Mar 31 Juil - 18:47
Aurore de Vincôte
"Héritière" d'Altier de Beaulieu
avatar
Messages : 10
Aurore de Vincôte, veuve Lèstur
Source de l'image : ft Greg Opalinski (DA)

Âge : 28 ans
Origine : Duchés de l'Intérieur (née près de Gué-de-Négoce, en Bauge et en Béarns durant l'enfance, puis en Labour après le mariage).
État civil : Veuve
Profession : Noble
Et Vous ?

Pseudo Joueur : Lune
Âge : Toujours majeure
Votre chemin jusqu'ici ? :DC de Lune de Forge
Autre : Etre méchant, c'est juste une question de point de vue...
DESCRIPTION PHYSIQUE
1m72 ● 58kg ● Frèle et élancée ● Bruns ● Verts aux reflets bruns

Un doux visage aux yeux verts légèrement en amande se penche sur son berceau. Elle lève la main pour tenter de saisir des longues mèches brunes qui lui tombent sur le nez. Elle aura le même que sa mère plus tard : rond et court. Les lèvres pulpeuses d'Aurore se posent sur son front pour un baiser et la toute petite fille sent la douceur de sa peau la caresser et une agréable odeur qu'elle identifiera plus tard comme celle d'un parfum subtil à la violette.
Les longues et fines mains la soulèvent délicatement et la calent contre la confortable poitrine dont elle apprécie la sécurité et la chaleur. Si elle n'a jamais gouté au sein de sa mère, elle se sent simplement bien à entendre les battements de son coeur. Ce soir-là, elle ne porte qu'une simple tunique légère et le contact est encore plus agréable pour le bébé. Son ventre légèrement arrondi porte encore les sigmates de ses deux grossesses mais Aurore a très vite récupéré sa taille fine qu'elle accentue le jour avec force corseterie et jupons larges qui vont partaitement avec sa silhouette élancée. Finis les vêtements tristement noirs du deuil, elle va pouvoir revenir aux couleurs qui lui plaisent davantage et aux décolletés. Elle aime les belles matières et les coupes à la mode, d'autant que cela fait partie du rôle qu'on attend d'elle.
Agate n'arrive pas encore à parfaitement attraper le long collier de mailles fines d'argent que sa génitrice porte toujours à son cou et qu'elle glisse dans son corsage ; ainsi dissimulées, les deux bagues de mariage de sa mère aujourd'hui disparue auquel elle a ajouté la sienne après le décès de son époux.

CARACTERE
Soumise à son oncle ● Protectrice ● Fière ● Agréable ● Manipulatrice ● Ambitueuse

Aurore n'est pas très compliquée à analyser, en apparence du tout moins. C'est une jeune femme douce et posée, une mère de famille lisse et agréable, qui se bat pour le bien-être de ses enfants et de sa famillle. Elle est fière et intelligente, ce qui peut amener à des conversations plus qu'intéressantes en sa compagnie. Une personne en somme tout ce qu'il y a de plus classique, preuve de l'éducation stricte et efficace de la noblesse. Elle a même la bonté d'âme de s'abaisser à parler à des petites gens.
Ce tableau n'est en soi pas feint ; la nièce d'Altier est une personne bonne mais elle cache simplement les atours plus sombres d'une personnalité secrète.

Etre née dans la famille de Beaulieu, à la place d'aînée qui est la sienne, avec une mère si soumise qu'elle en était battue, a contribué à créer cette différence.
Aurore a de l'ambition, non plus seulement pour elle-même, comme lorsqu'elle était enfant, mais pour sa famille. Seule, elle a décidé d'éliminer la menace qui pesait sur sa mère ; seule contre tous, elle a tenu tête pour préserver la vie de son fils. Elle les protège du monde cruel qui les entoure, usant de tous les moyens qu'elle jugera nécessaires. Ainsi, elle ment, triche, manipule et manigance avec l'aisance que son intelligence lui permet.
C'est dans la même idée qu'elle se soumet si volontiers à Altier. Elle écoute chacun de ses mots, suit chacune de ses directives, et prend même des initiatives extrèmement bien mesurées pour lui plaire. Elle apprécie l'homme, reconnait sa valeur et sa puissance. Il faudrait qu'elle le craigne mais elle n'y parvient pas. L'aura qu'il dégage la fascine. Et tel un papillon, elle s'y brûlera surement les ailes. La jeune femme le sait mais elle en a envie. Elle ressent le besoin de jouer avec le feu, d'attendre l'instant fatidique où tout peut basculer pour mieux reprendre son souffle lorsqu'il est passé. Une vie simple et rangée de mère de famille n'est pas pour elle. Elle s'était fait la promesse qu'elle serait heureuse lorsqu'elle serait grande ; elle s'est rendue compte en grandissant que pour être épanouie, elle devait cotoyer les ténèbres.


