Jeu 18 Jan - 17:02
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Ce que vous devez savoir sur les Duchés


Sommaire

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:03
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Cerf


Capitale : Castelcerf et Bourg-de-Castelcerf
Famille ducale : Famille Loinvoyant, donc famille Royale
Duc/Duchesse : Roi Juste Loinvoyant

Héritier : Aucun héritier direct.
Plusieurs prétendants (au trône et au Duché) : Loup Loinvoyant, cousin éloigné, Liberté Sangréal et ses cadets (cousins éloignés aussi), Précieuse Montellonde et ses cadets (cousins par alliance), Ardent Hurlevent et ses cadets (arrières-petits-cousins).

Autres : La famille régnante a été décimée ces dernières décennies, la rumeur veut que ce soit avant tout le fait des Pies qui aurait juré la perte des Loinvoyant, comme en témoigne le libelle accroché partout dans Bourg-de-Castelcerf l’automne dernier après le meurtre de la maîtresse d’Art Eliée Ormblanc.

Héraldique (blason) : "D'azur à trois chevrons d'argent, au chef dentelé d'or chargé de quatre rencontres de cerf de sable." -> couleurs de l'ost : Azur (majoritaire) et Blanc.



Géographie générale

La côte cervienne est très découpée. Si cela permet un grand port en eaux profondes attirant beaucoup de navires marchands étrangers à Bourg de Castelcerf, cela limite le nombre de villes côtières aux larges anses disséminées sur la côte. Ces falaises pourtant sont riches en minéraux, notamment en Fer, en Cuivre et parfois en pierres semi-précieuses ; les cités côtières sont donc à la fois minières et tournées vers les métiers de la mer. L’intérieur des terres, au nord de la Cerf, est vallonné et recouvert de bois jusqu’à Flétribois, puis les champs prennent le pas sur les exploitations forestières à mesure que le terrain s’aplanit en direction de l’ouest. Les collines au sud de la Cerf offrent un paysage de bocages avec de nombreuses bourgades le long du fleuve.

Population

A cause de la Guerre Rouge, la population de Cerf est répartie de manière très disparate. Bien que cela fasse deux ans que les combats et les raids ont cessé, les villes côtières se reconstruisent lentement. Du fait de l’effort de guerre et des nombreuses victimes faites en Cerf, la population est jeune ; on compte aussi un grand nombre d’orphelins. Le niveau de vie présente de grands écarts entre la paysannerie, des réfugiés qui reconstruisent les villes détruites, les mineurs et les riches commerçants qui profitent de la navigabilité de la Cerf ainsi que de l’ouverture de Bourg-de-Castelcerf sur les riches contrées du Sud.

Traits ‘ethniques’ : Le type cervien est brun, peau moyennement mate, yeux noirs ou foncés, taille et corpulence moyenne. Cela varie selon les régions limitrophes : Béarns ou Labour.

Économie

Le Duché profite de ressources variées : les mines de Forge et des villes côtières, les céréales de Sablevive, les exploitations forestières vers Flétribois permettent une grande diversité d’activités mais aussi une certaine autonomie au Duché. Par ailleurs, la Cerf et ses eaux profondes mais navigables permet de relier les grandes villes commerçantes de l’intérieur à Bourg-de-Castelcerf, y attirant nombre de négociants étrangers. Les taxes sur les importations, les bénéfices du commerce permettent de financer l’entretien de nombreuses voies commerciales par terre également.

Politique ‘magique’

Le roi est un anti-vifier convaincu. C’est sans doute à Cerf que sa politique est la plus rude. Propagande de prévention contre les risques liés aux vifiers, formation des gardes pour les reconnaître, arrestations automatiques, condamnations… Il n’est pas bon d’être vifier en Cerf. A contrario, toute personne douée de l’Art est invitée à la Cour pour y suivre un entraînement si son don est découvert. C’est à Cerf aussi que les Pies sont les plus actifs, trouvant dans la population vifière opprimée un terreau fertile pour leurs sympathisants.

Politique sociale

Amorcée par la Reine Prudence pendant la guerre, quelques orphelinats et hôpitaux ont vu le jour, entretenus sur les fonds du Duché. Mais c’est toujours le clergé séculier qui assure la majeure partie de ce rôle, toutefois il bénéficie de subventions pour l’entretien de leurs bâtiments destinés aux soins ou aux enfants. Quelques écoles ducales ont vu le jour dans les grandes villes de province, gratuites et libres d’accès à tous.

