui rappelait quelqu’un, mais qui ? A ce moment-là, Audace repassa dans le salon en poussant le rideau, une bourse bien fournie à la main. Au même instant, Capuche posa sur la table un attirail d’un tout autre genre.

Les jumeaux le regardèrent faire, très interloqués par le processus ; Blanche ne les avait pas informé d'un tel procédé. Ce devait être quelque chose qu'il réservait au cas où les contrats était pleinement remplis. Ténacité n’aurait jamais cru que ce genre de pacte de sang existait réellement. Elle resta coite jusqu’à ce que l’assassin ne lui tende le stylet. Sa remarque... son regard… s’attendait-il à la voir tourner de l’œil ? Après tout, elle avait paru assez ébranlée par la menace de l’épée tout à l’heure…

- « C’est ensemble que nous vous avons appelés. C’est ensemble que nous signerons. »

Les sourcils légèrement froncés, la baugienne prit le stylet et trempa la lame dans l’alcool afin de la nettoyer, reproduisant le rituel que lui avait montré l’assassin sans trembler. Elle avait clairement vu pire dans sa vie, à commencer par sa blessure au genou ; ce n’était pas une petite cicatrice dans la paume de la main qui allait la faire frémir. Lorsqu’elle eut terminé, elle tendit le stylet à Audace et sortit un mouchoir d'une petite poche pour s’essuyer la main. Le Capitaine prit l’instrument en main et signa à son tour tandis que sa sœur observait Capuche : il paraissait satisfait et reprit le contrat. Tous trois se levèrent et Audace donna en main propre l’argent à l’assassin. Celui-ci s’apprêta à dire quelque chose mais Ténacité parla avant lui :

- « Une dernière chose. Pouvez-vous enlever votre capuche, s’il vous plait ? »

Audace regarda sa sœur du coin de l’œil ; lui aussi était intrigué par son interlocuteur mais sa sœur avait songé avant lui à demander au mystérieux assassin de se dévoiler. Ce dernier ne parut voir aucun inconvénient à la demande et fit tomber son couvre-chef d’un geste de main nonchalant. La capuche eut à peine le temps d’atterrir entre ses omoplates que l’assassin pu apprécier l’expression stupéfaite sur le visage des jumeaux. Il y avait de quoi : l’un avait passé des semaines à le traquer derrière la moindre teinture de Castelcerf tandis que l’autre l’avait à plusieurs reprises croisé dans les couloirs alors qu’il accompagnait une dénommée Liberté Sangréal.

- « C’était donc vous le fameux Cynique Sombrelune. »

Ce n’était même pas une question. Ténacité jeta un coup d’œil à son frère et vit dans ses yeux une certaine contrariété. Il fallait dire que le mystérieux garde du corps de l’héritière de Labour en avait fait voir des vertes et des pas mûres à toute la garde royale au moment de la disparition de Dame Liberté.

- « Je comprends maintenant pourquoi il nous a été impossible de vous tracer. »

Un demi-sourire se dessina sur le visage de la baugienne qui était à présent remise de sa surprise. Dans la bouche du Capitaine, c’était un compliment non négligeable fait à un homme qu’il ne trouvait pourtant pas spécialement sympathique mais en qui il reconnaissait des qualités notables. Ténacité, elle, ne dit rien. La baugienne n’avait jamais eu la possibilité de fréquenter les mêmes cercles que Dame Liberté lorsque celle-ci était encore au château ; Cynique Sombrelune n’avait été qu’une ombre de plus dans l’entourage de l’héritière de Labour, entourage qui lui était bien lointain. La grande blonde rangea son mouchoir, toujours avec le sourire aux lèvres : voilà donc pourquoi il lui était si difficile de s'introduire dans Castelcerf et pourquoi l'aide d'Audace allait se révéler précieuse pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Oct - 15:08
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
Capuche observa attentivement la jeune femme lorsque celle-ci se saisit du stylet pour entailler sa propre main et signer le contrat de son nom, en lettres de sang. Bien plus qu'un rituel symbolique, il s'agissait également d'un test que Ténacité venait de franchir avec succès, suivi d'ailleurs bien rapidement par son propre frère.

Même si l'exercice en soi n'avait rien d'insurmontable, il rendait soudainement les choses beaucoup plus concrètes pour quiconque s'engageait auprès de la guilde. Celui qui signait donnait de sa personne et se liait par le sang à son propre crime. Il ne pouvait plus faire machine arrière.