BIOGRAPHIE


Première née du mariage de Silence de Beaulieu et de Rigueur de Vincôte, elle était une petite fille timide qui semblait limite réservée. Mais en réalité, la demoiselle observait tout du monde des adultes et petit à petit, en voyant sa mère, elle comprit quelle serait la place qu'on lui réserverait. Cela ne lui plaisait pas vraiment. Alors, la petite Aurore, du haut de six ans, était allée voir son oncle. Elle lui avait promis qu'elle ferait tout pour lui faire plaisir mais qu'elle ne finirait pas malheureuse et délaissée comme sa mère. Au fil des années, Altier put constater que la petite fille tenait parole. Et il consentit même à lui donner personnellement quelques enseignements pour preuve de l'intérêt qu'il lui portait. Elle était plus intelligente que ses propres fils mais il pourrait en faire quelque chose.

Aurore grandit, avide d'apprentissages pour se forger une identité qui lui serait propre. Elle se savait jolie et en jouait pour paraitre plus idiote qu'elle ne l'était vraiment. Alors elle pouvait écouter les discussions des adultes l'air de rien, grapillant des informations de plus ou moins grandes importances. Elle rapportait à son instructeur Pie tout ce qui pourrait intéresser son parent. Ce fut elle qui inventa, délibérement, les preuves que ce dernier attendait pour se débarasser du mari de sa soeur, le seigneur de Vincôte. Elle participa alors à son premier assassinat, celui de son père qui fut déguisé en accident de chasse. Ce dernier avait porté la main trop de fois sur sa mère pour qu'elle le laissa continuer. La jeune fille la protégeait parce que personne ne s'y intéressait ; Silence n'était pas vifière, ni particulièrement maligne. Elle n'était que la belle tête à marier, celle qui donnerait des fils et des filles à la famille de Beaulieu, des pions pour le chef de famille, qu'ils aient le don ou non.
Alors, la fille continua à prendre les choses en main ; elle étudia les partis qui s'offraient à sa mère pour un remariage et les proposa à Altier. Il trancha parmi cette liste, non sans faire remarquer à sa nièce de quatorze ans qu'elle n'était pas aussi brillante qu'elle le pensait en essayant de manipuler son ainé pour qu'il choississe celui qu'elle préférait elle-même. Sa fierté en prit un coup mais elle accepta la défaite, car son oncle était le chef. Elle devait bien être la seule qui le chérissait plus qu'elle ne le craignait. Ses idiots de cousins avaient peur de leur père, sans parler de ses propres cadets, son frère Espoir puis ses demi-soeurs Joyeuse et Ode.