Forces Armées

La force armée de Cerf est avant tout l’armée royale. Composée d’une flotte de 20 navires de guerre et de 1200 marins, elle est renforcée par une cavalerie légère de 2000 hommes, une cavalerie lourde de 1500 hommes et une infanterie lourde de 3000 hommes. Ces forces sont réparties en garnisons dans toutes les grandes villes du Duché, la Garde Royale assurant la défense de Castelcerf et le Guet de Ville celle de Bourg-de-Castelcerf. L’armée, en temps de paix, assure la tranquillité des routes et patrouille le long de la frontière, dans les villages, assurant parfois la justice.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:03
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Rippon


Capitale :  Forteresse de Gardebaie surplombant la ville de Finebaie
Famille ducale : Hurlevent depuis 3 générations, Duché longtemps soumis à un tutorat Loinvoyant.
Duc/Duchesse : Duc Hardi et Duchesse Digne Hurlevent

Héritier : Prince Ardent Hurlevent, 29 ans
Autres : Ardent est l'ainé de deux autres frères et deux sœurs. Tous les cinq ont l'art et ont été formés ensemble par la vieille Puissante de Brumebaie au point qu'ils constituent désormais un Clan. Par leur grand-mère, Volonté, mère de Digne, ils appartiennent à la lignée Loinvoyant et sont des prétendants officieux au trône.

Héraldique (blason) : " D' azur chaussé d'argent au dauphin pâmé de sable, crêté, oreillé, et barbé de gueules, chargé à dextre de trois chardons, à senestre de trois tours, le tout de gueules, disposé en bordure." -> Couleurs de l'Ost : Blanc (majoritaire), rouge et noir


Géographie générale

Le Duché est quasiment divisé en deux pour sa topographie. A l'est d'une ligne allant de Capelan à Brumebaie, le terrain est très vallonné, composé de bocages jusqu'à une côte aux falaises de calcaire abruptes, hautes, permettant difficilement aux villes de s'étendre le long de l'océan. A l'ouest de cette ligne, le terrain s’aplanit presque brutalement pour ne former que de grandes étendues de champs de blé dans les terres ou de riz sur la côte. Tout à l'Ouest, la zone tampon avec Bauge est marquée par l'imposante Forêt noire dont seule la périphérie est véritablement entretenue et exploitée, notamment vers Butte-aux-chênes pour la qualité de ses bois.

Population

La population de Rippon est bien plus dense à l'Est qu'à l'Ouest du Duché. Premièrement, car la Forêt Noire a mauvaise réputation, mais aussi parce que les grandes exploitations céréalières sont centrées autour de fermes fortifiées de riches propriétaires terriens, très espacées les unes des autres. Le bocage ripponnais quant à lui est parsemé de hameaux, villages et petites villes, avec de nombreuses voies de communication. La population est relativement jeune ou âgée, avec une faible proportion des 20-40 ans à cause de la Guerre Rouge.

Traits ‘ethniques’ : Le type ripponnais ressemble au 'type' cervien, avec plus de bruns, de peaux mates et une taille moyenne plus basse, sauf à la frontière avec Bauge où les yeux clairs et les blonds se trouvent facilement.

Économie

L'économie de Rippon est principalement tournée vers l'artisanat de construction : chantiers navals des navires de guerre royaux à Forbaie, menuiserie, charpentes aux alentours de Butte-aux-Chênes, carrières de calcaire le long de la côte, ce matériau étant très apprécié de la noblesse partout dans le pays. Par effet boule de neige, de nombreux métiers de l'artisanat, complémentaires des pré-cités, sont présents sur le Duché. Grand producteur de riz et de blé tendre, Rippon peine cependant à satisfaire les besoins de sa population en produits maraichers, la terre restant assez pauvre dans une grande partie du bocage.

Politique ‘magique’

Le Duc Hardi est très tolérant sur le vif : du moment que les vifiers ne font pas de troubles, ne commettent pas de crimes, il n'a pas la moindre raison de les chasser. Ce laxisme se ressent dans les consignes passées aux soldats qui patrouillent le Duché : arrêter, interroger, condamner, oui, mais en aucun cas pour 'être vifier', preuve ou non. Il y a peu de troubles de la part des Pies à Rippon qui peinent à recruter dans ce Duché où le Lignage recommence à bien s'implanter. Seule la frontière nord avec Cerf est plus sujette à des troubles liés à la magie. L'Art y est aussi encouragé, de même que toute pratique magique saine.