Ainsi le meurtre de Narcisse n'était-il pas un simple caprice de riches ambitieux. Il résultait d'un mal réel tapi dans le coeur des deux jumeaux, qu'ils devaient désormais regarder en face grâce à cette automutilation.

Lorsqu'ils eurent tous deux terminé, l'assassin se contenta alors d'un sourire énigmatique avant de replier soigneusement le contrat et ranger son matériel.

L'acte de signature avait été précédé par une question qui ne surprit pas Capuche. En fait, il s'attendait même à ce qu'on lui demande bien plus tôt d'ôter son couvre-chef. Celui-ci avait rempli suffisamment son rôle et la barbe qu'il n'avait pas à l'époque ne pouvait pas continuer à faire illusion bien longtemps.

Le blondinet ôta donc le tissu qui dissimulait partiellement ses traits, et Ténacité comme Audace purent avoir confirmation de leurs soupçons en reconnaissant le chevalier servant de Liberté Sangréal : Cynique Sombrelune.

De ses deux interlocuteurs, c'était le Capitaine qui exprimait d'ailleurs le plus d'émotions contradictoires et on pouvait aisément comprendre pourquoi. Celui-ci avait certainement dû passer bien des jours et des kilomètres à courir après un fantôme, suite à l'évasion soudaine de la précieuse captive.

Mais beau joueur, Audace finit par se targuer d'un sourire pour adresser une ultime remarque à Capuche, qui se présentait d'ailleurs plutôt sous la forme d'un compliment.

Oui... C'était fou le pouvoir que pouvait avoir un simple accessoire de tissu quand il était correctement utilisé. L'assassin se leva alors avec un sourire joueur.

Il reprit ensuite la parole dans une expression qui justifiait parfaitement le nom duchéen qu'il s'était attribué, tout en portant les mains à sa capuche afin de pouvoir la remettre en place ou l'enlever à volonté.

"Quand j'enlève ma capuche, on me voit... Quand je la mets, on ne me voit plus...

On me voit, on me voit un peu, on ne me voit plus."


Il adressa un regard mutin à ses interlocuteurs et particulièrement à Ténacité à la suite de cette remarque absurde qui n'avait d'autre fonction que de détendre quelque peu l'atmosphère.

Il reprit ensuite le contrat toujours plié sur la table pour le montrer une dernière fois aux deux jumeaux.

"Plaisanterie mise à part. Ce bout de papier scelle le lien indéfectible qu'il y aura désormais entre nous.

À partir de maintenant et quoi qu'il advienne, que les circonstances changent ou que le monde s'effondre, cette mission sera menée à son terme.

Jusqu'à la conclusion du contrat, il sera impossible pour vos ennemis de m'acheter pour vous nuire, même si ces derniers me proposent bien plus que la somme que vous m'avez déjà versée. Le contrat est bien sûr reconductible.
En contrepartie, il vous est également impossible de revenir en arrière.

Vous me semblez droits d'esprits et vous m'êtes tous les deux sympathiques. J'espère qu'il ne m'est pas nécessaire de vous expliquer les conséquences s'il venait à l'un de vous deux l'idée de me trahir..."


Sur ces dernières paroles, il glisse le papier à l'intérieur de sa tunique. Sentant que l'entretien approchait de sa conclusion, il finit par ajouter.

" J'estime qu'il me faudra environ un mois pour réussir à obtenir ce que vous me demandez... Y a-t-il d'autres que questions que vous souhaiteriez aborder avant que je ne disparaisse ?"

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Oct - 15:09
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Constatant la surprise des jumeaux mais également le compliment d’Audace, l’assassin s’empara de sa capuche et la mit et l’enleva à plusieurs reprises, blaguant sur sa capacité fascinante à disparaître à l’aide d’un simple morceau de tissu. Cela eut pour effet de faire rire Ténacité, un rire léger mais sincère : la jeune femme était bon public, en particulier sur l’humour. Même Audace garda un sourire en coin.

Capuche retrouva finalement son sérieux et prit le contrat signé pour le montrer de nouveau aux jumeaux. Quelle solennité dans le discours ; cela étonna quelque peu la baugienne mais l’héritière cachée ne le montra pas, se contentant d’écouter attentivement l’assassin. Ce dernier rassura les enfants de Sibylline : s’il montrait tant de sérieux pour une ‘simple’ mission d’infiltration et de cambriolage, Ténacité et Audace acquirent la certitude que, si toutes les conditions étaient réunies, Narcisse mourrait selon leur volonté grâce à Capuche. La grande blonde sentit son cœur s’agiter sous sa poitrine à cette idée : la fin de cette inextricable et dangereuse situation dans laquelle elle et ses proches étaient empêtrés ne lui avait jamais paru si proche.