La jeune fille devint une belle jeune femme. Elle attirait les courtisans, les envieux mais l'heure n'était pas aux batifolages. Le mariage vint, la désillusion avec elle. Mais Aurore ne se laissa pas abattre et continua à servir les intérêts de sa famille. Elle apprit auprès de son époux tout ce qui lui serait utile pour prendre sa relève. Sa mère étant décédée, et n'ayant aucune affinité avec sa fratrie, elle reporta tous ses élans protecteurs sur son fils qui en avait tant besoin. Ce fut la seule fois qu'elle alla contre l'avis de son seigneur ; lui comme d'autres était d'avis de mettre fin à la vie de cette petite chose qui ne servirait à rien. Mais Zéphir était trop grand et l'amour que lui portait sa mère déjà indestructible.
Au bout de quelques années, lasse de stagner en Labour et de supporter les regards de son vieillard de mari, la belle prit finalement l'initiative d'accélérer le moment du décès de son époux. Elle prit le risque de ne pas en avertir préalablement son oncle. Le géniteur d'Agate bien qu'amant acceptable eut lui aussi droit à une fin prématurée afin qu'il ne parla pas. Pas une fois, elle ne se salit les mains. Pour son mari, elle utilisa le poison, usant de la naiveté d'une servante qui en remplissait la boisson favorite de monsieur pensant qu'il s'agissait là d'un simple pour donner bon goût. Ainsi assimilé en petites quantités, cela prit du temps mais cela passa inaperçu. Au pire, ce serait mis sur le compte du valet qui lui servait à boire ou de la servante qui préparait la mixture. Pour le second, elle fit fomenter un petit complot simple mais efficace pour que la lame d'un autre lui transperça le coeur par pure vengeance personnelle : se faire piquer sa femme, ça ne faisait pas souvent plaisir au cocu.
Aurore avait tout fait pour lui démontrer qu'elle était prête. Altier salua la performance à sa manière, froide et distante. L'heure était venue pour elle d'entrer dans le grand bain.



Nous sommes confortablement assises dans le petit salon de sa maison. La tisane est encore chaude dans nos tasses sur la petite table entre nous ; elle avec un ouvrage à broder entre les mains, moi ma fille de quatre mois qui joue avec mes doigts. A mes pieds, ma chatte s'est endormie, ou du moins fait-elle semblant de l'être comme tout bon chat qui se respecte. Plus loin, mon grand garçon s'affaire à ses exercices.
Elle reprend alors la parole, plus que surprise de la révélation que je viens de lui faire. 
" Il veut déjà vous remarier ? "
Je secoue la tête avec un air faussement dépité. " 'Une femme ne doit pas rester seule même avec un bon héritage. ' m'a-t-il expliqué. Il a même cru bon d'ajouter : 'Surtout quand elle peut encore porter des enfants.' Je ne sais pas quelle tête j'ai faite à ce moment-là, mais elle ne lui a pas vraiment plu... " 
Je soupire et arrête là mon récit.
Ce n'est pas réellement ce qu'il s'est passé, même si j'ai quand même été très surprise que mon oncle me propose cela alors que mon veuvage est encore frais. Les convenances sont-elles dépassées pour un remariage ? Je l'ignore... Mais ce n'était pas comme si j'étais attristée de m'être enfin débarassée de mon vieil époux. Je ne m'étais d'ailleurs pas coupée les cheveux très courts lorsqu'il mourut. Juste ce qu'il fallait pour ne pas paraitre malpolie. J'avais tout bien planifié pour qu'il ne me pose plus de problème ; j'avais même attendu quelques mois que ma grossesse soit bien visible avant que le poison fasse son effet. Histoire que ma fille ne soit pas vue comme une bâtarde.

Agate bouge dans mes bras et je la change de position, calant sa tête contre mon épaule. Je lui caresse les rares cheveux bruns qu'elle a sur le crâne. Elle gazouille toujours quand je fais cela. Elle fatigue et s'énerve tout à la fois ; c'est bientôt l'heure pour elle de manger avant une bonne sieste. Je le sens.
" Savez-vous déjà qui il a choisi ? " s'enquiert ma compagne. Sereine est une jeune femme facile à vivre et auprès de laquelle je peux apprendre beaucoup. Il faut dire qu'elle a un mari très intéressant, même s'il n'est pas noble... Dommage qu'il soit si hermétiquement fermé à la beauté du Vif. Au moins, son épouse est réceptive à ce que je lui raconte à ce sujet.
" Il m'envoie en Cerf pour rencontrer plusieurs partis. "
- " Pas à la capitale j'espère ?! La maîtresse d'art du roi... et maintenant la reine ! Je ne veux plus que mon époux y... " 
Je vois ses mains trembler alors que sa voix défaille assez pour l'empêcher de finir sa phrase. Elle s'arrête et boit longuement une gorgée de tisane pour se calmer. Je sais comme certaines petites choses peuvent la mettre dans tous ses états. J'en profite pour la rassurer.
" Votre mari ne craint rien à aller à Castelcerf ou au Bourg. Pas plus que moi. Tout cela est politique. Tant qu'on ne s'intéresse pas de leurs histoires, on est tranquille. A moins que vous ne m'ayez cachée des filiations haut placées de Monsieur, ma chère ! " dis-je sur le ton de la plaisanterie. Je n'en pense pas moins, mais je sais qu'elle m'a déjà tout racontée de ce qu'elle sait des activités de son mari. Il cache bien son jeu celui-ci. J'ai quand même réussi à apprendre qu'il se fait appeler par un autre nom dans ses affaires moins officielles : Belette. Feu Lèstur avait des comptes avec lui, classiques et ennuyeuses mais cela m'aura au moins permis de convertir la jeune bourgeoise.
" Oh non... non... mais... Vous n'allez pas partir seule de toute façon ? " s'inquiète-elle.