Politique sociale

Si pendant longtemps seuls les temples assuraient l'assistance aux plus démunis, les Guerres de Chalcède du temps du père du Roi Juste puis la Guerre Rouge ont amené le Duc à faire bâtir des hôpitaux publics et des orphelinats, les impôts permettant de financer leur fonctionnement. Pas encore d'écoles 'publiques' en dehors de l'enseignement offert dans les temples et les orphelinats (enseignement public). Ces-derniers imposent un service civique plus ou moins long en retour de l'aide apportée.

Forces Armées

L'armée ripponnaise est divisée entre les marins et des troupes spécialisées d'infanterie marine, et une cavalerie lourde épaulée de spécialistes (éclaireurs). Les 12 navires de guerre 'classiques' sont soutenus par 5 prototypes à double pont, plus longs et plus toilés, permettant d'emmener des soldats de métier en plus des marins nécessaires aux manœuvres. La marine comprend donc environ 2000 hommes, tous n'étant pas marins. La cavalerie, elle, se compose d’unités de cavalerie lourde pour 60% et de 40% de spécialistes (éclaireurs, messagers, etc) pour un effectif de 3000 hommes. L'infanterie, résiduelle, compose surtout les Guets des différentes agglomérations.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:04
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Haurfond


Capitale : Cité-forteresse d'Âtrenoir
Famille ducale : Montfaucon pour l'instant, Sombreval après Fier.
Duc/Duchesse : Duc Fier et Duchesse Tolérante Montfaucon

Héritier : Princesse Sage Sombreval et son époux Tempête Sombreval
Autres : Fier et Tolérante n'ont pas d'enfants, peut-être du fait de l'homosexualité (tenue secrète) de Fier. Sage Sombreval est la nièce de Fier, elle a deux enfants de son époux.

Héraldique (blason) : "D'azur au pal de gueules chargé d'une tour maçonnée d'argent, au chef potencé d'or chargé de deux chevaux gais d'argent." -> Couleurs de l'Ost : Bleu et rouge en quartiers séparés d'une croix blanche.


Géographie générale

Haurfond est un pays principalement plat. La côte à l'Est présente quelques falaises mais bien moins hautes qu'en Rippon ; au nord, face à Brumebaie, Anse du Sud offre un littoral de grandes plages de sable blanc et d'eaux céruléennes. On y trouve de nombreuses bourgades de pêcheurs, le bras de mer qui s'y enfonce étant très poissonneux, la houle cassée par l'île du Guet. Le seul port en eaux profondes se situe à Rochenoire, et il est avant tout un port militaire. La côte sud alterne entre relief modéré mais tombant à pic dans l'océan et d'immenses plages donnant lieu à de nombreux hauts-fonds : la navigation y est périlleuse pour tout navire avec un tirant d'eau relativement important.
L'intérieur des terres est divisé en quatre zones : la zone tampon entre Chalcède et la Haute, le Croissant Vert allant des rives du Calme à Kalibar, le long des frontières avec Rippon et Bauge, les Plaines Centrales et le Marais qui s'étend du sud de Rochenoire à l'embouchure de l'Ostre. La zone tampon est faite de relief escarpé mais de faible altitude, à la végétation assez pauvre dès que l'on s'éloigne des points d'eau. Le Croissant vert est avant tout forestier, peu entretenu. Les plaines sont de grandes étendues sèches, semi-désertiques où il ne pleut que quelques semaines par an. Leur altitude est moyennement élevée mais le terrain y est plat. Enfin le marais redescend doucement vers la côte, ses terres sont un labyrinthe de points d'eau, de vase...

Population

Haurfond est très peu densément peuplé, mais sa population se concentre sur les points stratégiques. Sa géographie difficile, notamment en termes d'accès à l'eau, oblige le peuple à vivre principalement sur la côte et le long des fleuves, mais elle lui a aussi donné sa réputation de gens durs, fiers et fermés. La zone tampon est, elle, fortement peuplée de réfugiés chalcédiens et surtout d'anciens esclaves qui regagnent leur liberté dès leur arrivée dans les Six Duchés. Les villages y sont des camps temporaires qui deviennent de plus en plus permanents et gravitent autour des campements de l'Armée. Les plaines sont quasiment désertées à part Âtrenoir qui est bâtie sur un lac souterrain et compte une très forte densité de population. Sur la côte, les villes attirent nombre de marchands mais la population autochtone vit principalement des métiers de la mer, les villages ne sont pas rares. Le Marais, lui, connait plusieurs bourgades d'importance en plus d'Ostrefer du fait de l'élevage des chevaux et des rizières.

