Dim 4 Nov - 18:16
Ivar Ondeblanche
Co-Ambassadeur des Outrîles
Ivar Ondeblanche
Messages : 20
Ivar Ondeblanche
Source de l'image : Pinterest. Par un/e dénommé/e Ysenna


Âge : 35
Origine : De quel Duché ou de quelle région du monde ? Runes des dieux

État civil : Officiellement Ivar est célibataire. Il s’est uni en secret à une femme de Cerf
Profession : Co-ambassadeur, Kaempras

Profession : Ambassadeur, Kaempras


Et Vous ?

Pseudo Joueur :PandaCorp
Âge : 22 ans
Votre chemin jusqu'ici ? : Enrôlé de force par Maggy ( *PandaCorp se faufille* La vachette c’est ça ?)

Autre : Le gras c’est la vie.
DESCRIPTION PHYSIQUE
Brun● Trapu ● Grand● Borgne

Ivar Ondeblanche est un homme grand et athlétique. Taille depuis la naissance pour soutenir et aider ses Sœurs, il a apprit très tôt le maniement de la hache. Ses larges paumes sont couvertes de cors et de balafres. Ainsi que son dos, son torse et son visage. Borgne suite à une escarmouche pendant sa jeunesse (le jour du décès de sa mère), il compense un peu avec une acuité auditive plus précise que celle d’un homme lambda. Il n’est donc pas rare de le voir tourner tête plus que de raison, cherchant ainsi à capter le moindre son.

Une légère affection des poumons l’handicap depuis l’enfance. Il souffre d’asthme, à un stade bénin. C’est a cause d’une maladie mal soignée. Il s’entraine dur et tout les jours pour essayer de faire reculer les quintes de toux rauques qui le ravagent.

En ce qui concerne son visage, Ivar est laid! Clairement laid. Sa face est carré, son menton est large. Il a un nez qui semble avoir été cassé à de multiples reprises. De grosses lèvres qui pointent toute le temps vers le bas lui donnent un air grincheux. Même son œil bleu perçant à l’air de lancer continuellement des éclairs. Son visage est déchiré par une horrible cicatrice. Il en a écopé pendant son apprentissage à bord d’un navire rouge.

Habitué à évoluer sur terre et mer, la démarche de cet homme est souple et féline. Il arbore fièrement l'Orque de son clan. Cousu a même ses vêtements, même si parfois il lorgne les tatouages de Chalcède. Graver a même sa peau le blason des siens ne le dérangerait pas. Ce sont les répercutions sociales d'un tel geste qui le retiennent pour le moment

CARACTERE
Colérique  ● Tourné vers la fesse (perversion) ● Sournois  ● Cruel ● Méfiant

Homme froid et méfiant, Ivar ne croit qu’en lui même. Il faut dire qu’il a de quoi se méfier. Fils aîné d’une longue lignée de guerriers il a été entraîné dès le plus jeune âge à défendre ses sœurs. Cependant il n’a pas appris à obéir sans réfléchir. Au contraire Ivar est un homme intelligent, un calculateur. Il a dut apprendre la stratégie, et à anticiper les mauvais coups contre les siens.

Pendant de longues années il a servit la Femme Pâle, pour protéger ses Soeurs. Durant ces moments la, il a apprit que la vengeance se mange froide. Il est devenu patient. C’est un chasseur, un traqueur. Il choisit une proie et ne la lâche plus.

Sa nomination en tant que Kaempras a réveillé sa méfiance et l’a initié aux jeux de l’espionnage. Connus dans les Îles pour ses crises de colère , Il peut exploser à tout moment. Ça le rends d’autant plus dangereux, même envers ses hommes.

Sa laideur ne l’empêche pas d’avoir son succès auprès des femmes. Ivar aime la chair, et imagine souvent des postures et des jeux tordus pour mener à bien son plaisir.

Entièrement dévoué à ses Sœurs il veille sur elles comme des trésors.
On raconte qu’il se serait légèrement adouci récemment. Que son regard se perd parfois dans le lointain, que ses lèvres murmurent un nom. Oui Ivar le fière, Ivar le colérique est tombé amoureux. Mais c’est encore une autre histoire.