La petite me fait comprendre qu'elle commence vraiment à avoir faim. Je la cajole tout en lui murmurant : " Juste un instant ma chérie... chh... " 
L'heure, c'est l'heure avec les bébés. Mais la nourrice s'est absentée malgré mon avertissement que le moment de la tétée approchait. Vivement qu'elle n'ait plus besoin du sein que je puisse me débarrasser de cette incompétente !
" Pardon... " reprend-je. Elle me fait signe qu'il n'y a pas de mal, les yeux remplis de tendresse en regardant ma fille. Ses enfants sont grands maintenant, cela doit lui manquer de pouponner comme cela. 
" Mon oncle ne me laisserait pas aller seule bien sur. Des cousins m'accompagneront. En plus des enfants. "
- " Et il fera partie du voyage ? " 
- " Qui donc ?" Je ne cherche pas longtemps pour comprendre à qui elle fait référence. "Ah oui Charmant. Bien sur... Il ne raterait ce voyage pour rien au monde. "
Il aura ses propres objectifs durant ce voyage. Mais je sais pourquoi elle me parle particulièrement de lui et elle me le confirme immédiatement : " Il ne serait pas un peu amoureux de vous par hasard ? " 
- " Ah vous pensez aussi ?! Et vous l'avez vu... quoi ? deux, trois fois ? Oh... Ça lui passera. Il faudra bien... Bon ! Sarietteeee !"

La voilà qui ramène son gros derrière ; et même pas un mot d'excuse. Pourquoi je me la coltine encore celle-là ? Non vraiment, elle va rester à planter des choux en Labour, pas question qu'elle voyage avec moi. 
"Ah c'est pas trop tôt ! Dépêches-toi un peu, elle a faim ! Et vas faire ça là bas. On parle avec madame. " 
J'attends qu'elle disparaisse de la pièce pour reprendre le fil de notre conversation. Soupir lui emboite le pas sans que je n'ai rien besoin de lui dire. Elle se méfie autant que moi de la grosse Sariette et ne compte pas laisser Agate sans surveillance.
Sereinement, je peux enfin prendre la tasse qui m'est destinée et y plonger les lèvres. C'est juste ce qu'il me faut pour calmer les nerfs que cette incapable met à rude épreuve.

" Je disais... Oui Charmant... " 
Ce pauvre garçon ; je me souviens du jour où mon oncle l'a récupéré. Il l'a persuadé qu'il était des nôtres par le sang. Il y en a eu bien d'autres comme cela, rattachés à une branche ou l'autre de notre arbre généalogique volontairement complexe. Tous des Vifiers sans famille ou attache. Des jeunes évidemment. Plus malléables et perméables à notre philosophie. Moi je suis née dans cette famille ; il n'est même pas besoin que je m'en interroge. Ma mère, la cadette de mon oncle Altier, a eu un peu le même parcours que moi, mariée à qui il était utile qu'elle le soit. Comme beaucoup de femmes. C'est pour ça que je suis née en Bauge puis que je suis partie habitée en Béarns avec son second mari. Ma différence avec elle, c'est mon implication dans l'organisation. Je ne suis pas simplement la belle frimousse qu'on expose ; et même si certains le croient encore, c'est que je les laisse croire.