Traits ‘ethniques’ : Les Haurfondois sont souvent petits, râblés, la peau mate et les traits anguleux, les pommettes hautes et les yeux noirs. Très bruns, la région de Kalibar connaît quelques blonds et châtains du fait de la proximité avec Bauge.

Économie

Haurfond est un Duché qui ne peut subvenir seul aux besoins de sa population en termes de nourriture. Les plaines, qui occupent la majeure partie de sa superficie, sont peu fertiles : on peine, autour des points d'eau, à y faire pousser un peu de millet ou d'orge. Le riz produit dans le Marais, s'il est réputé pour la finesse de son goût, ne suffit pas non plus. La Forêt Noire est giboyeuse mais ses ressources peu exploitées. C'est donc un duché qui dépend entièrement des importations céréalières et maraichères de ses voisins de l'intérieur ou du nord.
Toutefois, le sous-sol est riche en minéraux de qualité : fer en abondance dans les plaines, mines de diamants, de saphirs et d'émeraudes dans les monts de la Barrière... Plutôt que d'exporter les matériaux bruts, les haurfondois ont développé leur artisanat du travail des métaux et métaux précieux, de la joaillerie. Leurs armes et leur travail de l'acier sont réputés au-delà des frontières des Six-Duchés. Les créations des maîtres joailliers de Kalibar et de Castelcensoir s’arrachent à Castelcerf. Les races élevées dans le Marais sont aussi réputées : les chevaux de Haurfond, petits mais élégants, intelligents et très endurants font le bonheur des chasseurs des autres Duchés; les bovins sont réputés pour la finesse de leur viande.

Politique ‘magique’

Peut-être parce qu'il y a naturellement peu de mages dans la région, la magie, quelle qu'elle soit, n'est pas nécessairement bien vue à Haurfond. Le peuple comme ses dirigeants s'en méfient. Aussi, quand le Roi exige de poursuivre les vifiers, le Duc ne se gêne pas pour relayer l'information. Les Artiseurs, protégés de leur statut de 'bénis de la magie royale' sont souvent priés d'aller suivre leur enseignement dans un autre Duché. Il n'y a qu'un artiseur solitaire à la Cour d'Âtrenoir, le frère illégitime du Duc. Les Pies sont discrets mais très présents sur le territoire, tout particulièrement sur la frontière avec Bauge et Rippon.

Politique sociale

Chacun pour soi, El pour tous. S'il y a un duché où même faible et dans le besoin, quasiment personne ne viendra vous aider, c'est Haurfond. La vie y est difficile, l'honneur important : dès qu'on est en âge de travailler, il n'y a pas de raison de ne pas faire en sorte de subvenir à ses besoins, et ce même en étant orphelin. Cette absence d'aide aux démunis a deux effets : la possibilité pour un moins que rien de s'élever très haut dans la société du fait de son mérite, et une criminalité organisée en petits clans de marginaux assez développée, notamment dans les grandes villes.

Forces Armées

L'armée Haurfondoise est non seulement développée, mais réputée pour son efficacité et sa férocité. Haurfond est toujours plus ou moins en conflit avec Chalcède, malgré la paix signée par le père de Juste plusieurs décennies plus tôt. Elle comprend : 2500 fantassins dont 30% d'arbalétriers, 4000 cavaliers, la moitié en cavalerie lourde, le reste divisé entre les archers montés et les corps d'éclaireurs saboteurs. La marine enfin comprend une douzaine de navires de guerre pour environ 1000 marins.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:04
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Bauge


Capitale : Techniquement : Beauxcôteaux, mais la ville et son palais, ancien, ont été délaissés par les Ducs depuis quelques générations pour Gué-de-Négoce et son somptueux Palais Blanc.
Famille ducale : Aiglevif
Duc/Duchesse : Duc Narcisse Aiglevif. Il n'a pas d'épouse mais des concubines, aucune n'ayant pu lui donner d'héritier.