BIOGRAPHIE




Ma main passe sur la peau douce de ma femme. Assoupie Follet est roulée sur le côté, le long de notre couche. Moi je me tiens dans son dos, ma main joue sur l'arrondi de son ventre. Parfois un coup me répond et ça me fait sourire dans le noir. C’est mon rituel depuis que ma femme m’a annoncé la grande nouvelle.
La voir ainsi, la sentir contre moi. Je ne peux plus m’en passer. Les longs mois en mer, ou dans les îles sont une torture. Lentement ma main descend. Je me sens raide, et prudemment je cherche à l'éveiller. C’est la seule femme avec qui je suis doux. Le fait qu’elle porte mon enfant n’entre pas en compte. Je l’aime et la respecte, et je l’honore dès que possible. Comme en cet instant où je me glisse dans sa chaleur et sa moiteur.

Elle est belle, elle me rend fou. Je me délecte de ses soupirs. Mes mains courent sur elle, sur eux. Je l’aime. Et quand tout prends fin, Follet m’embrasse doucement, pour se rendormir presque aussitôt, un sourire heureux aux lèvres. Alors ma main revient danser sur son ventre.

Lentement, en écoutant le souffle de Follet et en jouant avec mon enfant, je m’endors.



Mon nom est Ivar Ondeblanche. Je suis un homme des Runes. Un Outrillien dans la langue des Duchés. Moi, j’aime à me considérer comme un fils d’El. Comme son descendant direct. Engendré avec une humaine. Certains diront que j’ai la folie des grandeurs. Moi je peux vous affirmer que ca fait son effet sur les sous fifres. Malheureusement, je ne suis qu’un homme. Le fils aîné d’une Narcheska et d’un Guerrier. J’ai poussé mon premier cri pendant une tempête. Depuis je l’incarne.

Ma Mère n'était pas déçue de ce pénis qui pendait entre mes cuisses. Au contraire, elle m'aimait férocement, et énormément. Très tôt, elle veilla à ce que j’ai une éducation militaire. “Pour mourir dans les bras d’El et protéger mes Sœurs à venir” me disait elle en me berçant le soir. Du coup j’ai appris a brandir une arme dès mon plus jeune âge. Ça m'embêtait pas. Je préférais ça à gratter la terre avec ma mère. Par contre ca me rendait curieux de voir son ventre devenir rond. Une fois, puis une autre. Et une troisième. Sans compter les fois où les bébés ne tenaient pas.
En tout j’ai trois Sœurs. Que j’adore. Toutes sans exceptions. Elles me donnent la foi pour me battre avec toujours plus de rage, malgré leur absence. Nous nous voyons qu'à de rares occasions. Pour les réunions ou quand le gel nous confine tous dans les chaumières.

Quand j'eu dix ans, la Femme Pâle fit parler d'elle pour la première fois. Elle voulait mettre nos Clans à genoux, dominer les miens. Ses actes ont eu pour conséquence de déclencher une guerre, d'abord entre gens des Runes, puis avec ceux des Terres. Mon apprentissage sur navire commençait tout juste. Et les conflits entre adultes me paraissaient trop loin. Cependant, l'influence de celle qui se prétendait Prophète s’étendit. Nous nous retrouvions a nous battre pour les nôtres. Ou pour sauver nos vies.


J'avais quinze ans quand ma Mère est capturée. J'ai reçu la balafre qui orne mon visage en tenant de la récupérer, avant que les monstres qui servaient l’Étrangère ne tuent son âme. J'ai serré son corps sans vie longuement dans mes bras, alors qu'il devenait froid. C'est moi même qui l'ai abattue, quand nous avions compris qu'elle ne serait plus jamais la même. Alors la Blanche a réclamé notre allégeance.

Et au lieu de faire front, de nous révolter, nous nous sommes soumis.
C'est la première fois que je me disputais avec ma Sœur. Elle voulait que je serve la femme venue du Nord.