" Il est beau garçon il faut dire... " 
- " Je reconnais mais dans la logique de mon oncle, c'est la famille donc... ça ne rapporte rien. "
Il lui choisira bientôt une promise et mon "cousin" n'aura d'autre choix que de l'épouser ; parce que c'est ainsi que nous tissons notre toile. Intriguer, convertir à notre cause et s'agrandir encore et encore pour être plus fort.

" Ça ne fait pas un an que mon époux repose en terre... et qui voudra de moi avec mes deux petits ? Agate est petite encore, un homme s'en accommodera mais Zéphir... même son père avait du mal avec lui... Alors un inconnu... " 
Elle se tait. Bien incapable de me répondre. Elle pourrait me dire des banalités, comme quoi cela ira, qu'un homme s'attachera à lui. Elle en a envie mais sait que cela sonnerait faux. Je le sais. Mon fils, mon trésor fait peur par sa différence. Il impressionne alors que c'est lui que le monde effraie le plus. A part moi, personne n'arrive à entrer en véritable communication avec lui. Pourtant il n'est que sourd... mais ce handicap le coupe du monde et des autres. On s'en est rendu compte lorsqu'il avait passé plusieurs mois de vie ; je n'ai bien entendu pas eu le coeur de l'abandonner alors que j'étais déjà si attachée à lui.
Il peut parler mais à sa manière, des sons rauques pas vraiment articulés et qui ne correspondent pas à des mots qu'on connaît. J'ai essayé de lui en apprendre quelques uns et par imitation de ma gestuelle de bouche, il arrive à en refaire certains. Sait-il pour autant ce qu'il dit ? Qu'entend-il réellement s'il entend quelque chose ?
Assis plus loin à réaliser un exercice à compter que je lui ai inventé, il tourne la tête, lève sa main et la secoue en me souriant.

" C'est grâce au... que vous communiquez avec lui ? "
Je trouve ça presque touchant qu'elle n'ose toujours pas dire le mot.
" Oui et non. On s'est inventé notre langage à nous pour ça, avec des gestes. Mais le Vif m'aide à comprendre les besoins qu'il ne peut exprimer. Avec ma fille, c'est pareil. J'aurais aimé avoir le temps de vous en apprendre davantage... "
Et des choses à lui apprendre, il y en a encore beaucoup. C'est à la fois l'avantage et le désavantage de s'intéresser à une personne adulte qui n'a jamais été formée à comprendre sa magie. Son buté de mari l'a tellement façonnée à ce que le Vif soit une tare qu'elle a mis du temps à l'accepter. Je sais qu'elle ne le lui a pas révélé. Et j'ai repéré les signes chez l'un de leurs enfants alors qu'eux-même l'ignorent encore, Discret préférant se fermer à la beauté de ce don qu'ils ont en commun. Quel gachis... !

La petite cloche sonne ; il a terminé son travail. Je me lève donc, rajuste mon jupon d'un geste rapide et me porte à ses côtés. Je m'accroupis alors à la hauteur de la petite table où il est installé et regarde les exercices qu'il a résolu.
A sept ans, mon garçon a largement l'âge d'avoir un percepteur, mais je n'en ai trouvé aucun qui me convienne pour lui. Alors, je fais comme je peux pour lui apprendre ce qu'il est utile qu'il sache. Il n'y a qu'une chose de laquelle je cherche à le préserver ; je ne veux pas qu'il ait un animal de lien. C'est plutôt contraire à la conception de ma famille mais par l'intermédiaire de l'animal, il pourrait entendre... et j'ai peur qu'il se laisse perdre par cette liberté. 
Aussi demande-je à mon amie : " Accepterez-vous de garder nos chiens pendant notre absence ? Je ne me vois pas les emmener avec nous... "
Je n'apprécie pas spécialement ces animaux, trop dépendants de l'affection de l'humain à mon goût. Or Zéphir a une grande affinité avec ; je préfère ne pas prendre de risque. Un héritage de feu Lestur ça ! Certes il fallait bien que mon fils prenne quelque chose de son père.
" Ils sont très bien avec les enfants. Très protecteurs. "
- " Je demanderais à Discret. " dit-elle après un court instant d'hésitation. 