Lorsque l’assassin laissa sous-entendre la sentence qui attendait ses clients en cas de trahison, aucun des deux baugiens ne tressaillit ni même ne bougea : ils avaient la parfaite certitude qu’ils ne trahiraient jamais un tel allié, le seul à même de tuer l’imposteur. Finalement, tout en rangeant le contrat, Capuche annonça qu’un mois allait être nécessaire pour accomplir le cambriolage. Une moue tordit légèrement les lèvres de Ténacité : elle ne pouvait nier que cela restait un délai rapide pour un tel voyage mais l’impatience lui serrait la gorge. Maintenant qu’elle et son frère avaient enclenché la macabre machine qui allait tuer Narcisse, chaque étape pour arriver à cet objectif lui semblait bien trop longue.

- "Y a-t-il d'autres que questions que vous souhaiteriez aborder avant que je ne disparaisse ?"

- « Si quelqu’un est témoin du vol, que ferez-vous ? »

Au-delà de sa mère, Ténacité pensait aux personnes vivant et travaillant à Marche-des-Steppes. Loin d’elle l’idée de douter du talent de Capuche pour s’introduire discrètement dans un lieu gardé – sa présence ici-même en attestait clairement – mais le hasard faisant parfois mal les choses, l’idée qu’il puisse être surpris devait donc être envisagée. La mort de personnes innocentes et extérieures à son problème était encore un variable avec laquelle Ténacité avait du mal à travailler : elle n’était pas une guerrière ou une meneuse d’hommes, là où Audace a survécu à la Guerre Rouge et a su assumer l’éventualité que des hommes pouvaient mourir sous son commandement. Le Capitaine posa d’ailleurs sa main sur l’épaule de sa sœur dont il a compris la gêne.

- « Tu le sais déjà, Ténacité. »

- « … oui, je le sais. J’ai encore le cœur trop tendre. », fit remarquer la baugienne avec un sourire d’excuse adressé à Capuche. Audace serra doucement l’épaule de sa sœur pour la rassurer et tourna son visage vers l’assassin.

- « Tout à l’heure, vous avez parlé de l’éventualité d’une petite escapade de votre part dans le château à l’avenir. Bien que cela me contrarie, je ne vous demanderai pas le pourquoi d’une telle intrusion. Par contre, est-ce trop vous demander de nous prévenir avant ? Votre promenade se passera d'autant mieux si nous savons quoi faire pour vous aider, et surtout quand le faire. »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Oct - 14:25
Capuche
Assassin redouté
Capuche
Messages : 145
Localisation : Castlecerf / Great Iguana
La question que posa Ténacité pouvait paraître bien ingénue et peu professionnelle pour une personne qui venait de commanditer un cambriolage devant conduire à terme sur un assassinat. Pourtant, l'assassin ne s'offusqua pas de cette question et ne porta aucun jugement. Justement parce que c'était à Capuche que la mission avait été confiée et que celui-ci travaillait d'une manière qui contribuait grandement à sa réputation dans les milieux obscurs.

Audace cependant ne semblait pas être au fait de cette réputation puisqu'il répondit avant même l'assassin. Cela afin de rappeler à sa soeur que payer les services d'un tel homme c'était également accepter TOUTES les conséquences de ses actes. Même les plus terribles.

Il n'avait pas tort en soi. Mais cela révélait également qu'il n'avait aucune conscience de qui ils avaient réellement appelé.
Ce dernier changea alors totalement de sujet pour demander à Capuche ce qui le préoccupait lui réellement. À savoir, le rôle qu'il aurait à jouer si le blondinet se risquait à une petite escapade dans les murs de Castlecerf et comment il en était prévenu.

Là par contre, la question était plutôt ingénue, ce qui amusa l'assassin, même s'il comprenait les préoccupations qui se cachaient derrière.

Il répondit alors en premier au capitaine, en essayant dédramatiser quelque peu le propos.

"Malheureusement, il est plutôt rare pour un intrus d'annoncer son arrivée... Je ne peux donc vous donner absolument aucune garantie en la matière.

Si j'en ai la possibilité, peut-être pourrais-je vous contacter ou vous faire parvenir un message. Mais cela représente toujours un risque. Un message, ça s'intercepte. Un allié, ça peut trahir ou se faire griller... Il y a donc des chances pour que vous soyez obligé d'improviser au moment où cela se produira.

Toutefois je n'ai pas l'intention de semer la mort et le chaos sur mon passage.