A mes yeux il n’en était pas question. Et je crois que je lui ai tellement hurlé dessus … La pauvre, elle n’y pouvait rien. Aujourd’hui je comprends pourquoi elle a plié le genou. Le même jour j’embarquais mes deux sœurs cadettes pour aller les cacher loin des manigances de la sorcière. Et je dois dire que ça m’a foutrement emmerdé. Le rire de Leivna allait cruellement me manquer, sa chaleur et son sourire aussi. Et la voix de mon autre sœur… en fait si avant j’étais déjà ronchon, cette séparation me fit l’effet d’un boulet de canon. J’en devint encore plus con qu’avant. De chien fou, je devint une tornade, ravageant et pillant à la fois les terres de mes semblables et celles des Duchés. Je ne prêtais plus aucune attention aux hommes de mon équipage, crachait à la gueule de mes supérieurs. Tout cela me valut pas mal d’ennuis. Fouetté, puni, j’ai passé les pires années de ma vie à lutter contre un système qui me plaisait pas. Je ne suis pas un Héros, juste un con.

Le soir de mes vingt ans, nous avons détruit un village. Non loin de Forge. Ça faisait marrer le couillon de capitaine. Moi j’étais encore une fois puni. Mis en première ligne, un couteau de cuisine entre les mains, mon objectif du jour -où de la nuit- était de survivre. Tâche particulièrement ardue quand ce qui vous attends en face, ce sont des pics et des fourches. Et qu’avec l’allonge de merde de mon couteau, j’aurais dû crever dès le début des festivités. Sauf …. je suis un emmerdeur de fils d’El. Et je n’avais pas l’intention de passer l’arme à gauche comme ça. Je voulais revoir mes sœurs, les serrer dans mes bras. Je voulais retourner encore une ou deux catins.

Cette nuit là, le destin me fit son plus beau cadeau. En effet je devais décocher un coup de poing à celle qui deviendrait la femme de ma vie. Il faut dire que Feu-Follet l’a cherché. Du haut de ses dix huit ans, la gamine toute échevelée s’est ruée sur moi avec la ferme intention de m’assommer. Du coup c’est mon crochet du droit qui l’a mise par terre. Dans la pagaille du moment j’ai pas tout de suite compris que j’avais entre les pattes une jeune femme. Ce n’est que quelques heures plus tard, en faisant rôtir un porc à la broche, tout en tirant plusieurs rescapés à bord que le petit truc roux m’est revenu en tête. Et je dois avouer que j’étais comme un idiot en découvrant sa devanture. De longues minutes je me suis gratté le crâne, en cherchant un moyen de lui éviter de perdre son âme. Et de se faire violer par le reste de l’équipage. Ouai, je suis peut-être con, mais pas totalement sans cœur.


Et j’ai pris ma décision. De toutes façon ça faisait un moment que j’étais pas rentré au bercail. J’ai donc choppé la jeune femme et lui ai enfoncé un casque sur la tête. En la faisant passer pour un homme, j’ai détourné l’attention de mes supérieurs tout en m’attirant une réputation houleuse. En fait ça m’arrangeait car ainsi personne ne m'emmerdait. Quant à Follet, je dut l’apprivoiser. Elle me semblait être un oiseau tout chétif. Mais en vrais elle était d’une force … j’en suis tombé fou dès les premiers jours. Mais de son côté, il lui fallut du temps pour comprendre que je ne lui voulais pas de mal et que je lui avait sauvé les miches. C’est Feu-follet qui m’enseigna les bases du Duchéen. C’est elle qui me donna le goût des langues. Au sens propre et figuré d’ailleurs. Embrasser les prostituées n’a jamais été ma tasse de thé, c’est autres choses que je cherchais chez elles.

Je lui fit l’amour pour la première fois la veille de mon départ pour une nouvelle saison de pillages. Ça me faisait mal de la laisser, mais je n’avais pas vraiment le choix. La femme Pâle exigeait toujours plus de victimes pour ses expériences. Et nous avions peur qu’elle recommence à s’en prendre à nous. Alors pour éviter ça, j’ai continué à ravager le pays de ma bien aimée. Je crois que si Follet n’était pas entrée dans ma vie, le sort des gens du continent m’aurait fait ni chaud ni froid. Je les aurais méprisés comme le font beaucoup des miens. Mais peut-être me suis je attendrit au contact de ma sulfureuse rouquine? Car lors d’un dernier ravage je décidai mis de me mutiner. Avec l’aide de quelques marins j’ai pu reprendre le contrôle d’un navire rouge.
Mais je ne savais pas trop où aller et vers qui me tourner pour dénoncer la Sorcière et mettre fin à ses ambitions. Et pis c’est venu, comme une courante après une bonne bouffe! Ces merdeux nobles Artistiques. Oui je ne sais pas comment on nomme ceux qui pratique l’art du lâche; la Magie. Oui je sais que ma sœur l’a, ce fut un choc pour moi. J’ai du mal a m’y faire. Alors demander de l’aide à ces hommes de la terre? El m’en pardonne … c'était pour Follet et mes Sœurs. J’ai donc guidé mon navire à coque rouge vers l'île de l’Andouiller. J’avais trouvé des plans dans la cabine du capitaine déchu. Je savais qu’il visait cet endroit et espérait razzier une bonne partie de sa populace. Chance pour eux, pas de bol pour lui. Maintenant il nourrit la poiscaille du coin. ‘Vont être heureux les paysans, cette année les poissons seront plus gros.