Héritier : Officiellement, aucun, il n'a pas d'enfant et fait assassiner les autres pour ne pas risquer d'être renversé. Officieusement, Ténacité et Audace Aiglevif, dont il ignore l'existence.
Autres : Narcisse est un duc cruel et intelligent, paranoïaque et retors. Il règne par la crainte sur ses sujets, ayant fait tuer non seulement l'ancien Duc, son oncle, et la fille de celui-ci, mais aussi son frère, son cousin, sa nièce et son enfant à naître ainsi que plusieurs de ses maîtresses qui ne lui avaient pas donné d'enfant. Il est en réalité stérile.

Héraldique (blason) : "D'or à trois chevrons de sinople chargé de trois épées recroisées de gueules, au chef de sinople à trois renards passants de gueules." -> Couleurs de l'Ost : Jaune (majoritaire), vert et détails rouges.


Géographie générale

Bauge est un duché de l'intérieur, il n'a aucune ouverture sur la mer. Sa frontière au Sud avec Chalcède est marquée par la Barrière, montagnes de moyenne altitude mais très escarpées, quasiment infranchissables qui s’estompent dans la région de Bord-des-Sables. Cette petite région étrange ressemble à une mer de sable au pied du massif, la ville étant construite autour d'une immense oasis. A l'ouest, la Froide se jette dans le Lac Bleu et cette région montagneuse s'élève pour mener aux pistes vers le Royaume des Montagnes et Jhampe. Au Nord, la Vin sépare Bauge de Labour sur de grandes plaines peu vallonnées, sillonnées de routes commerciales, de villes moyennes et grandes, notamment Gué-de-Négoce qui est la plus grande ville du Royaume en superficie. Au centre, les steppes des nomades, peuple autochtone de la région, immenses étendues sèches, aux points d'eau cachés, très plates et battues par les vents. Cœur des Plaines est une ville de tentes qui sert de capitale aux Nomades, il est quasiment impossible de l'atteindre sans en connaitre la route ou sans guide.

Population

Il y a deux (trois) populations distinctes à Bauge. Traditionnellement, la région des Steppes est peuplée par les clans nomades qui seuls savent s'y orienter, trouver les puits cachés dans la végétation homogène et dépourvue d'arbres. Si ces derniers étaient des chasseurs-cueilleurs, ils vivent aujourd'hui de l'élevage des ovins, de chevaux et surtout du convoyage de caravanes commerciales depuis Bord-des-Sables jusqu'à Gué de Négoce. Les rives de la Vin comme les abords des Montagnes appartenaient à l'origine à la famille régnante de Labour, avant la conquête par les Loinvoyant, et la population est très homogène de celle vivant de l'autre côté du fleuve : des artisans, quelques paysans, des commerçants notamment en vin car les coteaux de l'Escôte font les meilleurs crus du royaume. Enfin une population plus pauvre se trouve au niveau de bord des Sables, plus typée aussi, car nombre de réfugiés Chalcédiens remontent de la zone tampon Haufondoise vers Bauge, plus sûr.

Traits ‘ethniques’ : Au nord et le long de la vin les gens sont grands, souvent blonds ou châtain clair avec les yeux comme la peau clairs. Les nomades ont un type bien à eux avec une peau très mate, des pommettes hautes et des yeux clairs, souvent bleus, en amande, ils sont blond foncé, châtains, parfois bruns et de taille moyenne.

Économie

L'économie de Bauge est avant tout liée au commerce. Plaque tournante des échanges entre les Duchés du nord, les Montagnes et les denrées amenées du Sud via Chalcède ou Haurfond, c'est donc du négoce que Bauge tire ses richesses ; bien qu'il y ait un peu d'artisanat, notamment dans les villes le long de la Vin. Heureusement, les contreforts de montagnes sont également très fertiles et la culture céréalière comme maraîchère permet d'éviter que le Duché ne dépende entièrement de ses voisins en la matière. Les vins produits dans les vignobles de l'Escôte sont réputés et se vendent à prix d'or aussi bien dans le royaume qu'à l'étranger.