Et à ce propos..."


Puisqu'il évoquait ce sujet épineux, il se tourna ensuite vers ténacité à qui il n'avait pas pu fournir une réponse claire lorsqu'elle le lui avait demandé. Il lui adressa alors un sourire doux et rassurant avant de poursuivre.

" Votre question sur ce que je ferais de tout éventuel témoin était légitime. Mais si cela peut vous rassurer, cette éventualité fait justement partie du service que vous venez de payer si cher.

Votre contrat n'indiquait pas qu'il devrait y avoir de dommages collatéraux. Ce sera donc à moi de trouver une solution pour que le plan se déroule sans victimes, qu'il y ai des imprévus ou non. Il n'y aura pas non plus d'autres morts que votre cible si vous décidez de poursuivre dans cette voie après le cambriolage.

Si réellement je suis acculé, je protégerai ma propre vie. Mais cela n'arrivera pas. Il y va de mon honneur et de ma crédibilité."





_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Si tu sais à quoi ces gens ressemblent, tu pourras te fondre parmi eux.
Si tu sais ce qu'ils veulent, tu pourras les acheter.
Si tu les comprends, tu pourras les prévoir."
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Oct - 19:19
Ténacité Aiglevif
Héritière cachée de Bauge
Ténacité Aiglevif
Messages : 41
Localisation : Castelcerf ou Bourg-en-Castelcerf.
Capuche se pencha d'abord sur la question d'Audace. L'assassin avait raison et le Capitaine se contenta d'hocher la tête pour toute réponse. Au fond, il avait déjà une idée de ce que Capuche allait lui dire mais le baugien voulait faire au mieux avec ses exigences : il connaissait ses tours de garde pour les semaines à venir et il savait donc pertinemment qu'il ne sera pas souvent sur le terrain aux côtés de ses hommes. Si Capuche attendait de lui une aide et qu'il n'était pas là au moment propice, Audace craignait de voir leur collaboration cesser prématurément. Finalement, le Capitaine se dit pour lui-même que leur maître cambrioleur saurait se débrouiller pour entrer dans le château au bon moment, ce qu'il avait fait aujourd'hui finalement. Aussi agaçant pouvait-il être, Capuche leur était à présent indispensable et le baugien ne comptait pas perdre ce contact à cause d'une erreur aisément évitable.

L'assassin répondit ensuite à Ténacité. Il se montra rassurant là où la jeune femme s'était plutôt attendue à être accueillie par de la moquerie. Sans mot dire, la baugienne hocha également la tête, tranquillisée par la réponse de Capuche.

- "D'autres questions ?" Les jumeaux échangèrent un regard avant de finalement secouer la tête de concert. Ils n'avaient plus rien à dire, d'autant plus que l'homme en face d'eux semblait plutôt pressé de partir : dans un sens, c'était compréhensif car plus il restait au château, plus il avait de chance de se faire surprendre. "Très bien. Dans ce cas, si vous permettez..."

Capuche se mit en marche et, tout en se dirigeant vers la fenêtre, remit comme il faut son couvre-chef éponyme et veilla à ce que le contrat et le sac d'or soient convenablement attachés dans la doublure de sa tenue. Les jumeaux le suivirent du regard, plutôt surpris de la direction que le grand blond prenait. Sans hésitation, celui-ci ouvrit la fenêtre et jeta un coup d’œil au dehors. A priori satisfait de ce qu'il vit, il enjamba le rebord et, après un dernier coup d’œil aux deux jeunes gens, disparut dans la nuit d'encre qui était entre temps tombée. Une main sur sa canne, l'autre sur sa hanche, Ténacité ne sut comment réagir devant cette étrange scène. Audace, lui, se dirigea vers l'ouverture dès que les mains de l'assassin lâchèrent l'encadrement de la fenêtre. Le Capitaine se pencha pour regarder au-dehors : face à lui s'étendait le toit des terrains d'exercices mais de gros nuages opaques cachaient la lune, si bien que le baugien discernait à peine les tuiles et fut donc incapable de suivre la course de Capuche vers la sortie de Castelcerf. Le jeune homme fronça les sourcils, impressionné par la maîtrise de l'assassin qui avait descendu le mur avec si peu de visibilité, puis ferma la fenêtre.

Les jumeaux se regardèrent, chacun d'un côté de la pièce plongée dans le silence. Audace se dirigea finalement vers son sabre qu'il avait laissé sur le meuble plus tôt dans la soirée et le prit en main pour le ranger. Ténacité se rendit compte qu'elle retenait son souffle depuis plusieurs secondes déjà et expira dans un long soupir, portant sa main de sa hanche à son front.