Forcement, pense-je. Je n'ai pas longtemps eu l'habitude d'être soumise aux décisions de mon mari. Il était certes bien plus vieux que moi, ce qui aurait du m'inspirer le respect. Mais justement parce qu'il avait près de 30 ans de plus, je l'ai toujours trouvé inintéressant et dépassé. Et dégoûtant aussi au début de notre mariage. Après je me suis assez habituée pour avoir un fils... puis je me suis choisie des amants, dont un pour avoir mon Agate des années plus tard. 
Il n'y a bien que mon oncle pour me dicter ma conduite. Et encore à ceux en qui il a pleine confiance, il laisse une marge de manœuvre intéressante. Je ne sais pas si j'en fais pleinement partie de ces "gens de confiance" mais je fais tout pour. Mon objectif en allant en Cerf n'est pas de me trouver un mari... Ca c'est le prétexte, le bonus à mon voyage. J'ai d'autres missions. Trouver les responsables de la mort de la maîtresse d'Art et de la reine et de prendre contact avec eux. Nous avons déjà des espions sur place sur lesquels je pourrais m'appuyer pour les bases besognes.
Les groupes de Pie sont trop dispersés pour être efficaces, n'arrête pas de répéter mon oncle. Et je suis parfaitement d'accord avec lui ; j'ai hâte de rencontrer ceux qui oeuvrent en Cerf et de me montrer utile auprès d'eux. Et je dois aussi surveiller un noble que le Duc de Bauge a envoyé à la cour ; c'est un des nôtres mais mon oncle est toujours méfiant avec les ambitieux qui ont de l'argent et potentiellement de l'influence.


Famille
Zéphir – fils – né le 6 Pluie 1038 – Vif
Agate – fille – née le 25 Or 1044

Espoir - frère - 26 ans – Vifier Pie : Il gère le domaine de Vincôte en Bauge.
Joyeuse – demi-soeur - 13 ans : Toujours chez son père en Béarns
Ode – demi-soeur - 12 ans – Vifière en apprentissage : Elle réside à Beaulieu en tant que suivante d'une de ses belles cousines, la femme de Puissant.

Puissant - cousin – fils d'Altier – 29 ans – Vifier Pie : Il régit le domaine de son père à Beaulieu.
Droit - cousin – fils d'Altier – 27 ans – Vifier Pie : Il s'occupe des affaires de Lèstur en l'absence de sa cousine.
Courage - cousin – fils d'Altier – 18 ans *décédé*

Charmant – "cousin" – 23 ans - Vifier Pie : il est mis aux services exclusifs d'Aurore pour son séjour en Cerf. Niveau très moyen de Vif, car il a été repéré et formé tardivement.


MAGIE

Mage ou non Mage : On nous range dans ce qu'on appelle l'affreuse catégorie des Pies. Or nous sommes bien les seuls à être fiers d'être vifiers et à défendre nos intérêts.
Quel rapport à la Magie ? :
Je déteste les Artiseurs... Ce sont des pantins, des prétentieux qui ont tous les droits. Je ne vous parle même pas du Lignage, qui ne sont que des lâches. Ils devraient assumer d'être ce qu'ils sont et se battre pour la juste place qui est la nôtre.
Les autres magies... Comment dire ? Leurs boniments n'ont rien fait pour aider mon fils mais au moins leurs pratiquants ont le mérite de rester des gens simples.
Niveau d'Art ou de Vif : J'ai été formée directement par mon oncle ou par ses plus proches agents. L'avantage du sang ; d'autant que ma mère n'étant pas vifière, elle n'a servi qu'aux intérêts pécuniers de la famille. Moi c'est autre chose...
A l'appréciation du Ménestrel après étude de la fiche et discussion avec le joueur
Information(s) complémentaire(s) : Une grande chatte au long pelage noir qui répond au nom de Soupir, tant son miaulement est discret. Pour moi, elle est surtout Perçante-d'Oeil. Je l'ai rencontrée et me suis liée à elle lorsque j'étais enceinte de Zéphir et depuis elle ne me quitte plus. Elle n'est jamais loin de mes enfants, veillant sur eux lorsque je ne le peux.