Politique ‘magique’

Si l'on omet les Steppes car les nomades ont leurs propres rites et sont rarement des mages, Bauge est un duché réprimant ouvertement le vif. D'autant plus depuis que Narcisse Aiglevif est au pouvoir : il encourage les délations pour mieux instiller un climat de méfiance au sein du peuple. Car là où la populace craint, à tort ou à raison, pour sa vie, elle ne songe pas à se révolter contre les impôts ou la moralité du Duc. Les Pies y sont cependant fortement actifs, notamment dans les grandes villes le long de la Vin. Après, le Vif n'est souvent qu'un prétexte pour le Duc et ses hommes s'ils estiment devoir éliminer quelqu'un.

Politique sociale

S'il y a quelques orphelinats ou maisons de soin, ils n'ont pas été améliorés par le Duc actuel. Heureusement, les temples d'Eda fourmillent dans la région et offrent leur aide aux plus démunis. Un salaire journalier minimum a été instauré en Bauge par l'oncle de Narcisse -Calme, précédent Duc-, toujours en vigueur, assurant des revenus décents à ceux qui travaillent. Toutes les villes ont une école publique animée par un ménestrel employé par le duché, l'inscription y est quasiment gratuite pour les moins de douze ans.

Forces Armées

Il est difficile d'évaluer les forces armées de Bauge. C'est le seul duché, en effet, qui n'entretient en propre qu'une petite armée réputée pour sa rigueur et son élitisme : seuls les meilleurs combattants et les plus fins stratèges peuvent y entrer et envisager d'y faire carrière. Traditionnellement, elle sert à sécuriser les routes commerciales et les grandes villes. Elle compte aujourd'hui environ 1500 cavaliers légers et archers montés ainsi qu'un peu plus de 1000 fantassins, piquiers et archers stationnés en garnison dans les villes qu'ils protègent. Toutefois, Bauge héberge de nombreuses compagnies de mercenaires, des professionnels du combat régis par une charte stricte, qui payent un impôt à leur Guilde et viennent compléter l'armée Ducale. On compte une dizaine de 'compagnies cautionnées' spécialisées ou non dans certains types de combat : infanterie lourde ou légère, spécialistes à pied et montés, cavalerie voire artillerie.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:04
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Labour


Capitale :  Citadelle de Belcastel et sa ville fortifiée du même nom.
Famille ducale : Sangréal. Famille régnante autochtone (avant Preneur Loinvoyant)
Duc/Duchesse : Duc Intrépide et Duchesse Flamboyante Sangréal

Héritier : Anciennement Chance Sangréal (22 ans) désormais Liberté Sangréal (20 ans)
Autres : Flamboyante étant cousine du Roi, les héritiers Sangréal sont tous prétendants officieux au trône. Les vifiers du Lignage sont présents dans la famille depuis toujours. La troisième enfant, Aurore, est décédée il y a 10 ans, il reste trois garçons dont des jumeaux : Brillant, Tumulte et Vivace.

Héraldique (blason) : " Girondé de douze pièces de sinople et d'or d'or chargé d'un loup ravissant de sable, au chef dentelé de sable chargé de trois épis de blé en gerbe d'or." -> Couleur de l'Ost : Noir, détails jaunes et verts.


Géographie générale

Labour forme peu ou prou un triangle dont le sommet pointerait vers le Lac de Tuur et dont la base serait les Montagnes des Chyurdas. Au nord, l'Ours marque la séparation avec Béarns et au sud la Vin celle avec Bauge. C'est un petit duché, au relief accidenté pour la majeure partie de son territoire. En effet, triangle dans le triangle, le massif de hauts-plateaux (des causses) de la Dorsale part des montagnes pour s'estomper peu avant Pointe Bleue. Au milieu serpente dans des gorges profondes la Ruade, rivière poissonneuse au fort débit et totalement impraticable du fait de ses courants, cascades etc. La rive de la Vin, plus plate, est recouverte de champs de céréales et de routes commerciales. Au nord, la rive sud de l'Ours n'est que pâturages sur une lande vallonnée et peu habitée, quasiment dépourvue de routes : un no mans' land délibéré pour freiner toute invasion par le nord depuis Béarns, si tant est qu'une armée puisse parvenir à franchir le fleuve et ses courants. Les villes sont nombreuses, assez grandes pour la plupart, et les fermes fortifiées (modèle classique à Labour) parsèment toutes les campagnes. A noter : le traitement particulier des tuiles plates donne aux villes de Pointe-Bleue, Petite Bleue et Beauverger (et tous les villages sur cette bande) un aspect bleu-roi aux toitures.