- « Pourquoi... »

Son épée rangée, Audace se rapprocha de Ténacité, s'arrêtant devant elle pour capter son regard. Comme craignant d'être entendue, la jolie blonde chuchotait presque, parlant à peine plus fort que pour un murmure.

- « Pourquoi faut-il que l'assassin que nous contactons soit déjà lié aux Sangréal ? »

Le Capitaine se mordilla le coin des lèvres. Les jumeaux avaient réussi à cacher leur inquiétude à l'assassin vis-à-vis de son éventuelle alliance avec la famille labourane mais cela posait de vraies questions complexes. Les relations tendues entre la famille régnante de Labour et la couronne n'étaient un secret pour personne vivant au château. Le jour où un mystérieux chevalier blond était apparu aux côté de l'héritière accusée du Vif, cela avait beaucoup fait jaser ; toutefois, ces messes plus ou moins basses n'étaient rien comparée au jour où l'héritière comme son étrange garde du corps avaient disparu tous les deux en même temps. Là où pour le commun du gratin vivant au château, ce ne fut qu'une incroyable affaire à deux doigts d'entrer dans l'Histoire, pour les jumeaux Aiglevif, ce fut une difficulté supplémentaire, difficulté qui se corsait encore ce soir. En qualité de demoiselle, Ténacité était la mieux placée pour aborder les dirigeants et futurs dirigeants des Six-Duchés ; seulement, sa soi-disant naissance bourgeoise l'empêchait d'entrer dans tous les salons et donc d'approcher celles et ceux qu'elle et son frère seraient amener à côtoyer un jour si Narcisse venait à mourir et eux à le remplacer sur le trône de Bauge. Les Sangréal n'étaient guère accessibles tant à Castelcerf qu'à Belcastel et savoir à présent que Capuche avait des intérêts vis-à-vis d'eux...

- « Il est évident que Capuche et les Sangréal ont collaboré au moment de l'évasion de Dame Liberté. Mais qui sait ? Cette collaboration n'est peut-être plus d'actualité. » Instinctivement, la voix d'Audace s'était placée au même niveau que celle de sa sœur. Le soldat posa une main sur l'épaule de Ténacité tandis que cette dernière laissa sa main retomber sur sa hanche.

- « J'en doute sérieusement. On garde le contact lorsque l'on a un tel allié à disposition. Et Capuche ne lâcherait sûrement pas un client aussi riche. »

- « Pour cela, nous n'en savons rien. A dire vrai, nous ne savons rien de lui. »

- « C'est son travail. Et puis, après tout, lui aussi ne sait rien de nous. »

Les jumeaux marquèrent un silence et se regardèrent dans les yeux : comme souvent, ils réfléchissaient à la même chose.

- « Il va bien falloir lui en parler un jour. Si nous ne le faisons pas, il le découvrira seul. » La mission de Marche-des-Steppes étaient particulièrement périlleuse pour leur secret. Ténacité se détourna et s'empara de sa cape qu'elle avait laissé sur le porte-manteau à côté de l'entrée.

- « Attendons son retour. Nous lui en parlerons à ce moment-là, lorsque nous aurons l'acte de naissance dans les mains. Pour l'heure, dis-moi plutôt : nous avons bien les fonds pour payer la fin de cette mission ? »

- « Oui, on a ce qu'il faut. Pour la suite par contre... » Audace ne termina pas sa phrase. Ténacité boucla sa cape et revint vers son jumeau.

- « Il y a trop de choses à prévoir, nous aurons sûrement amasser suffisamment d'or d'ici là. Et puis, si nous lui révélons nos identités, nous aurons peut-être de quoi négocier. »

Le Capitaine prit le bras de sa sœur et tous deux sortirent de l'appartement du soldat. Audace ramena sa sœur devant ses appartements. Cette dernière lui indiqua qu'elle écrirait à leur mère dès le lendemain et les jumeaux se quittèrent non sans une étreinte réconfortante. Ensemble, ils venaient de faire un pas de géant vers la mort de leur oncle mais pour arriver à cela, il allait leur falloir bien plus, à commencer par faire fructifier leur relation avec Capuche. Ténacité eut du mal à s'endormir cette nuit-là tant elle retournait la situation dans tous les sens. Il allait pourtant lui falloir attendre au moins un mois avant de pouvoir être rassurée vis-à-vis de l'assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: S'écrivent les Chroniques :: Castelcerf :: Autres Chambres et Logements-