Nous avons eu de la chance, car mon navire accosta en même temps que celui d’un autre Pirate. Chance … et malchance. Nous avons été confondu avec l’ennemi. Beaucoup de mon équipage est mort ce jour la. Moi je me suis retrouvé en taule. Qu’est ce que je me suis senti con! MAIS CON! Le pire dans tout ça, c’est que j’ai découvert que Feu-Follet, au lieu de rester sagement dans les Runes, s'était à nouveau travestie pour rentrer dans les Duchés. Je ne sais pas si c’est pour me fuir, ou parce que je lui manquerais trop. Et pour le coup j’étais un poil largué.
J’avais au moins un truc pour moi, c'était mon putain de bateau rouge. Ce foutu bateau a putain de coque rouge, qui avait fait pisser dans leur chausses des tas de gens. Du coup j’ai proposé un truc : Faire une nouvelle fois l'appât. Comme cette fameuse nuit où je n’avais qu’un couteau émoussé. J’ai attrapé un des cul poudré et je lui ai offert de le guider, lui et ses hommes, vers le repaire de la Femme Pâle. En échange de ma liberté.

Et bien sûr ça n’a pas pu se faire de façon discrète. Il a fallu que la putain de totalité des Duchés viennent faire la fête. Ils sont quand même un peu cons ces gratteur de terre. Ils comprennent rien quand on leur … hurle dessus. Pendant quelques semaines j’ai donc joué au petit marin apeuré. Follet s'était sauvée de toute façons, j’en avais rien a foutre de crever comme un rat. J’ai donc guidé les navires ennemis direction d’Aslejval.
Ce qui s’y est passé, les ménestrels auront pour tâche de le chanter et de l’enjoliver. Moi je n’y ai vu qu’un tas de sang et de merde. Et j’ai même pas été foutu de casser ma pipe. En plus dans la confusion j’ai balancé un coup de hache dans la tronche de la Femme Pâle. J’ai pas fait exprès je le jure. Je ne comprends même pas comment j’ai fait pour arriver à elle et la frapper. Je me souviens de son attitude, droite, fière et méprisante, de sa peau diaphane de ses yeux translucides. Je me souviens avoir pensé qu’elle devait être fade et frigide en comparaison a Follet. Et paf … voilà que sa tête a roulé par terre.

En regardant ce truc blanc au sol, auréolé de ses long cheveux de soie, j’ai enfin su. Tout était fini. La bataille d’Aslejval et la Guerre avec les Duchés venait de prendre fin.
Ma hache a glissé de mes doigts. Je suis allé m'écrouler dans un coin. Un poids venait de s’enlever de mes épaules. J’avais l’impression de respirer enfin.
Les semaines qui suivirent furent floues et chargées.
Ma première action a été d’aller sortir Leivna et ma sœur de leur grotte. De serrer leurs frêles carcasses contre moi. De leur dire que je les aimait. De rentrer fièrement avec elles. En ces moments je ne pensais pas du tout à la femme aux cheveux de feu qui m’avait quitté.

Follet revint hanter mes songes après le suicide de notre Narcheska. J’ai voulu l'arrêter, la prendre contre moi et la rassurer. Je sentais la sensibilité me ronger et me changer. Ce fond mou et typiquement “Duchéen” que la rousse avait planté en moi. Mais ca n’a pas arrêté ma cadette qui a foncé dans les flammes. Jamais je n’avais autant vu de détermination sur son visage. Elle me semblait terriblement vieille avant l’heure. J’étais triste, et fière de la femme sauvage qu’elle était devenue. Quel gâchis ...