Population

Si Labour est le plus petit territoire des Six Duchés, il est cependant aussi peuplé que Cerf, ce qui lui donne la plus grande densité de population du royaume. Les Labourans sont réputés farouches et peu ouverts aux étrangers malgré un accueil dans les règles de l'hospitalité. Duché de l'intérieur, sa population est soudée, homogène, très attachée à sa terre et à ses traditions. La courbe d'âge n'a pas souffert de la Guerre Rouge ou des Guerres de Chalcède outre mesure, le Duc prenant presque systématiquement le parti de ne pas intervenir. Après tout, son contingent armé est limité... soit-disant. C'est une population qui s'embourgeoise, facilement aisée dans les villes grâce au commerce. Les 'immigrés' venus des autres duchés sont souvent employés voire exploités dans les fermes maraîchères les plus importantes, les mines d'argile de la Dorsale ou d'or dans les Montagnes. Ils parlent un patois bien à eux, mélange entre de Chyurda et la langue des Six-Duchés archaïque.

Traits ‘ethniques’ : Les gens sont en moyenne plus grands que dans les duchés côtiers. Beaucoup de blonds, de châtains, d'yeux clairs, quelques roux du fait des liens avec Béarns.

Économie

Labour est peut-être le duché le plus riche du royaume. Densément peuplé, la tradition et les politiques des différents dirigeants au fil des siècles ont attiré sur le territoire nombre chercheurs, inventeurs, pionniers dans leurs arts. On trouve notamment une Faculté de Sciences Médicales à Pointe-Bleue où une chirurgie rudimentaire ainsi que nombre d'expériences sur les propriétés des simples sont menées. L'artisanat est réputé, notamment les porcelaines de la Dorsale, très fines. La terre malgré un relief peu clément est riche et fertile, permettant beaucoup de cultures maraîchères, des vergers de pommes qui donnent le célèbre Vin de Pomme et, au nord, vers l'Ours, l'élevage d'ovins et de bovins. La production céréalière au sud, sur les rives de la Vin, ne suffit pas au duché qui dépend des importations de grains de Rippon et de Béarns. A noter également que comme en Bauge, plusieurs gisements d'or ont été découverts et sont exploités dans les Montagnes. L'imposition Ducale y est assez forte dans tous les domaines du fait des politiques d'aide très développées.

Politique ‘magique’

Chacun est libre d'exercer sa magie, quelle qu'elle soit. Malgré la pression de la couronne sur les différents Ducs, il n'a jamais été question de changer de manière d'agir et la population elle-même est plutôt tolérante envers les mages, vifiers, sorcières des haies, voyants de l'eau ou, naturellement, les Artiseurs. Du moment que le mage n'utilise pas son pouvoir à mauvais escient, il est un labouran lambda. Malgré cela, le Lignage garde cette habitude de pratiquer son art en secret. On ne trouve quasiment aucun Pie à Labour.

Politique sociale

Peut-être parce qu'il est densément peuplé, ou à cause de la mentalité particulièrement solidaire du Duché, mais les organismes d'aide sociale comme les orphelinats, les maisons de soin et les écoles sont généralisés. Toute ville de plus de 500 habitants possède ces trois institutions, qui travaillent avec les temples et monastères. Le culte d'Eda y est très développé. L'école est gratuite et obligatoire pour tous pendant les hivers de la cinquième à la douzième année de l'enfant. Les parents qui font éduquer leurs enfants ont un dégrèvement d'impôt forfaitaire par enfant.

Forces Armées

A cause d'une tentative quasiment réussie de rébellion indépendantiste il y a six siècles de cela, Labour a, par décret royal, une armée limitée à 3500 hommes. Ceux-ci sont répartis entre des spécialistes à pied et à cheval (sabotage, éclaireurs), des archers et des fantassins. Tous sont entraînés à la Forteresse de Bout-du-Monde. Mais avec le temps, les Ducs ont appris à contourner cet édit : en plus de l'armée qui ne patrouille que sur les routes, les grandes villes possèdent une milice 'privée' payée par une imposition spécifique et chaque homme doit deux ans de service armé à son Duché. Ce service est disponible pour les femmes sur la base du volontariat. Plus de la moitié de la population, donc, est capable, au besoin, de prendre les armes.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:05
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 176

Le Duché de Béarns


Capitale : Forteresse de Castellonde et la ville de Bac
Famille ducale : Montellonde
Duc/Duchesse : Duc Courtois et Duchesse Ambitieuse Montellonde

Héritier : Précieuse Montellonde, 24 ans, représente son Duché à la Cour.