OPINIONS

Le Roi et la famille Royale : Mon seul vrai seigneur, le seul que j'écoute et que je respecte, c'est mon oncle.
Le roi... Il a un beau titre, quelques jolis succès sur les Pirates... Il nous déteste tellement qu'il fait des erreurs qui lui seront dommageables. Que madame soit morte, qu'il n'ait pas d'héritiers, cela présage plutôt de beaux jours à venir pour qui sait saisir les opportunités.
Votre Duc, votre Duché : J'ai tant changé de Duchés que je n'en ai pas un que j'estime être le mien. Pour ne parler que des derniers, les Sangréal sont un peu trop parfaits à mon goût ; bien que j'avoue apprécier de voir une autre famille qui a accepté le handicap de son enfant. D'autant qu'on dit qu'elle se débrouille fort bien cette petite héritière.
Les Pies ? : En quoi cela vous gêne-t-il que j'en fasse partie? Je suis née dans cette famille et j'en suis fière car nous osons exister tels que nous sommes. Nous avons encore du chemin à faire pour nous imposer en prouvant au reste du monde que nous valons aussi bien que ces vaniteux Artiseurs !
L'ouverture du Royaume aux étrangers ? : Là je vais laisser parler la femme qui s'occupe des affaires plus bassement matérielles de feu son mari... et je dirais que c'est très bien pour les dites affaires.


COMPETENCES

Lecture, écriture, calcul : Très bon niveau.
Altier ayant vite compris qu'elle ne se cantonnerait pas aux basses attentes d'une femme, il lui a fourni un percepteur qui s'est chargé de lui enseigner la même chose qu'à son frère Espoir (de 2 ans son cadet).
Aurore a une préférence pour le littéraire mais a du se perfectionner dans les calculs lorsqu'elle prit la relève de son époux (avant même la mort de celui-ci, il lui avait délégué quelques tâches de gestion de son patrimoine qu'il ne pouvait plus gérer)


Capacités Intellectuelles :
Réflexion / Capacité d'analyses / Esprit de synthèse – Très bon niveau : Dès toute petite, elle passait son temps à observer le monde qui l'entourait et à chercher à le comprendre. Il lui a fallu des années pour développer ces capacités, en parallèle des apprentissages qu'on lui dispensait.
Aurore prend le temps de réfléchir et d'analyser là où plus jeune, elle aurait eu tendance à se laisser porter. Son premier coup d'éclat dans le domaine a été de fomenter l'assassinat de son père, en dévoilant des informations volontairement détournées sur son compte : elle avait un problème, elle y a trouvé une solution...
Elle a des points communs dans ce sens avec son oncle Altier mais ne possède pas encore son niveau de sournoiserie.

Curiosité intellectuelle – Très bon niveau : Ce qui en a fait une élève appliquée dans bien des domaines. Elle a ainsi appris facilement les lettres et les mathématiques, l'histoire et la géographie. Elle continue à lire lorsqu'elle en a l'occasion, se tient au courant de tout ce qu'il se passe de part le monde et peut ainsi tenir des conversations contructives avec autrui.

Travaux manuels – Niveau correct : Couture, broderie... Toutes ces choses qui font partie de la bonne éducation de la noblesse dans sa famille et dans bien d'autres ; Aurore n'a pas pu faire exception à la règle et pendant que son cadet apprenait les rudiments de l'épée, elle faisait ses points de croix. Elle s'y prêta volontiers, y voyant un moment pour réfléchir posément alors que ses mains agissaient petit à petit avec plus d'automatisme, au fil des années de pratique.