Mais avant de pouvoir me lancer a la poursuite de la femme de ma vie, j’ai dû endosser des responsabilités. Mes “hauts faits” ont poussé mon clan a me nommer Kaempras. Les vagues liens non agressifs que j’ai pu nouer avec les Terriens m’ont propulsé au rang de co-ambassadeur. Grâce à l’Art de Leivna aussi. Ah! Ça me hérisse le poil a y penser. La perle de mon œil, ma petite sœur, porteuse de cette magie de faible. Ouhhh que je n’aime pas ça.

Dès que j’ai pu, j’ai mis les voiles.
Et je l’ai retrouvée. Dans un petit village non loin de la côte. Elle y vivait comme herboriste. Quand je l’ai vu mon cœur a galopé. J’ai pas osé aller la voir tout de suite. Mais son œil vivace m’avait déjà repéré. Lentement Follet s’est approchée. Il n’y avait pas besoin de mots, nous savions tout les deux que c'était foutu. Que malgré mes beaux vêtements et elle son panier d’herbe sous le bras, nous étions ces deux fous qui essayaient de survivre ensemble.
Immédiatement j’ai posé un genoux au sol. J’ai même pas pu poser ma question que Follet que sautait déjà au cou. Et cette année fut la plus belle de toute ma vie.
Même si je me serais bien passé des aller-retour entre la capitale et le hameau de ma douce. Même si j’aurais préféré voir son ventre devenir rond doucement plutôt que par intermittence.
Et quelle ne fut pas ma déception, a quelques jours du terme. La Reine n’avait pas eu de chance. Le Roi non plus. Lui restait et perdait tout. A sa place je deviendrais fou. Si on me volait Follet et mon enfant maintenant, je serais en rage. Le pays a feu et a sang. Vaut mieux pas me chercher la dessus depuis quelques temps.
Enfin, obligations obligent, je me suis mis en route vers Cerf. Je dois appuyer Leivna et montrer que nous soutenons Juste dans son deuil.

Vivement le temps de rentrer ….




MAGIE

Mage ou non Mage : Non Mage  
Quel rapport à la Magie ? : Considère La magie comme don ou un cadeau. Respecte les mages, mais se méfie d’eux quand même.

Niveau de Magie : A l'appréciation du Ménestrel après étude de la fiche et discussion avec le joueur
/Information(s) complémentaire(s) : Animal de lien ? Spécialité d'Art ?

/


OPINIONS

Le Roi et la famille Royale :  Ivar commence seulement à se soucier des affaires externes au îles avec son nouveau poste à responsabilité. Il n’a pas encore d’avis défini sur la famille royale.

Votre Duc, votre Duché :  La même chose. Pour ce qui est de la Narcheska, il a un énorme respect pour elle. C’est sa sœur en même temps. Il lui est dévoué.

Les Pies ? :Ivar ne considère pas les Pies comme des gens mauvais. Certains le sont, mais ils considèrent que d’autres ne sont juste pas compris. Cependant, suite aux actions des Pies à Castelcerf, il les considèrent comme une menace potentielle et essaye de garder les yeux sur leurs agissements.  
 
L'ouverture du Royaume aux étrangers ? :  Ivar est dévoué à son peuple. Malgré ce qu’il a subit. Il est cependant ouvert aux autres civilisations et peuples. Il aime voyager et en connaître plus sur de potentiel ennemi.



COMPETENCES

Lecture, écriture, calcul : Ivar est un butor, mais cela ne l’a pas empêché de s'ouvrir a la culture et au savoir :

Lecture : Ivar sait lire l’Outrilliens, a des notions en Duchéen et dans les quelques autres langues utilisés par les peuples en lien direct avec son clan.

Écriture : Il est de nature méfiante. Ivar a donc appris à écrire par lui même l’Outrillien. Cependant il ne sait pas écrire une autre langue et essaye d’apprendre. La langue qu’il apprend à écrire en ce moment est le Duchéen.