Autres : Grande famille avec 6 enfants vivants, nombreux cousins, neveux… Clarté Montellonde avait épousé le frère cadet du roi, Loyal Loinvoyant, elle a été tuée avec son mari et leur enfant il y a 5 ans de cela. Famille réputée très ambitieuse et portée sur les intrigues de pouvoir.

Héraldique (blason) : " D'hermine au Pal d'or, au chef ondé d'azur chargé de trois ours passants d'or. " -> Couleur de l'Ost : Herminé (blanc et noir) et bleu, détails jaunes.


Géographie générale

Béarns est un Duché très rural, les grandes villes sont rares et de moindre importance en comparaison de certains autres Duchés. La côte à l’est est assez découpée, dans la lignée de la côte cervienne. Au nord, les falaises laissent place à de grandes grèves plates, des baies, et un arrière-pays peu vallonné propice à la culture céréalière de l’orge et du seigle. De nombreuses petites villes parsèment la côte, vivant de la pêche et de l’agriculture. En descendant vers Cerf et vers le Vif-Argent, on trouve une région de moyens plateaux semi-désertiques occupés de pâturages : les Hauts-Tertres. La zone frontalière le long de l’Ours est plate, cultivée et parsemée de garnisons. Au nord, en remontant vers Glacis et les îles proches, on ne trouve plus quasiment que des villes de pêcheurs et des mines d’argent.

Population

Faible densité de population. Béarns est un très grand territoire, proportionnellement peu peuplé. 60 % de la population est rurale ou vit de l’agriculture, 25 % vivent de la pêche ou des activités tournant autour de la pêche, 15 % seulement vivent en ville de l’artisanat, du commerce ou comme administrateurs civils, soldats... Les Béarnois ont la réputation d'être un peuple ouvert et accueillant, travailleur et peu prompt au soulèvement. Très touchés par la Guerre Rouge, la part des 15-40 ans est bien plus faible que le reste de la population.

Traits ‘ethniques’ : Beaucoup de blonds et de roux, châtains clair, yeux clairs, peau plus pâle au nord qu’en descendant sur Cerf, taille moyenne légèrement plus élevée qu’en Cerf ou Rippon.

Économie

Sans être pauvre, la majeure partie de la population vit simplement, de la terre. Quelques grandes familles bourgeoises sont influentes dans le Duché, contrôlant le commerce, les mines d’argent au Nord, les chantiers navals… Mais Béarns a l’avantage de produire plus de biens agro-alimentaires que ce dont la population a besoin, et exporte donc une part non négligeable de ses productions céréalières vers le sud, notamment Haurfond et Bauge. La qualité de leurs produits sont aussi réputés.

Politique ‘magique’

Alignés sur la politique royale et à dessein, la famille Montellonde est stricte quant à l’application des décrets Loinvoyant. Pendaison, torture, démembrement, arrestation sur simples soupçons et dénonciation, les vifiers sont grandement réprimés dans le Duché.

Politique économique

Jouant de manière très conservatrice sur ce qui fait leur richesse, les paysans sont moins imposés que dans les autres Duchés, afin qu’il leur soit plus facile de vendre le surplus de leur production aux négociants en grains. Le Duché taxe par contre fortement les importations agricoles, les bénéfices des commerçants et artisans et surtout, l’exploitation des mines qui est soumise à autorisation ducale.

Politique sociale

Elle est quasiment inexistante. Ce sont les temples, nombreux, qui assurent la prise en charge des orphelins, des blessés, des invalides et des mendiants. Après tout, c’est leur fonction première, non ? Quelques maisons de soins dans les villes moyennes et grandes, quelques orphelinats aussi, mais ils sont rares.

Forces Armées

Béarns possède, après le Roi, la plus grande force armée du pays. Si la marine est relativement développée, c’est de son corps d’infanterie dont Béarns est particulièrement fier et qui fait sa renommée, avec des spécialistes en sabotage, des ingénieurs en machines de guerre, de l’artillerie et des compagnies d’arbalétriers. Marine : 1 flotte de 15 navires de guerre, 900 hommes. Artillerie : 500 hommes. Infanterie : 3500 hommes dont 80% d'arbalétriers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Il était une fois :: Parchemins de Notre Monde-