Gestion de domaine – Niveau correct : Feu Lèstur avait presque 30 ans de plus qu'elle. Il gérait un domaine près du lac de Tuur, regroupant une petite dizaine de fermes d'exploitation céréalière et deux élevages ovins en remontant vers l'Ours. Il confia d'abord à Aurore la gestion de la domesticité de leur demeure et de tout ce qui s'y rapportait de près ou de loin, s'y désintéressant totalement. Elle a commencé ainsi puis a réussi petit à petit à le convaincre de le laisser participer au fonctionnement du reste. Ce qui lui a permis de prendre les choses en main sans trop de problème lorsqu'elle se retrouva, enfin veuve, à la tête de tout cela. Elle s'appuie bien entendu sur tout un personnel compétent pour l'assister. Pour son départ en Cerf, c'est son cousin qui prend la relève mais elle l'a sommé de l'avertir en cas de problèmes.



Le Vif
Altier a pris soin de lui attribuer plusieurs très bons instructeurs qui l'ont suivie plus ou moins jusqu'à son mariage. Il s'est contenté de moins pour Espoir à la même époque et pour Ode aujourd'hui, conscient du potentiel moindre de son neveu et son autre nièce.

Sentir le vivant – Excellent: C'est la base après tout.
Communiquer – Excellent: Elle sait bien évidemment ajuster sa réception au Vif, bloquer tout échange ou se contenter d'une communication avec Perçante-d'Oeil. Aurore se sert aussi beaucoup de son Vif pour percevoir les aspects primaires des besoins de ses enfants.
Apaiser – Excellent: Pour calmer jadis les pleurs de son petit frère, les angoisses de sa mère et maintenant pour ses propres enfants, l'instinct protecteur d'Aurore lui a fait maitriser cette technique plus rapidement que la communication.
Repousser / Irriter – Très bon : Ses instructeurs ont cherché à développer cet instinct pour lui permettre de faire face à une situation problématique. Elle ne pense pas qu'elle y sera confrontée de sitôt mais s'est soumise de bonne grâce à cet apprentissage parce que son oncle le désirait.
Attirer – Bon : Une belle jeune femme comme elle n'avait pas vraiment besoin d'user de cet artifice pour arriver à ses fins mais elle a tenu à s'y entrainer. Elle ne l'utilise en général pas mais au moins ne devrait-elle pas se laisser trop dépassée par l'attraction qu'elle susciterait.

Aptitudes Physiques :
Danse – Bon niveau: En bonne jeune femme du monde, elle a appris à se mouvoir sur de la musique dès son jeune âge. Elle s'y débrouille plutôt bien mais ne se prête à l'exercice que lorsque c'est nécessaire.

Équitation – Niveau correct : Elle monte en amazone et tient en selle sur une distance correcte, notamment pour suivre une chasse avec ses cousins.

Chasse – Niveau débutant : Elle se plie à la chasse par convention, en connait les règles et les habitudes. Mais comme elle n'en retire aucun plaisir, la jeune femme ne fait aucun effort pour en savoir davantage.



Voilà Ménestrel ma nouvelle demoiselle.
Je m'en soumets à ton jugement Smile
J'ai un bon doute pour le prénom de Zéphir... Mais je n'ai pas trouvé d'autre nom en lien avec la météo/le vent qui pourrait lui convenir... Du coup, je suis toute ouïe d'une autre proposition au besoin
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Aoû - 10:34
Le Ménestrel
Celui qui sait...
avatar
Messages : 156

Tout est bon ! Te voilà VALIDÉE!


Pour te lancer à l'aventure, voici quelques adresses utiles : les journaux de bord sont ici, tu y trouveras les notes des héros déjà validés, leurs jeux en cours et terminés : surtout n'hésite pas à faire le tien !
Pour demander un jeu justement, c'est par ici que cela se passe, tu peux aussi solliciter les Dieux si tu désires jouer avec un PNJ.
Enfin, n'oublies pas de poster ton suivi joueur qui sera valable pour tous tes personnages, que nous sachions un peu qui se cache derrière l'écran et surtout pour prévenir de tes éventuelles absences.
Mais surtout le plus important: va vite rescenser ton avatar et ton prénom afin de rester à jamais unique !

Bon jeu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Six-Duchés :: Sous la Plume du Ménestrel :: Des Chroniques... Des Héros :: Fiches :: Pies-