Calcul : Le calcul d’un point de vue purement mathématique ne l’a jamais intéressé. Mais Ivar est un stratège. Il apprécie l’art du “problème mathématique” plus comme une nouvelle énigme ou situation à régler. Pour lui, un champ de bataille est un peu comme une suite d’événement à anticiper et résoudre presque de manière mathématique. Il s’adonne donc de temps en temps à la résolution d’un problème mathématique pour entraîner son esprit.

Capacités Intellectuelles :

Stratégie militaire : Ivar a beau être fort et un bon combattant, il a conscience qu’il lui faut se distinguer par son esprit sur le champ de bataille. Il restera la plupart du temps en retrait avant de s’engager avec le reste de ses troupes. Ce n’est pas parce qu’il ne veut pas se battre au contraire. Il engagera la totalité de ses troupes et lui compris seulement s’il est sûr de gagner.
Aepte. On rencontre souvent plus fort que soi. Ivar a connu ses limites avec la Femme Pâle et les Héritiers des Duchés. Les esprits rassemblés de Chance et Ardent ont mis a mal ses stratégies et il ne cesse depuis de les dépasser.

Charisme : Ivar n’est pas spécialement une incarnation de la beauté d’après les critères sociaux de son peuple ou des duchés, mais il sait s’exprimer et dégage un certain respect et charisme de par son parcours difficile.

Langues étrangères : Ivar a une facilité pour apprendre à parler les langues étrangères. C’est ce qui lui a permis aussi de devenir co-ambassadeur. Actuellement il se penche sur les langues parlées au de la des Duchés.
2 ans en tant que co-ambassadeur (depuis la bataille de Aslejval)

Négoce / diplomatie : Discutailler et parlementer durant des heures, Ivar a bien conscience que c’est nécessaire, mais c’est quelque chose qui l'emmerde profondément. Pour lui, rien ne vaut un crâne écrabouillé pour faire plier les autres.
novice.

Aptitudes Physiques :

Endurance - compétences “sportives” : Il a beau être fort, il n’est pas invincible. Son corps couturé en est la première preuve. S’il est une tornade sur les champs de batailles et un buffle au lit, Ivar a ses limites. Il est obligé de s'entraîner tout les jours pour maintenir son niveau d’endurance et ses capacités physiques. Un début d’asthme ronge parfois ses poumons, il a tendance à être plus sensible aux changements de températures.
Niveau “presque” maître. Son asthme l'embête toujours.

Combat - Technique à la hache : Il utilise comme arme de prédilection une hache de guerre . Ses coups sont d’une violence remarquable. Il déverse un flot de coups pour empêcher son adversaire d’en donner. Ivar manipule cette arme depuis son enfance. C’est presque comme une extension de son bras.
Niveau “presque” maître. Son asthme l'embête toujours.

Compétences de Marin : Il a vécu presque uniquement sur un bateau. Il ne souffre donc pas de mal de mer, ou autres affection courantes. Ivar est agile sur l’eau, il sait nager sur de longues distances, plonger et explorer les profondeurs des océans. Il sait différencier les espèces de poissons (comestibles ou non), chasser au harpon. Bref, c’est un loup de mer.
De même, il sait se battre en pleine tempête, entre deux ponts. Les bouts, les proues et les poupes n’ont pas de secret pour lui. Ses noeuds sont aussi efficaces que solides.
Niveau maître : il y a passé presque toute sa vie

Aptitudes diverses :

Espionnage : Ivar a pris récemment conscience de l’importance de l’espionnage s’il veut protéger ses Soeurs. Ca ne signifie pas pour autant qu’il valide toutes ces mises en scènes et traques sous cape.
novice : actuellement il construit seulement son réseau et cherche à se mettre en relation avec de bons partenaires.

attitude sociale : Séduction / manipulation/ conspiration : Ivar n’est pas physiquement avantagé, mais il sait comment attirer l’intérêt de ses conquêtes, il arrive à deviner ce que l’autre à besoin. Même si ses connaissances, peuvent être liées au fait qu’il s’informe beaucoup sur les autres par méfiance. Il a une connaissance aussi des coutumes lié à la noblesse. On peut appeler cela de la curiosité ou de la perversion.Ca va dependre de si on est dans les bonnes grâces ou dans les foudres d’Ivar. Une femme aura plus de chance de passer un bon moment qu’un ennemi.
Niveau Adepte.

Mensonge / ruse : cela va de pair avec l’espionnage. Prêcher le faux pour dénicher le vrais. Ivar a beau exercer ces pratiques, il sait qu’il en a besoin pour rester en vie, et pour protéger les siens. De même, il ment en continue pour dissimuler sa famille Cervienne.
Niveau adepte, renforcé depuis la naissance de son fils.


Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Nov - 17:44
Le Ménestrel
Celui qui sait...
Le Ménestrel
Messages : 204
Bonjour et désolée pour le retard dans cette correction de fiche ><"

Alors, on va faire catégorie par catégorie :

Physique : si je veux bien admettre qu'un borgne puisse être un excellent combattant, un unijambiste avec prothèse, non. Ca ne pourra pas passer pour faire de lui un Kaempra, donc un guerrier d'élite au sein d'un peuple de combattants. De même, un anorexique a autant de force et d'énergie qu'une larve de méduse échouée sur la grève, impossible d'avoir la musculature nécessaire au port de l’armure et au maniement des armes.

Caractère : plus ou moins cohérent mais pas vraiment développé quant à son tempérament naturel...

Histoire : C'est bien trop peu. On ne sait pas où il est né, quand, de qui, qui l'a adopté, élevé, comment. Qu'a-t-il fait de sa vie avant de prendre les armes ? Comment a-t-il vécu l'invasion de la femme pâle sur leur île ? Comment et de quoi a-t-il sauvé Leivna (et sa soeur, son actuelle Narcheska, logiquement) ? De plus, la notion de Kaempra implique une sorte de titre honorifique pour un homme déjà reconnu comme un combattant, ce n'est visiblement pas le cas d'Ivar à la base. Je crois qu'il va falloir qu'on en reparle ensemble Wink Mais dans tous les cas, ton personnage doit être entièrement pensé et développé, même sans écrire un roman.

Magie : Ok, lecture de l'eau, c'est pas courant dans les outrîles mais pourquoi pas. Comment l'a-t-il découvert, comment en a-t-il appris la pratique ? Comment et pour quelles fin l'utilise-t-il ? Cela doit à tout le moins transparaître dans l'histoire.

Compétences : comme rien n'est mentionné dans l'histoire, difficile de juger... Pour être ambassadeur il faut, oui, un certain Charisme, de la diplomatie, du dicernement, sans doute un peu de pratique aussi dans l'art de la conciliation et des discussions politiques. Tu sembles en avoir fait un outcast qui tout à coup devient un héro de son peuple, donc tout cela est un peu bancal.
Compétences en combat : comment et où a-t-il appris avec de tels handicaps ? On ne devient pas Kaempra en claquant des doigts, pas même en sauvant une princesse, il faut prouver sa valeur au combat. Etant handicapé je ne vois pas trop comment il aurait pu faire cela.

J'ai peur que toute la fiche ne soit à reprendre, à repenser. Un Kaempra est un guerrier dont les faits de guerre sont suffisamment nombreux et peu communs pour mériter le titre de 'Guerrier de son Clan' puisqu'il n'y a qu'un Kaempra par Clan Outrîlien. Il a aussi une fonction représentative de son clan, or les Outrîliens sont encore plus durs envers les estropiés que les Duchéens, ça ne colle pas avec l'idée de Kaempra. Enfin, il serait bon de relire ta fiche car elle a pas mal de fautes cachées par-ci par-là.

Bon courage à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Fév - 20:17
Le Ménestrel
Celui qui sait...
Le Ménestrel
Messages : 204

Te voilà VALIDÉ!


Pour te lancer à l'aventure, voici quelques adresses utiles : les journaux de bord sont ici, tu y trouveras les notes des héros déjà validés, leurs jeux en cours et terminés : surtout n'hésite pas à faire le tien !
Pour demander un jeu justement, c'est par ici que cela se passe, tu peux aussi solliciter les Dieux si tu désires jouer avec un PNJ.
Enfin, n'oublies pas de poster ton suivi joueur qui sera valable pour tous tes personnages, que nous sachions un peu qui se cache derrière l'écran et surtout pour prévenir de tes éventuelles absences.
Mais surtout le plus important: va vite rescenser ton avatar et ton prénom afin de rester à jamais unique !

Bon jeu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Des Chroniques... Des Héros :: Fiches :: Non-Mages-